Nissan va produire un modèle haut de gamme en Grande-Bretagne, sur le site auto le plus productif d'Europe

 |   |  507  mots
Usine Nissan de Sunderland
Usine Nissan de Sunderland
Nissan reçoit le feu vert des autorités britanniques pour accroître les capacités du site saturé de Sunderland, outre-Manche. C'est l'usine auto la plus productive d'Europe. Elle fabrique autant que toutes les usines de Renault en France. 1.000 emplois nouveaux sont prévus. Une berline compacte de haut de gamme y sera assemblée en 2015.

C'est l'usine automobile réputée la plus compétitive d'Europe et l'une des cinq plus productives dans le monde. Elle n'a d'ailleurs aucun problème de surcapacités. Au contraire. Le site Nissan britannique de Sunderland va en effet accroitre encore son potentiel. Il  vient de recevoir le feu vert des autorités britanniques pour cela.  Cette usine, qui a produit plus de 500.000 véhicules l'an dernier (soit autant que la toute la production française de Renault), va fabriquer la future berline compacte de la marque haut de gamme de Nissan, Infiniti. L'allié de Renault aura investi près de 300 millions d'euros dans son usine anglaise de Sunderland et compte y créer 1.000 emplois pour industrialiser ce véhicule avec une production prévue de 60.000 unités annuelles.

Un nouveau modèle "premium"

C'est au prochain salon de Francfort, le 10 septembre prochain, qu'Infiniti dévoilera d'ailleurs  le "Q30 Concept", lequel préfigure cette berline compacte "premium". Ce véhicule japonais aura toutefois... des dessous germaniques. En effet, Infiniti appartient à Nissan, que Renault contrôle à hauteur de 43,4% du capital. Or l'Alliance Renault-Nissan a signé il y a trois ans des accords avec l'allemand Daimler (Mercedes) avec des prises de participation réciproques. La collaboration portera notamment sur "la fourniture d'une plate-forme Mercedes, celle des Classe A et B, pour la future compacte d'Infiniti qui sera produite en Grande-Bretagne et commercialisée en 2015", expliquait à La Tribune, au dernier salon de Genève en mars dernier, François Bancon, un français devenu directeur du produit avancé chez Nissan.  La firme allemande fournira "45% de la valeur" du véhicule d'Infiniti, qui constituera l'entrée de gamme de ce label de luxe nippon. Cette Q30 vise les compactes Audi A3, BMW1, Citroën DS4 ou... Mercedes A.

4,3 milliards d'investissements

Sunderland fabrique aujourd'hui les "Crossovers" Juke (petit) et Qashqai , un compact qui sera bientôt renouvelé, ainsi que la petite Note et la Leaf électrique. Le seuil des 6 000 emplois sur le site a déjà été franchi. Sunderland a démarré en 1986, à l'époque où le gouvernement de Londres accueillait à bras ouverts les "transplants" japonais pour suppléer une industrie auto britannique exsangue. Investissement total jusqu'ici de Nissan sur le site: 4,3 milliards d'euros.

143 véhicules par salarié

« Chaque salarié produit 143 véhicules chaque année, un record. Nous tournons à plein régime. Sur la ligne des Qashqai-Leaf, nous travaillons en trois équipes six jours sur sept. Le site tourne 5.400 heures par an », indiquait fièrement John Martin,  patron des fabrications, des achats et de la logistique de Nissan Europe, fin mars dernier. Le taux d'absentéisme, de 1,3%, est extrêmement bas. Le taux de rotation du personnel aussi (2,3%). La ligne de production va vite et, lors d'une visite sur les chaînes, nous avons senti que le travail, facilité certes par les automatismes, se fait à un rythme très soutenu... voire fatiguant. Chaque opération est censée prendre 54 secondes seulement. Les cadences ne sont peut-être pas infernales, mais elles exigent rapidité et concentration ! Ça ne traîne pas.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/09/2013 à 9:35 :
Les salariés anglais les plus productifs d'europe à Sunderland méritent largement la même prime que celles distribuées par les constructeurs allemands c'est à dire entre 7 500 euro et 8 600 euro pour les années 2001 et 2012 ... qu'attendent les syndicats pour mettre en route des actions déterminées pour obtenir immédiatement ces primes largement méritées ?
Réponse de le 06/09/2013 à 13:49 :
déjà faudrait que les bénéfices du groupe Renault/Nissan soit équivalent aux groupes qui ont versés ses primes.
Réponse de le 06/09/2013 à 14:48 :
Il faudrait surtout que leurs salaires ait été baissés ou limités comme cela a été le cas sur la période précédente en Allemagne avec une forte proportion de véhicules chers. Savez-vous où se trouve Sunderland ? Dans une région défavorisée du lointain nord type "Skyfall". Si Renault Alliance n'y avait pas investi, UK se porterait beaucoup plus mal. Personne n'y songe à jouer les démagos gauchistes.
Réponse de le 07/09/2013 à 7:50 :
Corso nous fait une démonstration de plus de ce que Schweitzer et Ghosn avec Pelatta et Tavarez ont remis au gout du jour l'esclavage à Sunderland ... en profitant de la misère pour exploiter les salariés de façon à ce que les cadres dirigeants qui se prennent pour des surhommes de Daciarenault puisent se gaver... Les salaires dans l'automobile en Allemagne ont toujours été supérieurs à ceux des français ... et donc Corso ne peut pas nous faire croire aux galéjades répétées à l'envie pour cacher la misère de Daciarenault.
Réponse de le 07/09/2013 à 14:05 :
Corso nous montre surtout que tout ce qu'il connaît de la Grande-Bretagne, c'est Skyfall, que tout ce qu'il connaît de l'économie c'est une appréciation médiocre. Je zapperai ses commentaires dorénavant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :