Le japonais Nissan conforte l'avenir de l'usine Renault à Flins

 |   |  464  mots
La remplaçante de l'actuelle Nissan Micra sera produite en France pour le marché européen
La remplaçante de l'actuelle Nissan Micra sera produite en France pour le marché européen (Crédits : DR)
Carlos Ghosn, PDG de Renault, confirme que le site de Flins, en région parisienne, fabriquera 132.000 Nissan par an. Une bouée de sauvetage pour une usine en sous-charge.

Le japonais Nissan à la rescousse des usines Renault en France. Quel paradoxe! "L'usine de Flins deviendra pratiquement une usine de l'Alliance (Renault-Nissan)", a affirmé Carlos Ghosn, PDG des deux constructeurs, ce jeudi, lors de la présentation des résultats financiers du groupe français.

Carlos Ghosn, a confirmé que l'allié japonais allait produire 50.000 voitures de plus que prévu dans l'usine Renault de Flins (Yvelines). Nissan avait initialement prévu de fabriquer 82.000 futures petites Micra par an, à partir de 2016,  sur ce site de la région parisienne, volume qui "sera porté à 132.000". Une bouée de sauvetage.

Flins en sous-charge

En sous-charge, Flins ne produit aujourd'hui qu'une part minoritaire des petites Clio IV - l'autre étant fabriquée en Turquie - ainsi que la Zoé électrique... au compte-gouttes. Nissan ne fait toutefois pas preuve de philanthropie. Le partenaire nippon du français veut rapatrier en Europe la fabrication de sa citadine Micra, du moins celle destinée aux marchés du Vieux continent. La précédente génération était fabriquée à Sunderland, en Grande-Bretagne, mais l'usine Nissan est saturée.

L'actuelle est produite à Chennai en Inde. Mais ce site va se spécialiser davantage dans des véhicules pour le marché local. Il est vrai que l'actuelle Micra "made in India" n'est pas vraiment prisée en Europe, à cause d'une finition sommaire correspondant plus aux normes indiennes qu'à celles du Vieux continent. D'où l'idée de produire la prochaine mouture à nouveau en Europe. Et comme il y a de la place disponible à  Flins...

710.000  voitures en France

En contrepartie des efforts réclamés aux salariés, la firme au losange avait promis l'an dernier d'augmenter les volumes produits dans ses cinq sites d'assemblage français et également de fabriquer pour des partenaires 80.000 unités supplémentaires par an. Le 13 mars 2013, le PDG du groupe Renault et les représentants des organisations syndicales CFDT, CFE-CGC et FO, avaient signé l'accord de compétitivité. 

Cet accord intitulé "Contrat pour une nouvelle dynamique de croissance et de développement social de Renault en France" prévoit la production d'un minimum de 710.000 véhicules en France à l'horizon 2016, contre un peu plus de 530.000 en 2012 et 506.000 seulement l'an passé.

300 euros de gain par voiture

Renault s'était alors engagé à ne fermer aucune de ses cinq usines d'assemblage dans l'Hexagone. Les discussions auront duré neuf mois. "La mise en oeuvre des mesures proposées nous fera gagner environ 300 euros par voiture produite en France", déclarait l'an dernier Gérard Leclercq, Directeur des opérations France de Renault. 

En contrepartie, l'accord de compétitivité prévoyait une augmentation de 6,5% du temps de travail, une refonte des comptes épargne-temps, un gel des salaires en 2013 et 7.500 suppressions nettes d'emploi en France à fin 2016. Cet accord faisait suite à celui signé fin 2012 en Espagne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2014 à 19:32 :
C'est une bonne nouvelle pour notre industrie, après les utilitaires rapatriés en France c'est nissan qui fait fabriquer sa future micra chez nous. Et pour répondre à Arthur, il n'y a aucune déshérence simplement un rapprochement de production sur des mêmes plate forme: ça fait bien longtemps que des nissan pick up sont fabriqués au Brésil par renault. L'usine d'avotovaz en Russie fabriquera sur des mêmes chaines des lada des datsun des nissan des renault et dacia... Je ne vois pas où est la déshérence. Renault s'internationalise chez nous aussi et c'est tant mieux. Demandez aux salariés de Flin s'ils n'ont pas accueilli la nouvelle avec soulagement !
a écrit le 13/02/2014 à 19:05 :
Cela montre très clairement la déshérence de la marque Renault dont la gamme est tout sauf attractive.
a écrit le 13/02/2014 à 15:50 :
L'Alliance, ah l'Alliance, tout est dit !!! Après la belle appréciation du cours RENAULT en ...cours ce jour, encore une bonne nouvelle....
Réponse de le 14/02/2014 à 20:43 :
Bravo l'Alliance , j'attends et j'espère que l'Alliance va nous sortir une excellente Infiniti Q30 , et qu'il y aura un choix important niveau motorisation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :