PSA compte fabriquer plus de 30.000 véhicules hybrides par an

 |   |  426  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Le constructeur s'organise pour produire 16 à 18.000 Peugeot 3008 et Citroën DS5 hybrides par an à Sochaux. A Rennes, il implante un potentiel d'un peu plus de 15.000 Peugeot 508.

PSA "installe des capacités pour produire 30 à 35.000 véhicules hybrides par an", selon des sources internes. Des chiffres certes modestes par rapport aux 3,6 millions de voitures et d'utilitaires thermiques vendus au total par le groupe (en 2010). Mais c'est davantage que ce que vise a priori le groupe Volkswagen, lequel réserve pour l'instant cette technologie au haut de gamme. "A Sochaux, nous prévoyons un potentiel de 70 à 80 unités par jour", nous explique Serge Isler, responsable du projet Peugeot 3008 hybride. Soit, annuellement, 16 à 18.000 Peugeot et Citroën DS5 thermiques-électriques, dont la répartition sera environ moitié-moitié. Par ailleurs, PSA compte fabriquer à Rennes, en Bretagne, un peu plus de 15.000 Peugeot 508 dotées de la même technologie. De toute façon, "les capacités sont modulables, les modèles hybrides passant sur les mêmes lignes que les versions classiques", précise Serge Isler. En janvier dernier, les pronostics en interne étaient plus mesurés. On évoquait alors moins de 20.000 unités par an au total.

Premier modèle diesel-électrique au monde, la Peugeot 3008 hybride sera lancée en octobre prochain. À un tarif démarrant à 35.000 euros, soit 4.000 de plus qu'une 3008 classique équivalente. L'acheteur bénéficiera toutefois de 2.000 euros de bonus. Il profitera aussi d'une exonération totale ou partielle des frais d'immatriculation. Pour un achat comme véhicule de société, le client aura droit à 800 euros de bonus et à une exonération de la taxe sur les véhicules de société pendant vingt-quatre mois. Le surcoût résiduel sera compensé par une baisse d'un tiers de la consommation, selon la marque au lion. En outre, le véhicule, qui peut rouler jusqu'à 4 kilomètres en mode "zéro émission", est plus puissant (200 chevaux au lieu de 163) et le moteur électrique (37 chevaux), fruit d'un partenariat avec l'équipementier Bosch, assure une fonction quatre roues motrices, utile sur la neige ou sur terrain gras. Le tout pour 99 grammes de C02 au kilomètre seulement. Soit des rejets de mini-citadine. Pas mal pour un monospace compact. Seul handicap : le coffre, où logeront les 50 kilos de batteries Sanyo, sera amputé d'un peu plus de 10 %.

La Citroën DS5 hybride, calquée sur la Peugeot 3008, devrait suivre début 2012. Une familiale 508 break surélevée, typée 4×4 comme une Audi A 4 Allroad ou une Volvo XC70, sera commercialisée au printemps prochain, à un tarif supérieur à 40.000 euros. La berline attendra, elle, l'été 2012. Enfin, PSA offrira un modèle hybride essence en 2013, puis, fin 2013-2014, un hybride diesel rechargeable, avec une autonomie de 20 kilomètres en électrique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/06/2011 à 13:03 :
youpi ,on va pouvoir se gaver de micro-particules.
Car vous oubliez l'autre "unique handicap", ces véhicules (3008 et DS4)sont des hybdrides diésels (électriques pendant quelques kilomètres et pollueurs le reste du temps) : la plus mauvaise des fausses bonnes solutions; et tout ça gratifié à l'achat avec nos impots de 2000? par madame Kosciusko Morizet

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :