Comment la Fédération des promoteurs immobiliers politise la production de logements neufs

Successeurs de la biarrote Alexandra François-Cuxac, le lillois Pascal Boulanger et le corrézien Christian Terrassoux sont les nouveaux président et président délégué de la fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Très politisés comme leur prédécesseuse, ils entendent réhabiliter auprès des élus et de la population l'acte de construire comme un acte "nécessaire, utile et noble" sans attendre les conclusions de la mission Rebsamen sur la construction neuve.
César Armand

5 mn

De gauche à droite: Pascal Boulanger, nouveau président de la fédération des promoteurs immobiliers (FPI), et Christian Terrassoux, président délégué de la FPI.
De gauche à droite: Pascal Boulanger, nouveau président de la fédération des promoteurs immobiliers (FPI), et Christian Terrassoux, président délégué de la FPI. (Crédits : Montage « Studioanna » - La Tribune)

Elle vient de tourner la page. Présidente de la fédération des promoteurs immobiliers (FPI) depuis 2015, la biarrote Alexandra François-Cuxac vient de céder son fauteuil de porte-parole des professionnels du logement neuf. Pendant six ans, elle aura œuvré à la numérisation des habitats, au rapprochement avec l'Union sociale pour l'habitat, ou encore à la création de l'avantage fiscal dit Pinel avec la ministre éponyme. Ce dispositif permet aux investisseurs particuliers de bénéficier d'une fiscalité bonifiée dans le résidentiel neuf à condition d'avoir un locataire pendant six ans.

Lire aussi 2 mn«La ville du futur est complexe : toutes les intelligences seront nécessaires pour la faire sortir de terre», Alexandra François-Cuxac (FPI)

Un lillois, un corrézien et une armada de vice-présidents

Pour lui succéder, deux hommes, et une armada de vice-président(e)s dont les portefeuilles restent à définir: Caroline Fortier, directrice générale de Sogeprom ; Bruno Béni, président de Topaze Promotion ; Caroline Delgado-Rodoz, directrice générale de REI Habitat ; Emmanuel Desmaizières, directeur général d'Icade Promotion ; Maurice Sissoko, directeur général de Citallios, Marc Villand, Pdg du groupe Interconstruction et Louis Ziz, directeur général d'Oxalys Immo.

En tête du nouveau binôme, le lillois Pascal Boulanger, patron du groupe éponyme spécialisé dans la promotion, les agences immobilières, l'hygiène et la propriété, les services à la personne ou encore l'entretien des espaces verts. Vice-président trésorier jusqu'à aujourd'hui, ce dernier est le nouveau président de la FPI.

Lire aussi 8 mn«L'acte de construire dérange», Pascal Boulanger, candidat à la Fédération des Promoteurs Immobiliers


De l'autre, le corrézien Christian Terrassoux, ex-Pdg-fondateur de Pitch Promotion - revendu au groupe Altarea en 2015 - et désormais président d'Altana Promotion. Ancien président de la Fédération des promoteurs immobiliers d'Île-de-France puis vice-président au niveau national, il est l'actuel président délégué.

Deux personnalités très politisées à la manière de l'ex-présidente biarrote

A la manière d'Alexandra François-Cuxac qui a croisé quatre ministres du Logement en six ans - Sylvia Pinel, Emmanuelle Cosse, Julien Denormandie et Emmanuelle Wargon -, Pascal Boulanger, professionnel des Hauts-de-France comme le potentiel candidat à l'élection présidentielle Xavier Bertrand, et Christian Terrassoux, originaire des terres des présidents Chirac et Hollande, ont déjà politisé leurs discours inauguraux du 29 juin 2021.

Dans un contexte complexe de "choc de la pénurie de l'offre" du fait de la Covid-19 et de l'ajournement des élections municipales et intercommunales en 2020, le gouvernement a pris la décision de diviser par deux l'artificialisation nette des sols sur la prochaine décennie dans le cadre de la loi "Climat et Résilience" tout en faisant entrer en vigueur une nouvelle réglementation environnementale des bâtiments neufs dès le 1er janvier 2022.

Ainsi, de la même manière que la semaine dernière, l'ex-présidente s'étonnait d'une "transformation déjà à l'œuvre qui s'accélère non sans poser des difficultés"le désormais président de la FPI a jugé que "L'Etat [était] ambigu : d'un côté, il pousse la construction, de l'autre, il fait le zéro artificialisation nette. Partons plutôt de ce que veut la population".

"L'acte de construire est nécessaire, utile et noble"

Que ce soit Alexandra François-Cuxac ou son successeur Pascal Boulanger, tous deux s'érigent effectivement en créateurs de la ville responsable sans attendre les normes écologiques dictées par l'administration. Pour la première, "le logement durable est une source d'innovation qui le tire vers la qualité, qui maîtrise les coûts et qui répond aux aspirations des Français". Pour le second, "nous sommes déjà leaders sur la production environnementale et performante sur le plan énergétique".

Les mots changent, mais le slogan est sensiblement le même. Après le credo "Aidons la ville de demain à sortir de terre" répété à l'infini par les promoteurs immobiliers au lendemain du second tour des élections municipales de 2020"l'acte de construire est nécessaire, utile et noble" s'affirme comme le mantra 2021 des professionnels du logement neuf.

"Nécessaire parce que nous ne pourrons pas empêcher le besoin de logements pour nos concitoyens, utile car cela crée des emplois, de la TVA ainsi que des logements sociaux et noble car le logement neuf est beau esthétique", a explicité Pascal Boulanger.

L'impatience en attendant la remise du rapport Rebsamen

Ce dernier comme sa prédécesseuse Alexandra François-Cuxac ne blâment plus les maires qui bloquent les permis de construire mais attendent beaucoup de la commission Rebsamen. L'ancien ministre de François Hollande et président (PS) de Dijon Métropole venant de prendre la présidence de la Commission nationale de relance de la construction dans laquelle siège les promoteurs.

Sa mission : « étudier et objectiver les freins à la construction de logements du point de vue des collectivités », « interroger le droit de l'urbanisme et les dispositifs concourant à la libération du foncier », « sortir de la logique de renégociation des droits à construire » ou bien « recenser les freins réglementaires ». Vaste programme. Le Premier ministre Jean Castex attend ses conclusions pour le 15 septembre 2021 au plus tard.

Lire aussi 7 mnRebsamen veut débloquer la construction neuve par l'incitation et la pénalisation

César Armand

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 30/06/2021 à 9:53
Signaler
Le logement est trop cher, c'est ça le problème. Peut-être grâce aux aides de l'Etat : a) défiscaliser la construction neuve avec le Pinel, etc..., ça fait des acheteurs qui ne regardent plus les prix, et b) les hausses d'allocations logement se retr...

à écrit le 30/06/2021 à 9:26
Signaler
Quand on n'est motivé que par l'argent on ne peut pas faire de discours intelligents.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.