Pollution au béton dans la Seine : Vinci condamné à 50.000 euros d'amende

 |   |  435  mots
(Crédits : Charles Platiau)
Une filiale de Vinci accusée d'avoir rejeté des résidus de béton dans la Seine à Nanterre a été condamnée mercredi, dans une procédure de "plaider-coupable", à 90.000 euros d'amende, dont 40.000 avec sursis.

L'entreprise de BTP Dodin Campenon Bernard, filiale à 100% de Vinci Construction France, a été reconnue coupable d'"avoir déversé de manière accidentelle dans la Seine de l'eau grise chargée de sable et de traces de ciment désactivé ayant pour effet de nuire à la reproduction des poissons sur une surface de 25 m²", a indiqué le président.

Cette centrale à béton sert à alimenter un chantier d'extension du train Éole vers la banlieue ouest de Paris.

La décision, négociée au préalable avec le parquet dans le cadre d'une procédure de "comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité", a été validée mercredi par le tribunal de Nanterre qui a en revanche, pour raison technique, dû repousser les débats sur les dommages et intérêts au 18 septembre.

Des faits découverts en mars 2019

Les faits avaient été découverts en mars 2019: des agents d'une fédération locale de pêche avaient constaté un déversement de résidus de béton dans la Seine à Nanterre et aussitôt porté plainte. Plusieurs associations de pêche et environnementales se sont depuis portées parties civiles.

Selon France Nature Environnement, "le déversement a détruit totalement le milieu".

"C'est une affaire gravissime traitée avec une forme de banalité", a déploré Laurent Benarrous, avocat de parties civiles, fustigeant le comportement de certaines entreprises du bâtiment qui "se comportent comme des voyous".

Même si la peine est quasi-maximale par rapport à ce que prévoit la loi, "le bénéfice est "vingt fois plus important que la peine d'amende donc elle ne sera jamais dissuasive", estime l'avocat.

"C'est d'autant plus décevant qu'ils ont été poursuivis pour une pollution involontaire alors que les constats démontraient que la pollution était parfaitement volontaire, organisée, sur une durée de 18 mois", a-t-il tancé.

200.000 euros pour remettre le site en état

L'avocat du prévenu Philippe Goossens s'est lui dit "satisfait du traitement judiciaire" de ce dossier: "Le tribunal a constaté, comme le parquet, que c'était accidentel, avec des effets limités" sur l'environnement.

Pour lui, l'accident est uniquement dû à un "dysfonctionnement d'une zone de stockage, mais à aucun moment il n'y a eu de volonté de déversement dans la Seine".

"On s'est attaché à remettre immédiatement en état" le site pour un montant de 200.000 euros, a-t-il précisé, aussitôt démenti par la fédération plaignante. Selon elle, "sous l'eau, rien n'a été fait".

Lire aussi : Pollution au béton de la Seine : "incident involontaire" pour Vinci, "accident intolérable" pour la région

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/03/2020 à 19:59 :
Pourquoi l'auteur devrait avoir un surcis, alors que la nature n'en avait pas le droit.
De plus je pense que la remise en état pour EUR 200'000.-- c'est l'état qui a payé.

Tout cela me semble lamentable de la part du tribunal. Honte à Vinci!!
a écrit le 11/03/2020 à 19:21 :
"dysfonctionnement d'une zone de stockage, mais à aucun moment il n'y a eu de volonté de déversement dans la Seine"

Ben si les juges se sont contentés de ça que voulez vous que l'on dise...
a écrit le 11/03/2020 à 16:36 :
Une paille pour cette boîte avec un jugement digne d'une république bannière.
Comme le soulignait à juste titre J de la Fontaine à l'époque des privilèges de classe il y a 4 siècles, "Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cours vous rendront blanc ou noir", il semble ds les faits que sur le fond, rien n'a changé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :