Chômage technique en vue chez Michelin

 |   |  426  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Le groupe, qui pour la première fois est piloté par une personne extérieure à la famille, n'exclut des jours de chômage technique dans certains sites de France et d'Espagne.

C'est une grande première pour Michelin. Six ans après la mort accidentelle d'Edouard Michelin, arrière petit-fils du fondateur du groupe de Clermont-Ferrand, c'est une personne extérieure à la famille, Jean-Dominique Senard, 59 ans, qui prend les rênes du géant des pneumatiques. Il succède ainsi à Michel Rollier, membre de la famille Michelin, choisi en 2006 pour remplacer Edouard Michelin. La décision a été votée en assemblée générale vendredi à 99,29 %.

Arrivée chez Michelin en 2005

En 2011, Michel Rollier avait souhaité quitter son poste de gérant commandité de la société en commandite, avant l'échéance des 72 ans prévue dans les statuts qu'il aurait atteinte en 2017. Il avait ainsi nommé Jean-Dominique Senard gérant commandité et a piloté avec lui le groupe pendant un an pour assurer la transition. En 2007, deux ans après son arrivée chez Michelin comme directeur financier après avoir fait carrière chez Total, Saint-Gobain et Péchiney, Jean-Dominique Senard avait été nommé, au même titre que Didier Miraton, gérant non commandité pour appuyer Michel Rollier. Si Michelin n'a pas pris un Michelin pour le diriger c'est qu'il n'est pas apparu de disponibilité de cette nature", a expliqué Michel Rollier.

Augmenter les ventes de 50 % d'ici à 2020

Jean-Dominique Senard prend les rênes au moment où Michelin pousse ses pions dans les pays émergents, mais aussi sur les marchés matures. Objectif : augmenter ses volumes de ventes de 50 % d'ici à 2020, et dégager un bénéfice opérationnel de 2,5 milliards en 2015, contre 1,9 milliard l'an dernier. Pour autant, à court terme, la situation est plus difficile en Europe en raison des difficultés de certains constructeurs automobiles. "Nous sommes assez exposés aux constructeurs généralistes et la baisse d'activité mais aussi la baisse de la croissance économique en Europe, touchent notre activité", a expliqué à l'AFP le nouveau patron.

Et des jours de chômage technique ne sont pas exclus en mai et juin dans des usines en France et en Espagne, a indiqué Jean-Dominique Senard, qui espère une amélioration de la situation au deuxième semestre. "A ce stade, le nombre de jours de chômage technique prévu dans quelques usines européennes n'est pas très considérable, il y en a un petit peu en mai et en juin", a-t-il dit. Ces mesures devraient concerner des usines en France et en Espagne "dans l'activité poids lourds". Pour autant, "on fait tout pour éviter que nos salariés se trouvent dans la situation de chômage", a-t-il insisté

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2012 à 8:46 :
Pourquoi punir les salariés qui vont chômer en ne passant pas de convention APLD (activité partielle de longue durée ) avec l'état pour qu'il soient indemnisés à 75% au lieu de 60%, alors que cela ne coûterait pas un euro de plus à Michelin. En 2009 certains ouvriers ont chomé entre 50 et 70 jours, et que M. Rollier voit ses dernières années sa rémunération augmentée. Au bout de 30 ans d'ancienneté avec des horaires en 3x8 et un salaire de 1450 ? ont est loin des 4 à 5 000 000 ? que s'octroit le Patron.
Réponse de le 14/05/2012 à 16:13 :
OUI vous avez fait la question et la réponse qui va avec .... bienvenue au club !!
a écrit le 13/05/2012 à 22:33 :
Clermond Ferrand zone ZAPA (zone d'action prioritaire pour l'air)
Ils vont devoir apprendre à vivre d'air pur et d'eau fraiche.
Réponse de le 14/05/2012 à 16:15 :
OUI le changement c'est maintenant !!
a écrit le 13/05/2012 à 20:57 :
Chômage technique chez Michelin ? simple effet d'aubaine !. On attend toujours de savoir où en est l'enquête sur la fraude à la sécu avec les arrêts "accidents de travail" non déclarés au sein de la grande maison.
a écrit le 13/05/2012 à 14:24 :
c'est parti, mon kiki !!
Michelin, air france, arcelor, peugeot, renault, petroplus, lyondelbasell, ... à qui le tour ?
maintenant, après 2 ou 3 promesses electorales symboliques, va falloir parler économie réelle !!!
Réponse de le 13/05/2012 à 16:27 :
Et que va faire Hollande ?
Réponse de le 13/05/2012 à 16:43 :
pas le choix : revenir à la réalité... en précisant qu'il ne savait pas tout, que c'est la faute à sarko, etc ...
Réponse de le 13/05/2012 à 18:40 :
nous avons coulé le pays
Réponse de le 13/05/2012 à 19:29 :
Hollande ne pourra pas dire que c'est la faute aux 35h, lui !!!
Réponse de le 13/05/2012 à 22:16 :
Nous avons remplacé un président dit"bling bling" qui préférait le monde de la réussite du clinquant et du travail par un F Hollande qui fait le tour de France des cimetières mitterrandiens, et des monuments aux morts, qui cire les pompes des fonctionnaires, Drôle de symbole pour début de quinquennat .
a écrit le 13/05/2012 à 12:08 :
de toutes façons l'industrie automobile est condamnée en Europe du moins pour le moyen de et bas de gamme. Afrique du Nord avec sa "paix sociale" et ses bas coûts permettra de fournir le vieux continent puisque les véhicules seront acheminés très rapidement par bateau. En France in ne restera plus que des fonctionnaires et la CGT.
Réponse de le 13/05/2012 à 17:00 :
oui en france nous n'aurons plus que les fonctionnaires er la cgt pour sequestrer les derniers patrons ancore en france
Réponse de le 13/05/2012 à 19:20 :
Et les chomeurs reproductrices
Réponse de le 13/05/2012 à 20:44 :
et oui, le pacte de croissance pourrait être de virer la cgt, que deviennent sncm et florange !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :