Climat : le groupe Bouygues réinvestira... bientôt

Le géant du BTP, qui a présenté sa stratégie climat fin 2020, « précisera » ses investissements en 2021. Mais le patron de Bouygues n'envisage pas pour l'heure des efforts supplémentaires importants.
César Armand

3 mn

(Crédits : Charles Platiau)

Dans le BTP, le climat des affaires va désormais de pair avec le climat tout court. Mi-décembre 2020, le géant du secteur, Bouygues, a présenté sa stratégie dans ce domaine. D'ici à 2030, le groupe coté au CAC 40 entend en effet réduire ses émissions de gaz à effet de serre dans les cinq métiers du groupe (rail-route, construction, immobilier, télécoms et médias), sans préciser les sommes qui y seront consacrées.

"A ce stade, pas d'investissements déformants"

Lors de la présentation des résultats 2020 ce 18 février, le désormais président non-exécutif Martin Bouygues, vantant la "situation financière très solide" du groupe, a annoncé qu'il "investirait en 2021 pour renforcer ses métiers et accélérer leur croissance dans les prochaines années". Aussi, à la question de La Tribune de savoir quels investissements seraient débloqués en 2021 pour la stratégie climat et les montants alloués à chaque métier, c'est le nouveau directeur général qui a répondu :

"2021 est destinée à franchir les différentes étapes de la stratégie climat. L'ensemble des moyens et des actions proposées en décembre sont des choses raisonnables en termes d'investissements. On va préciser en 2021. Les chiffres des concurrents nous paraissent assez forts", a déclaré Olivier Roussat.

Et d'ajouter : "à ce stade, pas d'investissements déformants".

Autrement dit, le patron de Bouygues n'envisage pas pour l'heure d'investissements entraînant des efforts supplémentaires importants, précise-t-on a posteriori dans l'équipe dirigeante du groupe coté.

Diminuer les émissions directes de CO2

A défaut de connaître les espèces sonnantes et trébuchantes sur la table, le géant du BTP entend agir sur les scopes 1, 2, 3a et 3b. Il s'agit, respectivement, des émissions directes de CO2, des émissions indirectes liées aux consommations énergétiques, et des émissions indirectes en amont et enfin des émissions indirectes en aval.

Chez sa filiale Colas, métier dédié à la route et du rail, il s'agit, par exemple, de diminuer les émissions directes des équipements et industries (verdissement du matériel, télématique embarquée...), de réduire l'intensité carbone des produits et matériaux (production de béton bas-carbone, utilisation de matériaux biosourcés) ou encore de réduire les émissions de gaz à effet de serre des clients usagers.

Lire aussi : « Le ciment et le béton bas-carbone impliquent des investissements massifs » François Petry, LafargeHolcim France

De la même manière que Bouygues Construction et Bouygues Immobilier veulent, pour le premier, monitorer les consommations d'énergie et augmenter les projets bois, pour le second, concevoir et déployer des offres décarbonées (logement, tertiaire et aménagement). Du côté de Bouygues Télécom et de TF1, l'accent est notamment mis sur l'électricité bas carbone pour l'un, sur l'écoproduction des programmes pour l'autre.

Ces belles intentions feront l'objet d'une information annuelle dans le cadre du rapport intégré et de la déclaration de performance extra-financière, promet d'ores et déjà le groupe coté.

A la Bourse de Paris, le titre a clôturé en baisse de 0,63% jeudi jour des résultats, à 34,46 euros. La filiale Colas a, elle, terminé à -2,87%.

Lire aussi : Coronavirus: Eiffage abaisse ses prévisions, Bouygues les suspend

César Armand

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.