Toyota rassure, l'action s'envole

 |  | 335 mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
L'annonce d'une solution trouvée au problème de pédales qui a entraîné le rappel de millions de véhicules dans le monde, entraîne un rebond de 4.49% de l'action en clôture de la Bourse de Tokyo. Le groupe a par ailleurs annoncé que la production aux Etats-Unis des véhicules incriminés reprendrait le 8 février.

L'action du géant automobile japonais Toyota Motor connaît un très fort rebond ce mardi à la Bourse de Tokyo après l'annonce d'une solution au problème des pédales d'accélération défectueuses qui a entraîné le rappel de 5,6 millions de véhicules aux Etats-Unis, près de deux millions en Europe et 75.000 en Chine.

La réputation de Toyota en matière de qualité et de fiabilité, qui lui a permis de ravir à General Motors la place de premier constructeur automobile mondial, est écornée et le groupe japonais est aujourd'hui accusé d'avoir réagi avec lenteur après la découverte du problème de pédale qui peut entraîner des accélérations intempestives. Deux plaintes ont été déposées contre le constructeur dans la province d'Ontario au Canada et dans l'Etat américain du Texas, accusant Toyota d'avoir pris connaissance trop tardivement des problèmes affectant ses véhicules.

Mais lundi, le groupe japonais a dit avoir trouvé un moyen de remédier à ce défaut pour 2,4 millions de véhicules, ajoutant qu'il pourrait reprendre la production de huit modèles, dont la Camry, son modèle qui se vend le mieux, dès lundi prochain. "Puisque que nous avons maintenant un approvisionnement adéquat de pédales complètes pour les besoins urgents des consommateurs (...), nous prévoyons de reprendre la production le 8 février", a noté un porte-parole de Toyota dans un email. Le groupe a expliqué avoir "développé et testé rigoureusement une solution" mécanique au défaut.

L'action Toyota clôture la séance de ce mardi en hausse de 4,49%, après sept séances de baisse consécutives au cours desquelles elle avait perdu 18%.

Le vice-président du groupe Toyota, Shinichi Sasaki, devait donner une conférence de presse au siège du groupe à Nagoya (au centre du pays), la première intervention d'un responsable japonais de ce niveau depuis l'aggravation de la crise des rappels le 21 janvier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :