Vinci Immobilier se lance dans le corporate venture

 |   |  428  mots
(Crédits : Charles Platiau)
La filiale du géant du BTP vient de lancer sa propre entité dédiée à l'investissement dans les jeunes pousses de l'immobilier : Vinci Immobilier Corporate Venture. Déjà actionnaire de la proptech SmartHab, elle pourra investir jusqu'à 1 million d'euros.

Signe que la révolution numérique s'accélère dans le monde, encore souvent immobile, de l'immobilier, Vinci Immobilier, filiale du groupe du même nom, vient de lancer Vinci Immobilier Corporate Venture. Cette forme particulière de capital-investissement est en effet généralement synonyme de prise de participation d'une grande entreprise dans une jeune pousse, TPE ou PME. "Cela change profondément les choses quand vous devenez investisseur. Cela aide par exemple à faire du business ensemble", confie à La Tribune le directeur de l'innovation et du développement durable de Vinci Immobilier Diego Harari.

Dans un secteur chahuté voire désintermédié par les startups de la proptech, qui organisait la semaine dernière son deuxième marché des professionnels de l'immobilier (Mipim), les grands groupes se doivent de prendre les devants. Robin Rivaton, directeur général de l'association Real Estate, a ainsi été promu administrateur de Sogeprom en avril dernier, de même que Bouygues Immobilier organise chaque année un concours d'intrapreneuriat pour inciter ses collaborateurs à améliorer le service client.  "Nous avons envie d'être au premier rang, soit pour réagir soit pour nous défendre sur des sujets sur lesquels il existe des risques de disruption", confirme Diego Harari de Vinci Immobilier.

Des tickets de 1 million euros maximum

Le filiale du géant du BTP se refuse pour autant à tout choix préétabli. "Ce ne sera que de l'opportunisme. Nous voulons avant tout servir notre stratégie d'innovation. Bien sûr, nous serons attentifs à la valorisation et aux conditions de sortie", souligne ainsi le cadre de Vinci Immobilier. L'entité est déjà actionnaire minoritaire de SmartHab, acteur du logement connecté et bientôt du tertiaire, depuis deux ans, aux côtés d'Eiffage et du groupe immobilier familial Duval.

Vinci Immobilier entend d'ailleurs rester un "petit" porteur. Les prises de participation seront limitées à un million d'euros, et le pourcentage au capital n'excédera pas les 5 à 10%. "Nous ne voulons pas être celui qui met le plus au panier et qui conduit les autres. Nous n'avons pas une assez grosse structure pour nous le permettre", explique Diego Harari.

C'est en revanche son président Olivier de la Roussière qui présidera Vinci Immobilier Corporate Venture et son directeur général administration et finance Philippe Musialek qui dirigera la structure. En tant que directeur de l'innovation et du développement durable, son rôle est déjà défini : "J'étudierai les dossiers, les apporterai au comité d'investissement qui décidera, et à la fin, c'est le président qui signe."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2019 à 21:12 :
Le groupe ADP possède près de 6700 hectares dans des territoires stratégiquement situés autour de Paris, un des plus beaux capitaux fonciers d’Ile-de-France... Sur quelle disruption ouvrira entre autres le Référendum d'initiative partagée et L'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales? Aucune idée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :