Bouygues : la route solaire Wattway sera commercialisée "courant 2019"

 |   |  433  mots
(Crédits : Charles Platiau)
Le chiffre d'affaires commun à Colas, Bouygues Construction et Bouygues Immobilier a augmenté de 15% au quatrième trimestre 2018 par rapport à la même période de 2017. Devant ces bons résultats, l'action a pris 3,45% en ouverture à la Bourse ce matin.

Malgré un ralentissement du marché du logement en 2018, les activités construction du numéro 1 du BTP ont progressé l'an dernier. Le carnet de commandes a augmenté de 5%, et la part à l'international est passée de 57 à 61%. Sa filiale Colas, spécialisée dans la construction d'infrastructures, a ainsi cru de 8% "porté par les marchés de la route et du ferroviaire", a indiqué ce 21 février le directeur général délégué du groupe Bouygues Olivier Roussat.

À elles trois, les entités Colas, Bouygues Construction et Bouygues Immobilier ont en effet apporté aux BTPistes une plus-value de 106 millions d'euros en 2018. "Ces hausses reflètent les bonnes performances de Colas et de Bouygues Construction et le retour à une contribution positive de Bouygues Énergie et Services (branche de Bouygues Construction, Ndlr)."

En revanche, Bouygues Immobilier accuse le coup avec une baisse de chiffre d'affaires de 19 millions d'euros, en raison "du décalage d'un projet d'immobilier d'entreprise qui a "shifté" du quatrième trimestre 2018 au premier trimestre 2019". Ce recul intervient au moment même où un nouveau président, Pascal Minault, a été nommé le 14 février dernier. "Ces résultats ne remettent pas en cause notre confiance dans les perspectives du marché", a toutefois tempéré le DG délégué du groupe.

Grand Paris Express et route solaire au menu pour 2019

En réalité, pour s'assurer des revenus réguliers, le BTPiste mise sur la maintenance des infrastructures. Selon Olivier Roussat, ce champ est synonyme de "plus d'activité récurrente" et de "plus de pérennité de la marge".

"Il y a une forte demande à l'échelle mondiale pour des projets complexes et des offres plus sophistiquées et intégrées", a renchéri le Pdg Martin Bouygues. "Nos trois activités construction sont bien positionnées", a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, si le président de Bouygues Construction a confirmé vouloir répondre aux prochains appels d'offres de la Société du Grand Paris, il est resté plus prudent sur le Lyon-Turin.

"Je ne sais pas s'il va se faire...dans ce monde austère", a estimé Philippe Bonnave.

Annoncée depuis des années, la route solaire Wattway devrait, elle, sortir des laboratoires "courant 2019", a annoncé le Pdg de Colas.

"Nous sommes en train d'améliorer la technique et d'affiner nos offres marketing", a déclaré Hervé Le Bouc. "Deux contrats ont déjà été signés et des contrats-cadres sont en cours avec des clients très importants". Sans préciser lesquels, cela va sans dire.

En ouverture de la Bourse ce matin, l'action du groupe Bouygues était à 32,66 euros (+3,45%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/02/2019 à 7:18 :
Les routes thermo-solaires (ou à énergie positive) ne coûtent par cher (tuyaux de plastiques recyclés à 10 cm de profondeur avec stockage dans un bulbe en fin de sonde géothermique de 20 à 200 m), sont amorties parfois en 1 saison (routes ou pistes d'aéroports gelés etc), produisent beaucoup d'énergie (plus de 250 KWh/m2/an), peuvent éviter avec stockage estival l'emploi de sel polluant pour le dégel et les coûteux et risqués problèmes de circulation associés, permettent l'apport au chauffage urbain local, dont piscines, réseaux de chaleur basse température, serres agricoles etc, voire le froid (par système d'adsoption par exemple), améliorent la durabilité des revêtements, baissent la température des îlots urbains en eté et correspondent à des quantités très élevées de revêtements dans le monde, d'énergie, de marchés potentiels etc.

Les infrastructures routières représentent en France 1,2 % de la surface du territoire métropolitain, soit l'équivalent de plus de 3 fois le chauffage. 100 % du chauffage et de l’eau chaude sanitaire pour un éco-quartier de 55 000 m2 peuvent être couverts par 4 km de chaussée avec stockage estival et pompe à chaleur de Cop augmenté.

Voir Power Road d'Eurovia et/ou Novatherm avec Vermot TP (Jura), Entreprise Charier (Ouest-France) avec Hélianthe, Eiffage avec l'IFSTTAR, Thermalbanks d'Icax (GB) etc.

https://www.youtube.com/embed/z3oyn39kjOE
a écrit le 21/02/2019 à 18:52 :
après les avions renifleurs, la route solaire...
"rigolez pas c est avec vos impôts qu ils paient ces sornettes " Coluche

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :