L'américain Chrysler sauve les résultats d'un Fiat mal en point

Le bénéfice net du consortium piémontais atteint les 737 millions grâce au groupe d'Auburn Hills... Mais, Fiat sans Chrysler affiche une perte de 519 millions.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Chrysler sauve son actionnaire italien Fiat. Au premier semestre, le groupe turinois a affiché un chiffre d'affaires de 41,7 milliards d'euros (sans comparaison avec 2011 car la firme du Michigan n'a été intégrée dans les comptes qu'à la mi-2011). Mais, si l'on enlève la brillante société américaine, le volume des ventes de Fiat seul apparaît en recul de 6,6 %, à 17,9 milliards. Le bénéfice net du consortium piémontais atteint les 737 millions grâce au groupe d?Auburn Hills... Mais, Fiat sans Chrysler affiche une perte de 519 millions. Au premier semestre 2011, Fiat (toujours sans Chrysler) affichait un profit de 1,4 milliard...

La bourse de Milan déçue

Le résultat d'exploitation semestriel frise pour sa part 1,89 milliard, mais 114 millions seulement pour Fiat sans l'américain. Sur le seul deuxième trimestre, le bénéfice net de Fiat avec Chrysler totalise 358 millions d'euros. Sans l'américain, le groupe dirigé par Sergio Marchionne aurait accusé une perte de 246 millions. Ces résultats, inférieurs aux attentes, ont d'ailleurs déçu les investisseurs. Sitôt qu?ils en ont eu connaissance, ils ont sanctionné sévèrement le titre Fiat à la bourse de Milan, avec une chute de 5,35 % dans un marché en baisse de 1,14 %. Les chiffres attribués à Chrysler et publiés dans le communiqué de Fiat de ce jour ne sont pas... comparables à ceux publiés hier par le groupe américain lui-même. La direction de la communication de Fiat en Italie explique que les normes comptables sont différentes des deux côtés de l'Atlantique. Du coût, Fiat recalcule les résultats de Chrysler pour les intégrer dans ses propres comptes.

Plongeon des ventes en Europe

Fiat plonge... à cause des ventes de véhicules en recul sur l'Europe au premier semestre à 561.000 unités au premier semestre (- 15,8 %). Du coup, le résultat d'exploitation sur le Vieux continent est négatif de 354 millions. En Amérique latine, le second plus gros marché de Fiat derrière l'Europe, les ventes ont reculé de 3,5 %, à 441.000. Heureusement, le groupe y a maintenu des profits de 658 millions sur le semestre (exploitation). Les ventes mondiales de Chrysler sont en revanche en forte hausse à 1,1 million sur la première moitié de l'année, contre 880.000 l?an passé à la même époque. Chrysler, qui vend quasi-exclusivement en Amérique du nord, est porté par un marché en forte expansion outre-Atlantique.

Montée au capital

Le groupe, dont les parts de marché sont en forte décroissance en Europe et qui a reporté plusieurs lancements de nouveaux véhicules, table toujours sur un bénéfice net compris entre 1,2 et 1,5 milliard d'euros pour l?exercice 2012, un bénéfice courant de 3,8 à 4,5 milliards et un chiffre d'affaires supérieur à 77 milliards. Fiat avait annoncé début juillet qu'il allait racheter 3,3 % supplémentaires du capital du groupe américain détenus par le syndicat UAW, pour grimper à 61,8 %. Fiat a sauvé Chrysler, placé en 2009 sous la protection de la loi sur les faillites. C'est aujourd'hui au tour de l'américain de se porter à... la rescousse de l'italien.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 10/08/2012 à 1:47
Signaler
crysler revient en france lancia c'est nulle

à écrit le 01/08/2012 à 9:58
Signaler
Chrysler n'a pas sauvé Fiat puisque Chrysler c'est Fiat ! De plus c'est Fiat qui a sauvé Chrysler. Sans Fiat, il n'y aurait peut être plus de Chrysler.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.