Renault : l'État donne son feu vert aux 5 milliards d'euros de prêt

 |   |  601  mots
(Crédits : Gonzalo Fuentes)
Le gouvernement estime avoir obtenu les garanties qu'il réclamait pour l'avenir des salariés de l'usine de Maubeuge. Dans le même temps, les salariés du site de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) ont annoncé une grève reconductible à l'appel de l'intersyndicale locale (FO, CFDT, CGT, CFE-CGC).

Le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le maire va valider ce mardi le prêt garanti par l'État de 5 milliards d'euros pour aider le constructeur automobile Renault à traverser la crise du coronavirus, a-t-on appris auprès de Bercy.

Le gouvernement, qui avait jusqu'ici réservé sa signature, estime avoir obtenu les garanties qu'il réclamait pour l'avenir des salariés de l'usine de Maubeuge (Nord), inquiets d'un projet de fusion avec le site de Douai, à 70 km de distance.

M. Le Maire "signera aujourd'hui la garantie du prêt de 5 milliards d'euros qui doit être consenti à Renault", a annoncé le ministère de l'Économie à l'AFP à l'issue d'une réunion avec des élus, représentants des salariés et la direction de l'entreprise.

Lire aussi : Plan de transformation Renault: un remède de cheval encore incomplet

Le ministre "a demandé à ce que s'ouvre immédiatement un dialogue social et technique, pour mettre au point un projet industriel d'avenir (...) qui devra garantir à long terme, au-delà de 2023, l'emploi et le niveau d'activité industrielle sur le site de Maubeuge et son territoire".

Dans le cadre d'un plan d'économies de 2 milliards d'euros, le groupe au losange envisage de transférer la production des utilitaires électriques Kangoo de Maubeuge vers l'usine de Douai.

"Aucune décision ne sera prise sur des transferts d'activité tant qu'un tel projet d'avenir n'aura pas l'accord des parties", a indiqué Bercy. Des discussions "débuteront la semaine prochaine entre les représentants des salariés et la direction de Renault, ainsi que les représentants du territoire".

Lire aussi : Renault : Senard n'a "aucune intention de fermer le site de Maubeuge"

Une nouvelle réunion sur le sujet, présidée par M. Le Maire, "aura lieu en septembre pour faire le point".

Une grève reconductible à l'usine de Choisy-le-Roi

Dans le même temps, les salariés de Renault du site de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) étaient en grève mardi à l'appel de l'intersyndicale locale (FO, CFDT, CGT, CFE-CGC) pour protester contre la fermeture annoncée de leur site, a-t-on appris de sources syndicales.

"Plus de 200 salariés", sur les 262 que compte le site au total, "mobilisés pour la sauvegarde leurs emplois", étaient rassemblés depuis 6H00 locale devant l'usine, spécialisée dans la rénovation et le reconditionnement des moteurs et boîtes de vitesse, a indiqué à l'AFP Brahim Hachouche (FO).

"L'usine est à l'arrêt. Nous attendons quelqu'un de la direction centrale qui doit nous expliquer; nous avons le soutien de la mairie", a ajouté M. Hachouche, en précisant que la grève était "reconductible".

Le site de Choisy est le seul, sur les 14 que compte le groupe industriel en France, dont la fermeture définitive a été annoncée à ce stade à l'horizon 2022 dans le cadre du plan d'économies qui prévoit de supprimer 4.600 postes en trois ans en France soit près de 10% des effectifs du groupe dans l'Hexagone. Son activité doit être transférée au site de Flins (Yvelines).

Selon Fabien Gâche, délégué central CGT (3e syndicat), "les salariés ont bien compris que le projet n'avait pas d'autre objet que de réduire les capacités de production et n'entendent pas se laisser faire".

Selon lui, cette grève à Choisy-le-Roi est le "prélude à des actions massives de tous les établissements". Une réunion de l'intersyndicale (CGC, CFDT, CGT, FO) au niveau central a eu lieu mardi matin "en ce sens" et une délégation de l'intersyndicale centrale doit se rendre mercredi sur le site du Val-de-Marne.

Lire aussi : Renault-Nissan: l'ambitieux plan Senard pour relancer l'Alliance

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2020 à 19:00 :
Renault manque d'argent et a un avenir incertain et pourtant il continue en F1 !
a écrit le 02/06/2020 à 20:57 :
De quelles garanties s'agit-il? D'un point de vue boursier Renault et Nissan ne semblent pas avoir été de bonnes affaires; pourtant, on a fait appel à un ancien de Rothschild..
a écrit le 02/06/2020 à 17:27 :
Après des garanties de dialogue social ds les négo de Renault avec les représentants du personnel et les syndicats, il est indispensable que l'Etat n'interfère pas ds les décisions industrielles de la direction de l'E. tt en la soutenant ds ses choix, au risque de plomber la confiance des partenaires que JDS a permis de retrouver avec difficulté ( pour effacer la transition mortifère de l'affaire CG) ds son salutaire plan de relance stratégique de l'Alliance.
Le pire serait que cette Alliance soit rompue à cause d'une trop forte implication étatique, incompatible avec l'esprit de gouvernance nippon, laissant alors R. seul, trop petit sur le plan international pour affronter des ogres comme VW, Toyota, Hyundai et le futur groupe PSA/FCA, et voué alors à être absorbé ( comme Seat par VW) et cédé par compartiment (avec les marques low cost Dacia, Lada, Kwid), occasionnant une catastrophe industrielle sans précédent d'un groupe national.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :