Automobile : peut-on encore sauver les fonderies françaises ?

L'embrasement des fonderies bretonnes, mises en vente par Renault, rappelle la situation critique de ce secteur qui emploie 30.000 salariés en France. Le gouvernement pense qu'il est encore possible de sauver la filière, mais l'accélération de la transformation du secteur automobile joue en sa défaveur.
Nabil Bourassi

5 mn

(Crédits : STEPHANE MAHE)

Le moins que l'on puisse dire c'est que le timing de la communication de Renault apparaît décalé avec l'agenda social du groupe. Trois jours après l'annonce par la direction du constructeur de ses engagements RSE (responsabilité sociale et environnementale), la Fonderie Bretonne de Renault s'est embrasée : usine de Caudan (Morbihan) bloquée, direction séquestrée mardi, palettes d'expédition confisquées... Des actes condamnées par la direction qui, dans un communiqué publié mardi soir, appelait au calme, en rappelant que les discussions étaient encore en cours avec deux repreneurs potentiels de ce site, dont la cession a été annoncée le 11 mars dernier. 350 salariés sont concernés.

Lire aussi : Renault place la RSE au coeur de son plan de transformation

Le feu couve

En réalité, le feu couve sur l'ensemble des fonderies françaises. Les trois fonderies du groupe indien Gupta Family Group (deux dans la Vienne et une dans l'Indre, près de Châteauroux) sont en redressement judiciaire, et les 860 salariés espèrent un repreneur. Dans l'Aveyron, région déjà menacée par la fermeture d'une usine Bosch, c'est l'avenir de l'entreprise SAM (364 salariés) qui semble toujours dans l'impasse, un an après son placement en redressement judiciaire.

Lire aussi: La SAM, l'autre désastre industriel de l'Aveyron

Le gouvernement a reconnu que la situation était extrêmement critique pour la filière de la fonderie française. Lundi, à l'issue d'une réunion pour réactualiser le contrat stratégique de filière automobile, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, a souhaité mettre en place un plan d'actions spécifique pour sauver les fonderies françaises avec un fonds doté de 50 millions d'euros pour accompagner la formation des salariés, et la reconversion des sites.

Il a rappelé que la fonderie représentait 355 entreprises en France et 30.000 emplois directs, dont 15.000 dédiés à l'industrie automobile. Selon lui, les fonderies françaises souffrent de leur dispersion et de leur relative petite taille. Il a également relevé qu'elles étaient mal positionnées pour préparer l'après voiture thermique.

"Une voiture thermique, c'est 120 kg de métaux ferreux contre 35 pour une voiture électrique", a rappelé le ministre. Il est donc urgent selon lui de diversifier la filière.

Bruxelles et les normes environnementales mis en cause

En "off", les patrons de la filière automobile remettent en cause le rythme soutenu de la transition énergétique imposé par Bruxelles. La montée en puissance de la voiture électrique menace pas moins de 100.000 emplois en France, indiquait la semaine dernière Luc Chatel dans une interview au Figaro. A Bercy, qui veut pourtant pousser la filière française à se positionner sur le filon de l'électro-mobilité, on veut ralentir le rythme de la contrainte réglementaire. Ainsi, les pistes de discussions sur la norme Euro7 qui doit être adoptée en juin pour une entrée en vigueur en 2025 ont été jugées excessive par Bruno Le Maire qui veut en revoir les contours.

Ce n'est pas la première fois que la filière se plaint des normes environnementales pour expliquer des situations sociales compliquées. L'effondrement du diesel (77% des ventes en France en 2012, 28% en 2020) serait ainsi à l'origine du plan social de l'usine Bosch à Rodez (750 emplois supprimés). Avec l'avènement de la voiture électrique, largement poussée par les autorités, la voiture perd près toute la chaîne de traction thermique classique (équipements de dépollution, levier de vitesse...) au profit d'une chaîne beaucoup plus simple, soit autant de pièces en moins et donc d'emplois. Les gigafactories de production de batteries ne suffiraient pas, selon eux, à compenser ces pertes d'emplois.

Le sujet avait déjà été identifié en 2019

Pour Marc Mortureux, directeur général de la Plateforme Automobile, l'agenda de la réforme des fonderies a été contrarié par la crise du coronavirus: "les risques sur les fonderies françaises ont été soulignés dès décembre 2019. Mais le choc conjoncturel de la crise sanitaire a violemment accéléré la transformation structurelle que nous avions anticipé".

"Le changement de perspectives sur le mix énergétique des prochaines années par rapport à celles que nous avions il y a six mois est impressionnant".

Autrement dit, la transformation de la filière industrielle automobile sur fond de transition énergétique est devenue hors de contrôle pour les industriels qui n'arrivent plus à suivre le rythme. Car la fonderie n'est pas, en soi, condamnée au déclin. Une étude commandée par la Plateforme Automobile au cabinet Roland Berger début 2020, c'est-à-dire avant l'accélération de la transformation, disait même le contraire.

"La fonderie française est un secteur avec (encore) beaucoup de potentiel", écrit le cabinet de conseil dans son étude que s'est procuré La Tribune.

Selon elle, la fonderie automobile est un marché en croissance et atteindra même les 25 milliards d'euros de chiffre d'affaires en Europe en 2030, soit un rythme de 1,5% de croissance en moyenne par an.

L'étude Roland Berger a également relevé que si certaines fonderies françaises étaient en grandes difficultés, d'autres se portaient très bien avec des EBITDA supérieurs à 14%. Et d'aller plus loin: "la fonderie doit se réinventer. Elle est le lieu idéal pour le déploiement de l'industrie 4.0 utilisant l'analyse de données et l'IA comme différenciateur compétitif (certains ont déjà commencé)", est-il écrit dans cette étude livrée en juin de l'année dernière.

Tourner les fonderies vers l'Europe

Mais, en tout état de cause, les fonderies françaises n'échapperont pas à un important réajustement d'effectifs, souligne le cabinet, lequel estime qu'elles perdront 5.200 emplois sur les 13.500 du secteur d'ici 2030. Une "action concertée entre l'Etat, les donneurs d'ordres et les fondeurs" pourrait néanmoins sauver la moitié de ces emplois. L'étude recommande ainsi de sortir les fonderies françaises de leur dépendance au secteur automobile, mais surtout de "consolider" la filière autour de deux acteurs "pour dépasser la taille critique" (600 millions d'euros de chiffre d'affaires) avec une "aide au repositionnement compétitif".

Pour Marc Mortureux, "il faut envisager des consolidations pour créer des grands acteurs tournés vers le marché européen". Autrement dit, imaginer une Europe de la fonderie, 70 ans après l'Europe du charbon et de l'acier...

Nabil Bourassi

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 30/04/2021 à 10:49
Signaler
Installée depuis 60 ans à Béthune, dans le Pas-de-Calais, l'usine de pneumatiques Bridgestone, employant quelque 860 salariés et dont le géant japonais avait annoncé brutalement la fermeture en septembre, va fermer définitivement vendredi. L'épilogu...

à écrit le 29/04/2021 à 22:20
Signaler
Mais vous etes fous.Mais vous ne vendez pas assez des voitures c'est pour cela en consequence vous pouvez pas sauver vos places de travail.Vous avez une region francaise au canada Quebec il y a des francophons la bas pk vous ne lui vendez pas des voi...

à écrit le 29/04/2021 à 21:09
Signaler
J'ai une idée ! La pénurie de semi conducteurs, industrie moderne à forte valeur ajoutée est également une industrie de fondeurs, de fondations ! C'est l'occasion rêvée pour leur reconversion ! ok, ok, je sors...

à écrit le 29/04/2021 à 19:42
Signaler
François Mitterrand a rendu le déclin français inexorable et a même « subi » la réunification allemande. Jacques Chirac n’a rien voulu changer et à au contraire encourager l’entrée des pays européens à (très) bas coûts dans l’union. Nicolas Sarkozy...

à écrit le 29/04/2021 à 19:01
Signaler
Il n’y a pas de fatalité. Aussi, à quand des syndicats véritablement représentatifs en France ? A quand ? C’est une simple question

à écrit le 29/04/2021 à 17:03
Signaler
Les fonderies françaises n'ont d'avenir que si la production est à forte VA par rapport à la moyenne du secteur et impose une certaine souveraineté stratégique ( aciers et alliages spéciaux hte résistance pour l'aéronautique, le spatial, le militaire...

à écrit le 29/04/2021 à 16:03
Signaler
Ou comment faire acheter de l'acier fondu français, de la fonte aciérée française (réputée), de la fonte toute bête basique, c'est pas compliqué, le jouer à la Trump, aucun truc en fer n'entre dans le territoire s'il n'est pas composé de 60% de fer ...

à écrit le 29/04/2021 à 15:09
Signaler
Les verts ont réussi à faire fondre les fonderies comme neige au soleil. C'est en quelque sorte un écocide , c'est à dire l'assassinat d'un maillon du système économique

à écrit le 29/04/2021 à 13:07
Signaler
"Automobile : peut-on encore sauver les fonderies françaises ?" Mais pourquoi faire? Pour augmenter les déplacement inutiles? Il y a d'autre solution!

le 29/04/2021 à 18:29
Signaler
Vous habitez Paris non? Car en zone rurale et périurbaine la voiture restera indispensable. Après on peut mettre un moteur électrique c'est une bonne chose. Et puis les fonderie ce n'est pas que pour les voitures même si ici ils sont spécialisés là d...

à écrit le 29/04/2021 à 10:18
Signaler
le mouvement écologiste n aurait il pas sa part de responsabilité ,? le fiasco de la voiture electrique ?, meme Peugeot envisage de délocaliser pour la Hongrie alors que des friches industrielles attendent des reprenneurs.. l

le 29/04/2021 à 12:27
Signaler
c'est la base de leur vision dictatorial a leur debut ces ecolos s'en sont pris a la deforestation et au emballages papier et carton qu'il fallait remplacer par le plastique et combien d'emploi perdu dans ces fillieres et aussi a delocaliser pu...

le 29/04/2021 à 13:17
Signaler
Toujours la même erreur! Vouloir remplacer l'existant sans vouloir changer le fond! Rester a tout prix dans sa zone de confort! La question est : " Pourquoi autant de déplacement?"...Pensez a la pression migratoire, cela fera réfléchir!

à écrit le 29/04/2021 à 9:21
Signaler
Pas d'industries durables sans état fort, hors avec la tonne d'accords internationaux signés je crains que cela soit difficile et impossible avec ce gouvernement. Il est incroyable que l'UE ne se réveille pas, demain nous serons une colonie de la Chi...

à écrit le 29/04/2021 à 9:11
Signaler
c'est un artcile ecocide !!!!!!!!!! vous savez combien ca pollu et combien ca rechauffe la plenete, une forge? c'est anti ecolo, et anti ours blancs votre article va etre passible chez les khmers verts d'apologie de destruction de la nature!!! ( ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.