Très étroitement liés, Renault et Mercedes vont coopérer encore davantage

 |   |  488  mots
L'actuelle Mercedes break C Copyright Mercedes
L'actuelle Mercedes break C Copyright Mercedes
Renault va vendre des moteurs diesel pour les futures Mercedes Classe C et l'utilitaire Vito de la marque allemande, selon Les Echos. Les deux constructeurs coopèrent étroitement. La prochaine Renault Twingo de 2014 sera développée sur une base commune avec la Smart.

 Renault va vendre des moteurs diesel pour les Mercedes Classe C et l'utilitaire Vito de la marque à l'étoile, une commande qui pourrait représenter 100.000 unités à horizon 2015, affirme ce mercredi le journal Les Echos. Le projet vise à équiper la nouvelle berline de gamme moyenne et le fourgon allemands du moteur 1,6 litre à gazole, qui est d'ores et déjà installé sur les Scénic et Mégane de Renault ainsi que sur le 4x4 Nissan Qashqai. Une moteur fabriqué par l'usine Renault de Cléon (Seine-Maritime). Ce petit moteur devrait équiper seulement les versions d'entrée de gamme des deux véhicules Mercedes concernés, croit savoir le journal.

Coopérations bien avancées

Renault fournit d'ores et déjà à la firme de Stuttgart son petit 1,5 litre, monté sur la berline compacte Mercedes Classe A. Depuis l'automne dernier, le français produit aussi pour son partenaire germanique la fourgonnette Citan, un Kangoo légèrement restylé, produit à Maubeuge (Nord). Les moteurs proviennent tous de la banque d'organes du  groupe tricolore. Enfin, Renault et Mercedes développent en commun les futures remplaçantes des Twingo et de la micro-voiture Smart, qui sortiront en 2014 (Projet Edison). Si la Smart Fortwo restera assemblée en Lorraine, les Twingo et la Smart à quatre places seront, elles, produites chez Renault à Novo Mesto, en Slovénie. Enfin, Renault pourrait utiliser des modules Mercedes pour un prochain modèle de haut de gamme, qui demeure encore hypothétique. Le rapprochement entre Renault, Nissan et Daimler (Mercedes) avait été scellé au printemps 2010 à travers des échanges de participations (3,1% du capital.

Projets entre Mercedes et Infiniti

Mercedes va par ailleurs aider Infiniti, marque de prestige du constructeur japonais Nissan. Première étape : la toute nouvelle berline Q50 d'Infiniti, concurrente de la BMW Série 3 ou Mercedes C, "recevra des moteurs quatre cylindres essence et diesel de Mercedes", expliquait à La Tribune, lors du dernier salon de Genève début mars, François Bancon, Directeur du produit avancé chez Nissan. Par ailleurs, Mercedes fournira des diesels six cylindres pour les autres véhicules d'Infiniti vendus en Europe. Et, aux Etats-Unis, le groupe Nissan doit fabriquer des moteurs à essence également d'origine allemande.

Plate-forme Mercedes

Une étape ultérieure de la collaboration interviendra avec "la fourniture d'une plate-forme Mercedes, celle des Classe A et B, pour la future compacte d'Infiniti qui sera produite en Grande-Bretagne et commercialisée en 2015". Enfin, une dernière étape prévoit  des "discussions pour développer en commun une plate-forme compacte. C'est pour l'instant une hypothèse de travail. Cette plate-forme générera trois modèles compacts chez Infiniti" et sera utilisée pour les futures Classe A et B de la marque de Stuttgart. Cette toute nouvelle plate-forme pour Infiniti et Mercedes, qui concerne des véhicules de la taille  d'une Renault Mégane, "pourrait être étendue à Nissan lui-même ou Renault". Les véhicules sur cette base technique sont prévus pour "2017-2019".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2013 à 12:53 :
Goshn grand stratège. Celà pourraît peut-être faire réfléchir ceux qui passent leur temps au jeu à la mode, de la critique systématique anti patrons et anti entreprises
a écrit le 13/06/2013 à 9:48 :
Enfin on pourra s'offrir une Mercedes sans avoir a etre traité de traitre a la patrie par certain. :-) Vu les succés de la nouvelle classe A en France le gvt devrais essyer de convaincre Daimler d'ouvir une nouvelle ligne de production en France en plus de Hambach.
a écrit le 12/06/2013 à 17:36 :
Plutôt une bonne nouvelle si Renault vend des moteur dci, fabriqués en FRANCE, à Mercedes Deutschland
a écrit le 12/06/2013 à 15:23 :
je ne suis pas très calé en voitures mais je pense que MERCEDES s occupera des voitures pour des gens aisés et RENAULT devra s occuper des petites voitures et l on pourra alors ce dire on est vraiment bete d etre a la remorque des allemands aussi je dis que nous devrions etre des gens de seconde zone cela n a jamais été fait par SARKOZY car il était a cette époque l homme idoine pour faire pendant a MERKEL aussi je dis que nous devons reprendre notre place le plus vite possible sous peine d etre grec;
Réponse de le 12/06/2013 à 17:09 :
oui bien sûr, mais sous le clinquant, Mercedes ne cache pas toujours du reluisant.
a écrit le 12/06/2013 à 11:08 :
Baisser prochainement les émissions de CO2 de près de 30% sur les moteurs diesel impose des échanges de bons procédés. Le diesel est aujourd'hui devenu super propre mais ... inutile. Il ne permet plus à l'automobile française de se différencier en maintenant ses parts de marché; il est devenu au contraire une contrainte pour le marché mondial en demandant une technologie en doublon, encore plus face à l'arrivée des voitures électriques. Ces dernières réclament trois fois moins de personnel pour leur construction, tout gap industriel à ce sujet serait un handicap. Daimler qui ne sait résister à la pression de son grand voisin VW s'appuie sur Renault Alliance pour exister comme BMW l'avait fait avec PSA remplacé actuellement par GM/Opel. Les constructeurs français pour leur part sont ravis de ces collaborations qui limitent les progressions allemandes et les poussent vers le grand export. Un moteur représente 30% du prix d'un véhicule ce qui revient à une prise de marché proportionnelle notable. On espère maintenant que le moteur diesel pourra disparaître du marché graduellement, assez rapidement et sans encombre. Si l'échange capitalistique symbolique a permis de rendre service à chacune des entreprises, Daimler n'est toutefois pas prévu ni souhaité dans Renault Alliance. Le constructeur allemand déjà distancé dans les camions, l'un des ses axes forts, où il perd encore une place cette année devra définir son orientation future alors qu'il vient de sortir de l'aéronautique.
Réponse de le 12/06/2013 à 11:33 :
comme d'hab du bla bla... "Daimler n'est toutefois pas prévu ni souhaité dans Renault Alliance". Ca sort d'ou ca? Vos sources svp.
Réponse de le 12/06/2013 à 11:44 :
Je pense qu'à terme de 5 à 10 ans les constructeurs automobiles devront commercialiser 10 millions de véhicules/an pour pouvoir continuer à exister .Aujourd'hui vous avez Toyota,GM,WV dans cette catégorie ce qui explique le rapprochement de Renault/Nissan ( 6 millions de véhicules) et de Mercédes .
Réponse de le 12/06/2013 à 12:02 :
RENAULT/Nissan est plus proche des 8 millions de voitures vendues que de 6...! m'enfin bref...!

Réponse de le 12/06/2013 à 12:52 :
Mes sources sont celles des déclarations des constructeurs français, japonais et allemands faites sur différents supports ou directement. Mais il est peu pertinent à la simple réflexion que Renault Alliance imagine un processus qui ne lui serait pas favorable. Pour différentes raisons chacun des constructeurs rejette fermement cette idée. Par ailleurs@pnv le challenge des constructeurs est de ne pas permettre l'entrée de nouveaux intervenants à l'occasion de la transition vers le tout électrique, plus que celui des scores de masse. C'est en effet possible. C'est pourquoi ils tentent de charger techno/logiquement leurs productions en ce domaine afin de constituer une barrière. Les positions actuelles ne sont pas le reflet assuré de celles du futur proche.
a écrit le 12/06/2013 à 11:02 :
Q'Attend Peugeot-Citroën pour s'y joindre : la faillite ? parce que trop seul et trop petit ?
a écrit le 12/06/2013 à 10:20 :
Dans moins de dix ans l'alliance RENANAULT/DAIMLER/NISSAN sera étendue à au moins dix pour cent du capital et sera présente sur tous les continents.
a écrit le 12/06/2013 à 10:04 :
Et on nous raconte qu'il faut erradiquer le diesel ???
Réponse de le 12/06/2013 à 11:00 :
Ben, justement! Pourquoi irait-on, chez Mercedez, investir lourdement dans le développement de moteurs diésel (technologie au devenir compromis) et ne pas profiter d'un produit en pointe, développé chez Renault, sur des sites en manque de déploiement ? C'est l'illustration d'une coopération intelligente gagnant/gagnant. Ensuite, qui aura le plus gagné dans l'affaire? L'histoire nous le dira...
Réponse de le 12/06/2013 à 17:47 :
Quand on raffine du pétrole on a 50% d'essence et 50% de diesel, donc faut bien en faire quelquechose.
Réponse de le 12/06/2013 à 23:13 :
Arrêtons de stigmatiser le diesel: nos incompétents de ministres qui fument avalent plus de particules en fumant une cigarette et encore plus en fumant un joint!
Le transport routier ne représente que 14% des particules émises contre plus 40% pour l'habitat!
On se trompe de combat :le moteur diesel est le meilleur moteur qu'il soit car il est celui qui a le meilleur rendement!
Quand supprimerons nous le chauffage au fioul et les centrales au fioul ou au charbon?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :