Fiat augmente sa part dans Chrysler

 |   |  228  mots
Copyright Reuters
Fiat a porté de 20% à 25% sa participation dans l'américain Chrysler et cette part pourrait atteindre 35%. Cette opération ne coûtera rien au constructeur italien en raison d'un accord validé avec le Trésor américain.

Fiat a annoncé lundi avoir porté de 20% à 25% sa participation dans son allié américain Chrysler, alors que l'administrateur délégué du groupe turinois Sergio Marchionne prépare la recapitalisation de l'américain. Dans un communiqué, Fiat explique que cette montée au capital s'est faite sans aucun coût financier, conformément aux termes d'un accord négocié avec le Trésor américain dans le cadre du sauvetage de Chrysler.

Sergio Marchionne a expliqué qu'il s'apprêtait à organiser une série de rencontres avec des banques d'affaires afin de dessiner le retour en Bourse de Chrysler, prévu d'ici la fin de l'année.

Sergio Marchionne avait indiqué la semaine dernière envisager pour Fiat un passage à 51% de Chrysler dès cette année. Pour augmenter sa participation au capital du constructeur américain, Fiat doit répondre à un certain nombre d'exigences.

En l'occurrence, l'autorisation de passage de 20% à 25% fait suite au feu vert obtenu par Fiat pour produire un nouveau moteur dans le Michigan. La production de ce nouveau moteur fait partie des trois conditions exigées par le gouvernement américain lorsque le groupe italien a investi dans Chrysler.

En vertu de cet accord, le groupe peut désormais prétendre à une participation de 35%.

En Bourse de Milan, Fiat a gagné 0,6% sur la séance alors que l'indice européen des automobiles a cédé 0,7%.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2011 à 8:23 :
Souhaitons bonne chance à ce dernier grand Italien. Si l'Italie ne veut pas tomber dans le piège de la récession, il faut qu'un sentiment d'unité nationale se développe. (plus de 30% de chômage parmi les jeunes)
Le grand défaut des Italiens est de ne pas (plus) croire en eux-même ainsi que l'autocritique permanente. Un peu plus d'Italianita serait salutaire à ce pays à l'histoire et à la culture la plus prestigieuse d'Europe.
Réponse de le 08/02/2011 à 20:43 :
+1

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :