Cyberhacking : les voitures connectées, des "machines à tuer" s'inquiète une association

 |   |  318  mots
Une voiture autonome d'Uber est à l'origine d'un accident mortel impliquant une femme de 49 ans traversant une rue en mars 2018.
Une voiture autonome d'Uber est à l'origine d'un accident mortel impliquant une femme de 49 ans traversant une rue en mars 2018. (Crédits : ABC News)
Un groupe américain de défense des consommateurs a averti que les nouveaux véhicules étaient de plus en plus exposés aux risques de piratage, ce qui pourrait entraîner la mort de milliers de personnes en cas de cyberattaque de grande ampleur.

 Dans un rapport intitulé "Bouton d'arrêt: pourquoi les voitures connectées peuvent être des machines à tuer et comment les désactiver", le Consumer Watchdog, basé à Los Angeles, tire la sonnette d'alarme. Selon cet organisme, les véhicules connectés à internet, qui s'imposent rapidement comme étant la norme, constituent une menace à la sécurité nationale.

Une omerta du secteur

"Les systèmes de sûreté-critique de ces véhicules sont liés à internet sans sécurité adéquate et sans moyen de les déconnecter en cas de piratage de l'ensemble d'une flotte" automobile, s'inquiète-t-il.

Le Consumer Watchdog assure que les responsables de l'industrie sont au courant des risques, ce qui ne les a pas empêchés de pousser pour déployer cette technologie dans les nouveaux véhicules, au détriment de la sécurité.

Son rapport est le résultat d'une étude de cinq mois basée sur les informations de plus de 20 lanceurs d'alerte au sein de l'industrie automobile. Le groupe d'experts anticipe qu'un piratage de l'ensemble d'une flotte automobile à une heure de pointe pourrait conduire à la mort de 3.000 personnes.

 "Kill switch"

"Vous pouvez contrôler toutes sortes d'aspects de votre voiture depuis votre smartphone, y compris le démarrage de l'engin, de l'air conditionné, la vérification de sa localisation", décrit un lanceur d'alerte, non identifié. "Si vous pouvez le faire avec votre smartphone, n'importe qui peut le faire sur internet".

Le rapport préconise que tous les véhicules connectés soient équipés d'un bouton d'arrêt ("kill switch") pour la fonction internet.

"Connecter des systèmes de sûreté-critique à internet est, fondamentalement, un projet dangereux", a avancé Jamie Court, président du Consumer Watchdog. "Les fabricants américains automobiles doivent mettre fin à cette pratique ou le Congrès doit intervenir afin de protéger notre système de transport et notre sécurité nationale".

 (avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/08/2019 à 13:02 :
"Un groupe américain de défense des consommateurs a averti que les nouveaux véhicules étaient de plus en plus exposés aux risques de piratage ..." : y'a pas besoin d'être une association ni américain pour comprendre (depuis déjà un moment !) cette évidence !!
Seulement quand on vit dans un monde où les Gouvernements se demandent s'il doivent exclure Huaweï de la 5G sans se poser la question une seule seconde s'il faudrait pas carrément interdire la 5G, quand on vit dans un monde où Facebook a toujours plus d'adhérents alors qu'au bout de 3 ou scandales inadmissibles tout le monde aurait du foutre le camp, on se dit qu'il reste beaucoup de chemin à parcourir !!
a écrit le 05/08/2019 à 8:57 :
Bravo à cette association pour cette belle analyse de la situation, le secteur marchand ayant ses raisons que la raison n'a pas.

"Le commerce est l'école de la tromperie" Machiavel

Ils ne le font pas exprès c'est juste qu'ils ne sont paramétrés qu'à penser à leurs seuls intérêts c'est pour ceci qu'il est indispensable que ce type d'association puisse les faire plier.

En UERSS, empire prévu pur durer mille ans, nous sommes par contre guidés par les seuls intérêts du secteur marchand avec quel grand succès hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :