Fonderie de Bretagne : après le blocage du CSE par les grévistes, Renault toujours déterminé à trouver un acheteur

Dernière action des salariés, en grève depuis trois semaines après la décision du constructeur de se séparer de sa filiale acquise en 2009: empêcher, lundi, la tenue du CSE qui, selon la CGT, devait acter la vente de l'usine. Une vente sans repreneur pour l'instant. Dans un communiqué publié aujourd'hui, le constructeur appelle au dialogue et se dit toujours déterminé à trouver un acquéreur.

3 mn

Photo d'illustration prise pendant une manifestation des salariés de Fonderie de Bretagne devant l'entreprise, le 23 mars dernier.
Photo d'illustration prise pendant une manifestation des salariés de Fonderie de Bretagne devant l'entreprise, le 23 mars dernier. (Crédits : Reuters)

Le groupe Renault, qui possède 100% de Fonderie de Bretagne depuis 2009, a confirmé mardi qu'il cherchait un acquéreur pour l'entreprise métallurgique dont il a décidé de se séparer, appelle à "mettre fin à la situation" (de blocage, Ndlr) sur le site de Caudan, bloqué par les grévistes depuis trois semaines.

Lire aussi : Fonderie de Bretagne : un blocage sur fond de délocalisation

"À la suite du processus d'information-consultation des salariés d'une période de deux mois qui s'est achevé ce jour (mardi), Renault Group engage la recherche d'un acquéreur pour le site de Caudan", indique un communiqué du constructeur automobile.

Le groupe précise dans son communiqué:

"Renault group réaffirme sa détermination à chercher un acquéreur viable économiquement et en capacité de maintenir l'activité et les emplois de la Fonderie de Bretagne de façon pérenne et à accompagner les salariés dans cette transition."

Tout en indiquant avoir "conscience des incertitudes partagées par les salariés du site", le groupe souligne cependant qu'il est "vital pour l'avenir du site de mettre fin à la situation de blocage et de permettre la reprise des activités dès lors que les conditions de sécurité seront réunies".

Selon Renault, "ce processus doit se poursuivre dans le dialogue avec l'ensemble des parties prenantes".

Les grévistes empêchent la tenue du CSE (qui aurait acté la vente selon la CGT)

Lundi 10 mai, environ 150 salariés de la Fonderie, en grève depuis le 27 avril, se sont rassemblés devant la sous-préfecture de Lorient pour empêcher la tenue d'un Conseil social et économique (CSE) qui a été annulé. Ce CSE devait acter la vente de l'usine, selon la CGT.

Lire aussi : HOP, Brittany Ferries, éoliennes, Fonderie de Bretagne, pêche : les cinq dossiers bretons très « chauds »

Les salariés de la fonderie de Caudan continuent de réclamer leur maintien au sein du groupe Renault qui a annoncé le 11 mars la mise en vente de l'usine.

À l'été 2020, le constructeur automobile a demandé une revue stratégique qui a conclu que le site devait diversifier ses activités et poursuivre la réduction de ses coûts de production.

Installée près de Lorient depuis 1965, la Fonderie de Bretagne, qui compte à présent 350 salariés, fabrique des bras de suspension, des collecteurs et coudes d'échappement, ainsi que des différentiels de boîte de vitesse.

La situation de cette entreprise métallurgique qui livre 95 % de ses pièces à Renault, témoigne des difficultés des fonderies françaises liées à la construction automobile.

Lire aussi : Automobile : peut-on encore sauver les fonderies françaises ?

(avec AFP)

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 11/05/2021 à 14:07
Signaler
stop a la désindustrialisation de la france la responsabilité du president et du ministre de l'industrie et celui des finances sont les seuls responsable et en plus la france est actionnaire ce qui prouve une fois de plus que le pouvoir se moque ...

le 11/05/2021 à 15:13
Signaler
Vous pouvez ajouter le ministère de l'écologie qui va être un destructeur de masse d'industrie et d'agriculture d'ailleurs ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.