French Proptech : Pierre Leroy prêche pour digitaliser l'immobilier

LE DÉCIDEUR. Pierre Leroy, dirigeant de la startup EP et président du cluster French Proptech, entend convertir les acteurs de l’immobilier au numérique. Un démonstrateur des nouveaux usages va parcourir la France des bâtisseurs.
Pierre Leroy,  dirigeant de la startup EP et président du cluster French Proptech.
Pierre Leroy, dirigeant de la startup EP et président du cluster French Proptech. (Crédits : DR)

Ce jour-là, au festival nantais du numérique Web2day, derrière le rideau noir du démonstrateur de la French Proptech, une poignée d'acteurs de l'immobilier découvre, sur écran, les métiers de l'immobilier de demain. Ou comment le digital s'apprête à bousculer un secteur plutôt en retard dans l'adoption des nouvelles technologies. « Nous avons bâti plusieurs scénarios. D'abord, à destination des promoteurs, pour leur montrer comment les nouveaux outils de recherche pouvaient les aider à trouver des terrains, comment les financer avec du crowdfunding, par exemple, et comment mieux coordonner les corps de métiers pour les appels d'offres... On s'est voulus pragmatiques, parce que dans le monde de la pierre on préfère le concret », souligne Pierre Leroy, président de la French Proptech et dirigeant de la startup EP, qui est venue à l'immobilier après avoir abandonné la rénovation énergétique des bâtiments.

Équiper les acteurs historiques

Mais l'audacieux pivot a vite trouvé ses limites. « En développant des data autour de l'immobilier pour les aménageurs, les constructeurs, les foncières, nous avons constaté que le secteur n'était pas assez mature pour utiliser des solutions digitales et que nous allions rapide ment nous retrouver dans un étau. Alors, soit on partait lever 200 millions de dollars aux États-Unis, soit on équipait les acteurs historiques. Eux se posaient beaucoup de questions, mais étaient loin du compte. Et nous, nous n'allions pas y arriver seuls. L'enjeu, c'était nous développer ou disparaître ! », admet l'entrepreneur nantais, qui redoute de voir débarquer les majors du numérique dans ce secteur, Amazon en tête...

Un mouvement social d'entrepreneurs

La première pierre du projet s'appelle UNIK.X. Un bâtiment de 5.000 mètres carrés implanté sur l'île de Nantes, où les dirigeants d'EP ambitionnent de faire germer l'écosystème immobilier en accueillant des startups du secteur (Bloc in Bloc, Take a desk, Emoko, Kadran...). « Le défi, c'était de trouver une réalité entre le modèle économique des startups, dont l'ADN est basé sur un temps court, et celui des acteurs de l'immobilier, plutôt engagés dans des projets à dix ans », dit-il. Confronté aux mêmes problématiques, l'écosystème montpelliérain s'associe à la démarche nantaise pour lancer le cluster French Proptech en juin 2018. En un an, l'initiative attire 140 startups.

« C'est un mouvement social d'entrepreneurs, mais il nous fallait démontrer que des solutions concrètes existent dans l'immobilier et le bâtiment pour mieux vendre, mieux travailler et accompagner les transitions écologique, énergétique. D'où l'idée des scénarios », explique Pierre Leroy.

À l'occasion du Web2day, le démonstrateur de la French Proptech a attiré une quarantaine de startups et 350 professionnels. « Dans un milieu plutôt conservateur, des gens qui nous titillent sur ces questions nous poussent à interroger nos business models », reconnaît Pierre Magimel, directeur général adjoint du CISN (Crédit immobilier de Saint-Nazaire), promoteur et bailleur engagé dans l'habitat social et privé. « Finalement, il y a une appétence pour ces sujets vers lesquels on n'irait pas naturellement. Ça va dans le sens des a-entes de nos clients, de l'évolution de nos process. À un moment, il faut y aller ! »

Et le CISN y va. À travers la mise en place d'un carnet numérique des bâtiments, la création d'un réseau social local pour favoriser la communication entre les copropriétaires et avec le syndic ou la création de la marque blanche My CISN.

« Le secteur de l'immobilier en est encore au stade de la fintech il y a cinq ou six ans. S'il a une image pas très sexy, il est économiquement très important pour le pays. L'habitat est le refuge de la famille. Les factures de logement, d'eau et d'énergie, en hausse de 40% depuis huit ans, sont le premier poste de dépenses des ménages. Avec les risques d'explosion sociale que l'on a vue cet hiver. L'évangélisation est donc plus que nécessaire pour diminuer le coût du logement et de l'immobilier », note Pierre Leroy.

Il poussera le démonstrateur de La French Proptech à Montpellier en septembre puis dans les métropoles françaises, avant le CES de Las Vegas.

___

PROFIL

2007 : création d'EP
2015 : lancement d'Izigloo, moteur de recherche immobilière. Entrée de la MGEN au capital pour plus de 1 million d'euros.
2017 : création du bâtiment UNIK.X, prototype de la Proptech, à Nantes. La MGEN apporte 3 millions d'euros au capital d'EP
2018 : rachat de Kadran (enchères immobilières). Création du cluster French Proptech
2019 : lancement du démonstrateur French Proptech

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.