Bolloré veut installer 16.000 bornes pour voitures électriques en France

 |   |  229  mots
La loi sur la transition énergétique, actuellement en débat au Parlement, prévoit d'atteindre 7 millions de points de charge en 2030, contre 14.000 aujourd'hui.
La loi sur la transition énergétique, actuellement en débat au Parlement, prévoit d'atteindre 7 millions de points de charge en 2030, contre 14.000 aujourd'hui. (Crédits : reuters.com)
Le groupe français souhaite se placer en "pole-position" sur le marché des voitures propres en déployant 16.000 points de charge publics pour véhicules électriques et hybrides en France. Bercy annonce lundi 8 décembre avoir reçu son dossier détaillant le projet.

L'annonce de l'installation prochaine de 16.000 bornes de recharge "avec de l'argent privé" faite fin novembre par Emmanuel Macron se précise, et pourrait bien revenir au groupe Bolloré. Son projet "représente un investissement de 150 millions d'euros sur 4 ans", indique le ministère de l'Economie dans un communiqué. Déposé sur son bureau, le dossier de l'industriel va à présent être étudié par Bercy et le ministère de l'Ecologie. Ces derniers décideront d'ici fin janvier "si ce projet est reconnu de dimension nationale et donc exempté de redevance d'occupation du domaine public".

En cas d'avis favorable, Bolloré lancera dans chaque région concernée une concertation sur "les modalités précises d'implantation" de ses stations de recharge.

Atteindre 7 millions de points de charge en 2030

Ce projet, comme tous les projets de dimension nationale "qui seront validés au cours des prochains mois", sont "complémentaires" de ceux des collectivités locales, soutenus par le programme d'investissements d'avenir, rappelle le ministère de l'Economie.

La loi sur la transition énergétique, actuellement en débat au Parlement, prévoit d'atteindre 7 millions de points de charge en 2030, contre 14.000 aujourd'hui.

En mai, l'ancien ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, avait indiqué à l'Assemblée nationale que Bolloré et le géant français de l'électricité EDF avaient manifesté leur intérêt pour devenir opérateurs de bornes de recharge.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2014 à 21:04 :
On ne devait pas réduire notre consommation d'électricité pour sortir du nucléaire? Là c'est mal partie. Sans compter l'autonomie des voitures électriques. Faudra partir en avril pour arriver à noël et le fêter en famille...
Réponse de le 09/12/2014 à 1:32 :
Inutile de réduire notre consommation d'électricité pour sortir du nucléaire car il suffit de s'orienter vers d'autres combustibles compétitifs (gaz et pétrole). La pseudo-indépendance du nucléaire est une illusion sachant que l'intégralité des minerais radioactifs que nous utilisons sont importés. Ceci dit il n'est pas inutile de réduire notre consommation électrique afin de limiter notre dépendance énergétique.
a écrit le 08/12/2014 à 18:49 :
Malgré l'initiative PRIVEE je trouve honteux de la part du groupe Bolloré d'exercer un chantage au déploiement de bornes de recharge conditionné au racket du domaine public. Cela signifie qu'il n'a aucun business plan de long terme et souhaite réaliser des profits de court terme aux frais du contribuable.
a écrit le 08/12/2014 à 17:21 :
http://www.mobilicites.com/011-3296-Reforme-ferroviaire-l-Araf-pointe-les-risques-d-atteinte-a-l-independance-de-SNCF-Reseau.html
a écrit le 08/12/2014 à 17:13 :
Attendons nous lorsqu'il y aura suffisamment de bornes, que le prix du plein électrique soit multiplié par 10 : Taxes essence à remplacer. Les prises du domicile seront alors techniquement incompatibles.
En attendant que l'Etat baisse les taxes essence à chaque fois qu'il augmente la taxe diesel
a écrit le 08/12/2014 à 17:10 :
Encore un plan bien réfléchi, après le minitel, après les portiques éco-taxes, voilà la révolution de la voiture électrique, encore un flop "made in france", et c'est qui, qui va payer, je vous le donne en mille...
a écrit le 08/12/2014 à 16:42 :
Des bornes de 7kW sur le réseau national ! C’est une plaisanterie de mauvais gout ! C’est comme si on disait à M. Bolloré << Vous avez droit à 5 litres d’essence pour continuer votre voyage. Bonne route ! >>. Décidément, ce n’est pas gagné pour l’électro-mobilité !
a écrit le 08/12/2014 à 15:45 :
Qui paye? Encore nous? Franchement j'en ais marre de payer des impôts pour qu'ils soient flamber à des niaiseries. 1 Pas sur que cette technologie soit la bonne. 2 ça n'a rien de propre : au pire c'est rechargé au charbon ou au nucléaire avec la perte sur le réseau. La rentabilité de ces gadgets 3 fois plus cher qu'une voiture normale me parait nulle.
a écrit le 08/12/2014 à 15:28 :
Quelle type de bornes? Pour recharger rapidement ou pour laisser 8 heures sa voiture avant de s'en resservir? si l'on veut les bornes du 1 er type (pour recharge rapide), il faudra changer tous les postes de transformation implantés dans les villes et villages car l'ampérage que cela nécessite oblige d'avoir des câbles électriques de l'épaisseur du poignet.
a écrit le 08/12/2014 à 15:12 :
Et pendant qu'il installera ses bornes électriques (électricité produite comment ?), les automobilistes rouleront de plus en plus en voitures hybrides, pas certain, mais on en prend le chemin, si le coût de ces engins baisse.
Et la pile à combustible arrive doucement.
a écrit le 08/12/2014 à 13:19 :
Ils sont bien gentils, mais qu'est-ce qu'ils vont installer ? Des borne type 2 (normes européennes) ou type 3 (norme française) ? Faut déjà que la France règle ses comptes avec l'UE pour le possible retrofit de leur bornes et que celle qui sont déjà en place marchent !
a écrit le 08/12/2014 à 12:51 :
Un journaliste d'une radio nationale a demandé à Louis Gallois Président du Conseil de surveillance de Peugeot pourquoi cette entreprise automobile était en retard sur le véhicule électrique et pourquoi, ils n'investissaient pas plus sur ce secteur.
La réponse a été de dire qu'il n'y avait pas suffisamment de borne de recharge.
Il y a des décideurs qui attendent tous de leur environnement (prime à la casse de l'Etat, création de nouvelles infrastructure,...) et d'autres qui deviennent leader en créant l'offre.
C'est ce qui fait la différence entre la culture entrepreneuriale et la culture de gestionnaire d'affaire.
La France doit développer cette culture entrepreneuriale dès la formation initiale de son élite. Cela boostera l'innovation source de risques.
Réponse de le 08/12/2014 à 17:08 :
Quand on va vous proposer des véhicules à hydrogène, on peut en commander au Japon (50 000€, au compte gouttes) vous la laisserez au garage faute de pompes à hydrogène (prévu en Allemagne, mais ça fait loin).
a écrit le 08/12/2014 à 12:26 :
Les copropriétaires devraient déjà s'en préoccuper sinon leur lot ne vaudra pas grand chose d'ici peu. Les syndics semblent très frileux.
Réponse de le 08/12/2014 à 15:47 :
Ils on le temps, si la technologie déployée devient obsolète, ils auront l'air malin.
a écrit le 08/12/2014 à 12:18 :
Ah bé c'est gentil, ça ! Il ferait bien aussi avec sa copine Hidalgo d'autoriser le transport d'animaux dans ses teufs-teufs, du moins dans quelques-unes, ce qui éviterait à pas mal de citadins de continuer à rouler avec leurs autos au diesel.
Toujours aussi anti chiens la politique de la ville !
Par contre déménager avec les autolibs chargées jusqu'à la gueule, c'est pas grave... c'est nos impôts qui payent les réparations.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :