Automobile : Forvia (Faurecia) promet l'hydrogène moins cher que la voiture à batterie en 2030

Pour Patrick Koller, patron de la nouvelle entité issue de la fusion entre Faurecia et Hella, l'hydrogène est la vraie solution d'avenir pour décarboner massivement la mobilité. Elle résout non seulement des problématiques de cas d'usage et de modèle économique, mais surtout, elle restitue une souveraineté industrielle qui pourrait être confisquée par la Chine dans le cas des voitures électriques à batteries. Patrick Koller assure que sa coentreprise avec Michelin, Symbio, sera en mesure d'apporter des solutions très compétitives dès 2030...
Nabil Bourassi
(Crédits : Charles Platiau)

Très discutée voire contestée, la voiture à hydrogène a trouvé son adorateur... Patrick Koller, PDG de Forvia (la nouvelle structure issue de la prise de contrôle d'Hella par Faurecia), n'a pas mâché ses mots pour dire tout le bien qu'il pensait de cette technologie. Pour lui, Symbio -- entreprise spécialisée dans la pile à combustible, fondée en 2010 par Fabio Ferrari, dont Michelin est entré au capital en 2014 avant de la transformer en joint-venture avec Faurecia en 2019 -- est « un joyau, un diamant à conserver ».

Enjeu de souveraineté

Pour Patrick Koller, la voiture à hydrogène permettra de compenser les lacunes de la voiture électrique à batterie. Selon lui, elles sont de deux ordres. La première relève d'un enjeu de souveraineté lié aux approvisionnements en métaux. « Nous allons passer d'une dépendance au pétrole à une dépendance encore plus forte aux métaux de l'électrification », a-t-il répondu à des journalistes lors de la présentation des résultats semestriels de Forvia. « 90% du raffinement des métaux se fait en Chine », a-t-il ajouté. « Alors que nous n'avons besoin que de platine que l'on peut recycler des pots catalytiques » pour fabriquer des piles à combustible.

Lire aussiSymbio: "Nous voulons diviser nos coûts de production par dix"

La France est reconnue pour sa maîtrise de l'ensemble de la chaîne de valeur de la technologie à hydrogène. Ainsi, sur la partie automobile, la filière produit des réservoirs (un élément essentiel et très cher pour supporter la pression), des valves de dépressurisation et la pile à combustible. Symbio vient d'ailleurs d'inaugurer une usine près de Lyon qui doit permettre d'augmenter la production de piles à combustible à grande échelle pour baisser son prix unitaire. La filière hydrogène française compte également des producteurs à hydrogène comme Air Liquide, mais également EDF et Engie qui investissent massivement dans des capacités de production d'hydrogène vert. Enfin, une start-up, Hopium, vise même à produire des voitures à hydrogène très haut-de-gamme, pour compléter une chaîne de valeur quasi-souveraine. D'ailleurs, Forvia n'est pas le seul groupe à s'intéresser à l'hydrogène en matière automobile puisque Plastic Omnium est également sur ce créneau.

Lire aussiEn rachetant l'allemand Hella, le français Faurecia crée Forvia, un nouveau géant de la voiture du futur

Pour Patrick Koller, il existe un autre enjeu majeur de la voiture à hydrogène. Selon lui, cette technologie résout efficacement la problématique infrastructurelle posée par la batterie électrique. Les aires d'autoroute devront s'équiper massivement en bornes de recharge rapides, jusqu'à 80 par station-service selon lui. Mais le coût de cette infrastructure ne sera supporté par aucun modèle économique. « Les investissements nécessaires sur les grands axes sont colossaux pour répondre à des besoins de quelques jours par an », indique Patrick Kohler.

L'hydrogène bientôt moins cher que la batterie

En parlant de modèle économique, le patron de Forvia estime être capable de proposer une chaîne de traction hydrogène complète pour une voiture de 100kwh (fourchette haute des voitures électriques actuellement sur le marché) entre 7.000 et 8.000 euros en 2030. « Je ne pense pas que la technologie batterie atteindra ce prix-là », a-t-il jugé.

Patrick Koller rappelle qu'il multiplie les contrats et que son carnet de commandes sur l'activité hydrogène atteint désormais les 500 millions d'euros. Le contrat avec Stellantis est une excellente opportunité de mise à la route, notamment dans les utilitaires légers en Europe, mais surtout dans les picks-ups américain, le segment le plus profitable du marché.

Pour Patrick Koller, le potentiel de ce marché est colossal. Il réfléchit à la meilleure manière de valoriser son « joyau » Symbio, notamment à travers une introduction en Bourse. Le principe n'a pas encore été arrêté.

Une solution pour décarboner l'industrie

Patrick Koller, qui croit dur comme fer à la mobilité décarbonée (mais pas en 2035 contrairement à l'obligation arrêtée par l'Union européenne), juge que l'hydrogène sera la vraie solution. Il nuance toutefois en insistant sur le fait que la voiture à batterie dispose de vrais arguments dans de nombreux cas d'usage, notamment la mobilité exclusivement urbaine. Mais il va plus loin que les questions de mobilités et juge que l'hydrogène apportera une réponse à la décarbonation industrielle, et permettra de stocker de l'énergie.

Pour l'heure, le marché automobile manque toutefois de modèles. Seuls, Toyota, Honda et Hyundai ont commercialisé des premières voitures, en attendant le français Hopium donc. Mais pour Patrick Koller, les premiers modèles finiront par arriver... Même Tesla finira par s'y mettre, veut-il croire...

Nabil Bourassi

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 27/07/2022 à 11:45
Signaler
Et que tout le monde soit beau et gentil, et la paix surtout bien entendu et que peter pan et bambi se marient au fabuleux pays imaginaire, pas de problème Disney va s'en charger.

à écrit le 27/07/2022 à 7:02
Signaler
tiens, le pragmatisme revient sur le devant de la scene......quand on a des politiciens verreux qui prennent des decisions en fonction de l'humeur des medias independants donc de gauche, ca va au tas; la realite refait vite surface.......ce monsieur ...

à écrit le 26/07/2022 à 23:54
Signaler
Je peux me tromper mais je crois plus à l hydrogène qu à la batterie électrique Qui va demander des capacités d énergie electrique supplémentaire mais qu on a pas ..

le 27/07/2022 à 12:20
Signaler
"L'hydrogène" exige de fortes quantité d'énergie électrique pour être produit => Donc pas de gain par rapport aux voitures à batteries, sauf le temps de chargement, mais vous avez envie d'avoir une bombe à coté de chez vous dans la station service?

le 27/07/2022 à 17:51
Signaler
L'hydrogène, il faut bien le produire, et ca demande encore plus de puissance électrique.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.