Nissan s'apprêterait à réduire sa capacité de production de 15%

 |  | 421 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
La capacité de production du constructeur japonais va passer de 1,35 million de véhicules actuellement à 1,15 million, rapporte la presse nipponne. Afin de minimiser ses coûts de production, Nissan va en outre transférer une partie de l'activité supprimée en Thaïlande.

Le constructeur automobile japonais Nissan va réduire sa capacité de production de 15% au Japon et transférer une partie de l'activité supprimée en Thaïlande, une opération qui s'inscrit dans le cadre de l'offensive des constructeurs sur les marchés émergeants, ont rapporté jeudi des médias nippons. Les constructeurs japonais payent également au prix fort leurs pièces détachées importées à cause de la cherté du yen et cherchent donc à minimiser leurs coûts de production en assemblant leurs voitures dans leurs usines étrangères.

Quatre modèles ne seront plus fabriqués au Japon

Nissan, deuxième constructeur japonais après Toyota, va réformer une des deux lignes de production de son usine d'Oppama, située dans la banlieue de Tokyo, abaissant ainsi sa capacité de production annuelle au Japon à 1,15 million de véhicules contre 1,35 million actuellement, rapporte le journal financier Nikkei. De ce fait, quatre modèles, les compacts Note et Tiida, ainsi que les petites berlines Tiida Latio, ne seront plus fabriqués au Japon. Un porte-parole de Nissan a confirmé la suspension de la ligne de production mais refusé de préciser les projets de redéploiement de l'activité évoqués par le Nikkei, ainsi que par les agences Jiji Press et Kyodo News. "Il s'agit d'une réduction de notre capacité de "production de masse" et non d'une réduction réelle de notre capacité de production, la ligne pouvant être remise en service si nécessaire", a-t-il déclaré à l'AFP.

La production des Tiida Latio sera confiée à une usine thaïlandaise d'où sortiront notamment 10.000 unités destinées au marché japonais, selon le Nikkei. Il s'agit pour Nissan de la première réduction de capacité depuis la fermeture de son usine de Musashimurayama à Tokyo en 2001. Le constructeur entend doper son activité et ses revenus cette année dans les pays émergeants et vise la place de premier constructeur asiatique en Chine, en Russie et au Brésil.

Baisse de la capacité de production à venir chez Toyota

Selon des informations de l'agence Kyodo, pour les mêmes raisons son concurrent nippon Toyota devrait graduellement réduire sa capacité de production au Japon à 3,2 millions de véhicules par an, contre 3,9 millions avant la crise financière de 2008 et 3,6 millions prévus d'ici la fin 2012. Toyota s'est fixé l'objectif de réaliser à partir de 2015 au moins la moitié de ses ventes d'automobiles dans les régions autres que le Japon, l'Amérique du Nord, l'Europe et autres nations riches.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2012 à 18:10 :
Avec la hausse du yen qui est loin d'être terminée, les japonais découvrent les joies contraigantes de l'exportation : on leur demande une réciprocité. Ils préfèrent alors financer des IDE (voir mon article sur l'Algérie) qui participent au développement du pays cible. Exportations diffuses remplacent exportations massives sur quelques destinations. On exporte ainsi également les problèmes : la mise en place des véhicules électriques et des composites va nécessiter un personnel moindre. Il est bon de redimensionner son outil en temps réel.
a écrit le 21/06/2012 à 12:18 :
Le toujours plus en prend un coup dans l'aile de voiture. Ici moins d'automobile, moins de stock, moins de salaire c'est la déflation qui a depuis longtemps gagné Le nikkei de 38915 à 8224 ce jour! et prenez votre retraite assurée par votre épargne long terme!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :