Vêtements de sport : Greenpeace dénonce l'excès de produits toxiques (PFC)

 |   |  309  mots
Ces polymères chimiques sont très persistants dans l'environnement.
Ces polymères chimiques sont très persistants dans l'environnement. (Crédits : © Greenpeace / Christian Breitler)
L'ONG a mené des tests sur 40 produits de marques différentes et commercialisés dans 19 pays: seuls quatre d'entre eux étaient exempts de composants perfluorés.

"De faux amis de la nature": c'est l'une des formules utilisées par Greenpeace dans sa campagne contre les vêtements et équipements de sport et de plein air ("outdoor" en anglais), relancée lundi 25 janvier par la branche allemande de l'organisation.

Ces textiles contiennent encore trop de produits chimiques nocifs, relève Greenpeace, sur la foi d'un test effectué le mois dernier sur 40 produits, de différentes marques et achetés dans 19 pays différents, dont quatre seulement ont résulté être exempts de substances dangereuses.

Des PFC dans le foie d'ours polaires

Quasiment tous contiennent notamment des composants perfluorés (PFC), dénonce l'ONG, à savoir des polymères chimiques utilisés pour leur résistance à la chaleur, leur imperméabilité et leur capacité à repousser la poussière, mais très persistants dans l'environnement: des traces de PFC ont par exemple été retrouvées dans le foie d'ours polaires, selon l'association.

Bien que présents dans de nombreux objets de la vie courante (poêles anti-adhésives, produits anti-tâches, emballages alimentaires, etc.), ils sont également nocifs pour la santé des humains.

Quasiment aucun produit "outdoor" non contaminé

Même si certains fabricants ont commencé à les réduire, l'usage de ces polymères "est toujours largement répandu", déplore Greenpeace, et ce particulièrement "dans la production de chaussures, de pantalons, de sacs de couchage et de certaines vestes". Les seuls produits "incontaminés" lors des tests effectués étaient notamment deux vestes - une de Vaude et une de Jack Wolfskin -, un sac à dos de la marque Haglöfs et une paire de gants de The North Face.

Greenpeace, dont la lutte contre les produits chimiques dangereux dans l'habillement est un cheval de bataille depuis plusieurs années, réclame par conséquent l'interdiction "pour tous les produits 'outdoor' de tous les PFC".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2016 à 10:11 :
Cela fait un peu penser à cet autre article que vous avez diffusé sur cette ONG qui voulait s'attaquer à la malbouffe que produisait en masse l'agro-industrie et dont on a vu que ladite agro-industrie n'en avait strictement rien à carrer.

D'avoir supprimé les emplois publics de vérifications techniques et autres des procédés des industriels afin de les décharger sur des ONG qui n'ont absolument aucune contrainte à leur opposer fut une des meilleurs journées pour les actionnaires qui doivent en rigoler encore.

Politiciens et hommes d'affaires main dans la main pour le plus grand malheur des peuples du monde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :