L'action Volkswagen bondit à la faveur de "mystérieux" achats

 |   |  406  mots
La presse soupçonne les familles Porsche et Piëch de profiter d'une action très faible pour renforcer leur contrôle du groupe.
La presse soupçonne les familles Porsche et Piëch de profiter d'une action très faible pour renforcer leur contrôle du groupe. (Crédits : © Mike Blake / Reuters)
L'action du constructeur automobile allemand en difficulté depuis l'éclatement du scandale des émissions truquées, monte de près de 7% ce vendredi. Les analystes s'interrogent sur un "mystérieux" acheteur qui profiterait de la forte baisse de l'action, dont le prix a été divisé de moitié au cours des deux dernières semaines.

De gros achats d'actions Volkswagen faisaient grimper le titre à la Bourse de Francfort vendredi, suscitant des spéculations sur un acheteur "mystérieux" de titres du géant automobile qui se débat avec le scandale des moteurs diesel truqués.

L'action ordinaire de Volkswagen prenait 7,19% à 124,55 euros à la Bourse de Francfort à 14H50 GMT, après avoir grimpé jusqu'à 12% plus tôt dans le journée.

25 milliards d'euros partis en fumée

L'action préférentielle, celle qui est cotée sur l'indice Dax des valeurs vedettes allemandes, grimpait quant à elle de 2,75% à 106,35 euros la même heure.

Le titre Volkswagen a perdu 50% sur les deux semaines suivant les révélations de son trucage à grande échelle de moteurs diesel, effaçant plus de 25 milliards d'euros de capitalisation boursière de la société, et faisant de la valeur une aubaine, aux yeux de certains analystes.

Plusieurs banques, comme Berenberg par exemple, ont émis une recommandation à l'achat sur l'action, qui en a profité pour reprendre quelques couleurs cette semaine (+16% par rapport à la clôture de vendredi dernier).

La presse soupçonne les clans Porsche et Piëch

Mais les mouvements de vendredi sur l'action ordinaire suggéraient de gros achats qui dépassent potentiellement le cadre de la simple spéculation sur un rebond du titre. "Cela ne peut pas être anodin", a indiqué à l'AFP une source de marché.

Le journal allemand Bild parlait d'un "mystérieux bond" et supputait qu'il y avait "anguille sous roche", évoquant une rumeur de marché d'achats de titres par le clan Porsche et Piëch, actionnaire majoritaire de Volkswagen.

Une famille déjà majoritaire

L'hypothèse d'un renforcement par un actionnaire de sa participation paraissait étayée par le fait que c'est l'action ordinaire qui en profitait le plus. C'est à chacune de celles-ci qu'est rattaché un droit de vote. L'action préférentielle donne le droit à un dividende plus conséquent mais moins de pouvoir d'intervention.

Les familles Porsche et Piëch, héritières de l'inventeur de la Coccinelle et fondateur de Volkswagen, détiennent par le biais de leur holding Porsche SE 52,2% du capital du mastodonte automobile. Juste après l'éclatement du scandale des moteurs truqués, qui a vu Volkswagen installer un logiciel fraudeur sur 11 millions de voitures dans le monde, Porsche SE a déjà étendu sa mainmise sur Volkswagen en rachetant 1,5% de Volkswagen à Suzuki.

>> Retrouver tous nos papiers sur le scandale Volkswagen

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2015 à 0:23 :
Les normes, encores les normes.....Le Diesel, une invention mieux adaptée aux cargos, camions et matériel agricole. Dans mon trou perdu, chaque tracteur qui passe peu être suivi à l'odeur...Il vaut mieux effectuer des essais en vraie grandeur que dans un labo, d'ailleurs la CEE qui adore baisser son froc a chaque occasion a proposé que ces normes soient baissées de moitié, ce qui d'ailleurs correspond à la réalité.
C'est une occasion de favoriser l'hybride au mélange méthanol sans oublier de mettre les camions sur les trains. Faire la guerre à une grosse entreprise qui emploie n'est pas productif lorsque l'on sait que de nombreux pays ne savent plus quoi faire de leurs ouvriers.
a écrit le 13/10/2015 à 19:22 :
Le parquet de PARIS doit ouvrir une commission rogatoire internationale pour défendre les acheteurs victimes de cette tromperie. Madame TAUBIRA doit donner les directives pour que cela se mette en place suite à la plainte que déposera Ecologie Sans Frontière.
a écrit le 12/10/2015 à 12:40 :
Les vieux moteur TDI EURO4 ayant été utilisés et trafiqués pour faire du EURO5 qui prouve que les mêmes bases obsolètes(Tdi) et ayant accumulé un retard technologique considérable respectent réellement la norme EURO6 depuis 09/2015 ??
Réponse de le 14/10/2015 à 12:23 :
C'est effectivement une sale histoire, après les scandales de l' Adac, du Tüv, de la presse investie des éléments de langage du groupe, ce nième épisode achève de discréditer le groupe VW..
a écrit le 12/10/2015 à 12:35 :
Un logiciel permettant de bidouiller les test de freins est-il installé sur les VW?
a écrit le 11/10/2015 à 11:08 :
ou achat bidon pour evite le pire
ou un montage de fiction de l'allemagne
Réponse de le 12/10/2015 à 14:58 :
C'est envisageable mais plus probablement la famille Porsche va essayer de mettre la mai sur la boutique VW, enfin ce qui va en rester..
a écrit le 10/10/2015 à 19:57 :
Lorsque le montant des dettes atteindra un niveau fixé par le conseil, la société se mettra en faillite. Les poursuivants pourront aller pleurer "sur le tableau de bord moussé d'excellente finition".
a écrit le 10/10/2015 à 12:00 :
Se re-pose la question : Qui a "balancé" VW ? Résumé : On sait depuis toujours que les normes techniques VW sont truquées comme les comptes de la société. J'en ai fait état sur ce fil a de nombreuses reprises. Des enquêtes diverses roulent depuis longtemps sans rien donner car les concurrents même de VW étouffent l'affaire. Ils ont déjà, depuis belle lurette négocié des contreparties. Rien ne sort. Ceux qui osent objecter sont pris pour des plaisantins. Et, soudain : Tout s'étale, les preuves abondent, la marque tombe dans l'abîme, sa valorisation avec. J'ai posé la question de savoir qui avait organisé la manoeuvre ? Il est évident comme indiqué que les grands actionnaires de long terme ont intérêt à ce que tout s'écroule pour pouvoir racheter à bon prix. Surtout après l'affaire Porsche qui voit ce petit constructeur racheter VW au bord de la faillite, 16 fois plus gros. Les américains parlaient alors de la souris qui rugit (comme un lion). L'affaire a donné lieu a de multiples scandales financiers et procès puisque les petits actionnaires ont été floués. Ils le sont encore une fois. Il est possible que des "put" aient été levés au plus haut permettant pour une action vendue d'en acheter deux au cours actuel. La dette s'assoit en effet sur la valorisation mais aussi le chiffre d'affaire qui baisse peu alors que ceux qui agiraient de cette manière se verraient à la tête d'un volant de garanties beaucoup plus important tandis que le cours reprendrait sont lit ordinaire. Il est probable que 1 ou deux autres jets venant d'options à lever soient déjà engagés pour compléter le mouvement, laissant aux "petits" les miettes et le soin de parfaire l'oeuvre. Les banquiers seraient ainsi largement rassurés car obtenant plus de garanties et donc un meilleur ratio interne. Il faut comprendre aussi que la société même, hormis les 4 milliards qu'elle devra certainement débourser pour clore cette affaire, n'est aucunement touchée par ces mouvements. Les journalistes parlent à tort d'argent "parti en fumée" mais c'est uniquement celui des actionnaires peu avertis. Certains nomment cela une escroquerie.
Réponse de le 10/10/2015 à 13:16 :
Au moment du scandale, ce n'était vraiment pas mon sujet mais j'ai jeté un oeil sur les cours de l'action depuis ces derniers mois. L'analyse graphique est assez surprenante, il me semble que l'on appelle cela "un climat baissier", en tout état de cause le sens allait vers le bas. Pour quelle(s) raisons ?
Réponse de le 10/10/2015 à 21:30 :
On assiste peut être au round 2 de l'affaire VW Porsche qui avait rincé certains HF anglosaxons mais cette fois , c'est les américains qui les tiennent et ils ne vont pas les lâcher ...
Le coût global est impossible à estimer mais on sera très loin de 4 milliards avec les class actions qui vont démarrer ...
D'ailleurs, la La provision actuelle de 6,5 milliards ne suffira pas ... dixit le management .
Réponse de le 10/10/2015 à 21:30 :
On assiste peut être au round 2 de l'affaire VW Porsche qui avait rincé certains HF anglosaxons mais cette fois , c'est les américains qui les tiennent et ils ne vont pas les lâcher ...
Le coût global est impossible à estimer mais on sera très loin de 4 milliards avec les class actions qui vont démarrer ...
D'ailleurs, la La provision actuelle de 6,5 milliards ne suffira pas ... dixit le management .
a écrit le 10/10/2015 à 11:39 :
Il est clair que remettre à jour un logiciel ne va pas couter cher, 15 minutes lors d'une vidange gratuite, et hop tout sera remis en ordre ;

Pour les poursuites judiciaires, les poursuivants devront démonter que les autres constructeurs "vertueux" ne polluent pas ou moins, et ce sera impossible, ils sont souvent pires ;

In finé, il sera aisé de démontrer que les gros cubes américains Ford Général Motors Nissan Chrysler polluent affreusement lourdement et très dangereusement outre le fait qu'ils consomment plus que de raison ;

Un procès VW solitaire ne pourra prospérer,

TOUS les constructeurs vont se voir attraits, appelés en cause par moultes associations, par devant justice et toute l'économie automobile va licencier très très massivement pour payer les amendes,

pour 1 milliard rançonné par les Etats en amendes, il y aura 5 milliards de pertes de rentrées fiscales, TVA et autres, et de cotisations sociales sur les salaires des plans sociaux ... plus les milliards d'indemnisation des chômeurs ...

pour le reste,

VW va mieux que bien, ses fondamentaux sont excellents, les moteurs VW émettent pas plus pas moins de pollution que les ceux des autres constructeurs,
les moteurs vieilles générations moteurs de Dacia Renault montés dans les Mercedes classe A B C sont bien pires !
Réponse de le 10/10/2015 à 17:16 :
c'est dommage, votre commentaire pourrait avoir de l'intérêt et une certain crédibilité...
Mais votre addiction aveugle à la voiture VAG au mépris de tout le reste a été plus forte avec votre dernière phrase gratuite, fausse et sans argument... bref ridicule !

au moins vous nous faites sourire, c'est déjà ça.
Réponse de le 10/10/2015 à 20:01 :
S'il n'y avait que le logiciel à modifier, évidemment. Sauf que c'est tout le moteur jusqu'à l'échappement qu'il faut modifier. Et là, c'est très loin d'être gagné.
Réponse de le 11/10/2015 à 8:47 :
VW pourrait respecter les règles mais en ajoutant un système qui coute 300€. Ce n'est pas en modifiant le logiciel que ça ira changer quelque chose.
Installer le truc sur une voiture neuve ou sur un véhicule ayant roulé n'a certainement pas le même cout.
En attendant comme dit par d'autres, il y a une énorme tricherie. En Europe, l'efficace marketing allemand limitera la casse (la preuve votre commentaire). Aux USA, ce n'est pas le cas, et l'ardoise risque d'être plus que salée.
Pour en revenir à votre commentaire, c'est la tricherie qui sera poursuivie, et non la pollution des autres constructeurs. La justice américaine ne plaisante pas avec le mensonge.
Réponse de le 11/10/2015 à 9:43 :
Si tu ne fais que du changement logiciel, tu auras un veau (perte de puissance) qui consommeras énormément (conso d'addblue notamment) ... Deutsche Qualität ... pour les gogos.
Réponse de le 11/10/2015 à 17:40 :
Le moteur concerné date de 2005, pas tout jeune. Il parait qu'un filtre à 300 euros aurait suffit (mais n'a pas été adopté, coût oblige), d'autres disent que c'était désespéré.
Ma 208 de fin 2014 consomme 3,6-3,8L (sur 10 000km en Suède en juin) selon les types de route. J'espère qu'avec son Uniblue à l'urée (-> azote et eau), les NOx sont réduits, et le CO2 acceptable.
Dommage pour le fabricant de filtre qu'un marché de 11 million de pièces lui ait échappé.
Réponse de le 11/10/2015 à 20:31 :
@Trollwagen Ils sont cuits, même le management ne parvient pas à mesurer l'ampleur du désastre à venir, voilà ce qui se passe quand on raisonne avec une tête bouffie d'orgueil..!!!
Réponse de le 12/10/2015 à 12:48 :
Vous symbolisez bien le "Chant du Cygne" VW et affirmez bien les valeurs du groupe :
- Arrogance
- Désinformation.
- Dénigrement des autres ( qui eux savent faire des moteurs ).
- Manipulation de l'information
- Corruption
- Pratiques commerciales douteuses
- Vanité
- Suffisance boursoufflée.

Il y a 10 ans le contrôle exercée sur les médias laquais aurait suffit mais aujourd'hui il y a INTERNET et VW n'échappera a RIEN !!
a écrit le 10/10/2015 à 0:11 :
Tant qu'il s'agit de capitalisation perdue, ce n'est que de l'argent fictif qui s'est envolé. Et puis il y a une tendance profonde de nos jours à faire de la Bourse un casino. Non, le problème est : A t-on vraiment pris conscience de l'ampleur du problème posé ? Il aura fallu plus d'une semaine pour que, le nombre de véhicules concernés augmentant chaque jour, l'on commence à évoquer l'avenir du groupe. Comme l'indique la pub Renault, c'est simple : Confiance en le Made In Germany écornée, notoriété des marques du groupe touchée (en plus 2,1 millions de clients Audi se sont aperçus qu'ils avaient en fait acheté des Volkswagen, dur), relation faisant appel à l'imaginaire détruite (un point particulièrement important, surtout dans l'Automobile), perspectives d'un ralentissement important des ventes avec conséquences douloureuses non seulement chez Volkswagen mais aussi chez l'ensemble des équipementiers sous-traitants, notamment les fournisseurs de pneumatiques. Interrogations pour les banques allemandes du groupe mais aussi pour la banque Volkswagen elle-même. On parle aussi du sponsoring dans le sport. Tout cela certes alors que la qualité intrinsèque des produits n'est pas remise en cause mais que de façon globale des questions de l'utilisation de l'électronique dans les voitures ou d'adaptabilité du moteur diesel aux normes Européennes se posent. La perspective de faillite existe bel et bien et ce point ne semble pas alarmer outre-mesure, enfin peut-être un peu outre-Rhin mais pas en Espagne car l'usine principale se trouve en Catalogne et pas en France puisque ce n'est pas une marque française. Les solutions apportées ? Consultez le site Web du Volkswagen Group, aujourd'hui il n'y en a pas. Certes, là encore, les choses doivent se mettre en place mais quoi de plus négatif pour le consommateur/client qu'une attente de plus de 3 mois sans savoir ce qui va se passer ? Maintenant que le mal est fait, soit l'Europe modifie sa norme Euro V, accorde un délai, négocie les amendes, ou fait un effort de pardon, soit il se pourrait, comme ça l'a été pour d'autres, que ça soit une marque chinoise qui rachète bientôt Volkswagen.
Réponse de le 10/10/2015 à 8:56 :
"en plus 2,1 millions de clients Audi se sont aperçus qu'ils avaient en fait acheté des Volkswagen, dur". J'espère qu'ils ne sont pas c... au point de ne pas s'en être aperçus plus vite ; d'ailleurs la Seat Exeo n'était qu'un clone de l'Audi A4 de 2001. Tout au plus les ajustements sont mieux faits sur une Audi, l'insonorisation plus poussée, mais ce qui coûte cher, les plate-formes et les moteurs sont les mêmes chez Seat, VW, Skoda et Audi.
Réponse de le 10/10/2015 à 8:58 :
Quant aux normes Euro 6 (pas 5), elle est en vigueur, les autres constructeurs la respectent -du moins en principe-, il appartient à VW d'adapter ses modèles au plus vite.
Réponse de le 10/10/2015 à 10:48 :
Merci de votre réponse. Concernant les normes, je parle plutôt d'une "dérogation" ou d'un "aménagement" (temporaire) d'une norme maintenant dépassée, pour ce cas précis. Tant il est vrai que tout problème économique peut se résoudre par une volonté politique, le problème de survie de Volkswagen (et des emplois) va bientôt dépasser l'aspect triche et si on n'y prend garde il sera trop tard pour revenir en arrière. (attention je ne parle pas Environnement, qui est un autre sujet).
Les normes deviennent trop contraignantes pour le moteur à explosion et deviennent opposées à son bon fonctionnement (j'ai encore lu cette semaine un article à propos de l'utiisation des rampes d'injection du diesel pour l'essence, analyse judicieuse du rédacteur faisant entrevoir notament la fin du "Stop & Start" (en fait son inutilité avec la norme Euro VII).
Concernant l'Exeo, je connais mais c'est bien de le rappeler pour ceux qui ignorent ce détail. Audi mise sur l'alu et l'image et je ne pense pas qu'un client Audi aime a dire qu'il a acheté une Volkswagen. Vous verrez cette affaire sera plus délicate encore pour Audi (souvenez-vous qu'autrefois Audi et VW étaient liés dans VAG). Cela ne sera pas tant en fait pour les véhicules actuels, beaucoup étant achetés en leasing (les "acheteurs" reprendront une Peugeot) que pour les clients d'une Golf ou d'une Polo (globalement). S'ajoutent les perspectives négatives -aussi en terme d'image- sur le marché de l'occasion. Oui les marques du groupe Volkswagen se préparent à un avenir difficile. Pour en revenir à l'article de la Tribune, certains spéculateurs vont "jouer" avec le titre pendant quelques temps, mais si vous voulez une valeur sûre achetez plutôt du Peugeot.
a écrit le 09/10/2015 à 20:46 :
Ou comment s'endetter pour redonner de l'oxygène à une entreprise en passe de trépassser...!!!
Réponse de le 10/10/2015 à 13:52 :
Il n'y a pas d'émission d'actions mais achat d’actions sur le marché secondaire (déjà émises) : il n'y a donc pas d'oxygène puisque l'argent ne va pas à l’entreprise mais aux vendeurs de ces actions.
Réponse de le 11/10/2015 à 20:24 :
Bien vu !
a écrit le 09/10/2015 à 20:29 :
Il faut espérer que cet acheteur fera une meilleure affaire que M. Macron, et donc l'État, qui avait acheté 14 millions d'actions Renault pour 1 milliards d'euros au printemps (l'histoire des votes double) avec promesse de revente avant la fin de l'année. Seulement il y a un gros casse-tête car l'action Renault a chuté de près de 30% depuis avril. M. Carlos Ghosn n'est pas content !
Reste à parier sur le montant de la facture pour le contribuable. Près de 300 millions pour le moment.
Réponse de le 10/10/2015 à 9:01 :
La magouille de l'état pour accroître sa mainmise sur Renault aurait tourné au fiasco financier ? Excellente nouvelle, le capitalisme d'état est toujours un désastre qui devrait être constitutionnellement interdit.
Réponse de le 10/10/2015 à 12:05 :
Inexact, @Claude87, le contribuable ne perd rien tant que les actions ne sont pas revendues. Renault va accroître son chiffre d'affaire désormais et la revente sera bénéficiaire. Il ne faut pas mélanger l'intention politique en trahissant les faits.
a écrit le 09/10/2015 à 19:58 :
C'est au mins la preuve que les marchés n'accordent guère de crédit à un éventuel effondrement de VW.
Réponse de le 09/10/2015 à 20:11 :
Si les marchés pensaient que Volkswagen aller s'effondrer, l'action serait à des niveaux bien plus bas. Cette hausse est plus due à des opportunistes qui souhaitent soit accroître leur main mise sur le capital ou fait un coup boursier.
Réponse de le 10/10/2015 à 11:06 :
TOO BIG TO FAIL !
C est tout aussi simple !
VW c est 600.000 employés repartis dans tous les pays du monde.
C est un monument inebranlable. On a deja vu ca en 1946 !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :