Le diabète, marché inépuisable pour les laboratoires pharmaceutiques ?

 |   |  626  mots
Les dépenses de santé mondiales destinées à traiter le diabète et à prévenir ses complications ont atteint 548 milliards de dollars en 2013.
Les dépenses de santé mondiales destinées à traiter le diabète et à prévenir ses complications ont atteint 548 milliards de dollars en 2013. (Crédits : Reuters)
548 milliards de dollars dépensés en 2013 dans le monde pour le traitement du diabète. Et cela va continuer des décennies durant, en raison du développement "inexorable" de la maladie. GSK, Sanofi, Novartis Google, Servier... les entreprises du médicament se bousculent au portillon. En 2014, elles ont investi plusieurs centaines de millions de dollars dans ce domaine.

Le diabète, secteur d'enrichissement pour les laboratoires pharmaceutiques? La question peut paraitre déplacée en cette journée mondiale organisée par la Fédération Internationale du Diabète, vendredi 14 novembre. Pourtant, les investissements ont fait florès en 2014 dans le domaine. Dernier en date, celui du laboratoire pharmaceutique français Servier. Il a annoncé investir 1 milliard d'euros dans un traitement du diabète de type 2 par implant sous-cutané. Et ce dans le cadre d'un accord de "partenariat stratégique" signé avec la biotechnologie Intarcia Therapeutics, mercredi 12 novembre.

Avec un objectif affiché: "Être parmi les plus grands leaders mondiaux de la prise en charge du diabète de type 2 et de ses complications", explique à La Tribune Pascal Touchon, vice-président coopération scientifique et du business développement chez Servier.

Google, Sanofi, Novartis, les projets annoncés en 2014

En 2014, parmi les autres projets ou investissements important dans la lutte contre la maladie figurent:

  • L'annonce de Google en janvier d'un projet de développement d'une nouvelle méthode de mesure de la glycémie à l'intention des diabétiques. Elle serait effective grâce à des lentilles de contact intelligentes. La firme de Montain View a annoncé s'associer à Novartis, le 15 juillet 2014.
  • Le groupe pharmaceutique français Sanofi qui s'est offert en août un nouveau mode d'administration de l'insuline qui remplace les piqûres pour 775 millions de dollars. Il s'agit d'une insuline se présentant sous la forme d'une poudre à inhaler par le biais d'un sifflet. Une technologie qui permet de contrôler le taux glycémie d'adultes atteints de diabète de type 1 et 2.
  • Le laboratoire pharmaceutique britannique GSK qui a annoncé un investissement massif de 216 millions de dollars en Afrique dans la construction d'usines à médicaments et un centre de R&D pour la lutte contre les maladies chroniques, en particulier le diabète.
  • Le 31 octobre, Novo Nordisk, entreprise de santé danoise leader mondial dans le traitement du diabète, a investi 130 millions de dollars dans la recherche sur la maladie dans les laboratoires danois.

Développement du marché dans les pays émergents

Ces investissements et projets se focalisent surtout sur le diabète de type 2 qui se développe, sauf exceptions, à l'âge adulte. Touchant 90% des diabétiques, il est en progression, quoique certaines zones comme la France connaissent un ralentissement de l'accroissement du nombre de malades.

Mais les pays émergents représentent des marchés en expansion. En Asie, en Afrique, également, une classe moyenne émerge et avec elle un mode de vie et des maladies chroniques. D'autres pays connaissent un boom des diabètes développés à cause du "style de vie", notamment les pays du Golfe. Cinq d'entre eux figurent dans le Top 10 des pays au taux de prévalence de la maladie les plus élevés. "La progression de cette maladie dans le monde entier est inexorable", estime Pascal Touchon.

Un marché inépuisable?  "Il y a de la place pour toute nouvelle solution thérapeutique", assure le vice-président de la coopération scientifique chez Servier.

 Voir aussi: Une carte représentant les zones les plus touchées par le diabète dans le monde

Augmentation des dépenses mondiales à venir

Les dépenses de santé mondiales destinées à traiter le diabète et à prévenir ses complications ont atteint 548 milliards de dollars en 2013. En 2035, selon les projections de la Fédération internationale du diabète, ce chiffre devrait dépasser 627 milliards dollars.

Cette maladie est une des premières causes de mortalité dans le monde. Elle aurait causé le décès de  5,1 millions de personnes en 2013, toujours selon la Fédération internationale du diabète. En outre, l'Organisation mondiale de la santé estime que la maladie deviendra la 7e cause de mortalité en 2030

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2015 à 19:02 :
Je suis tombé tout à fait par hasard sur les commentaires relatifs à un article publié en novembre 2014 qui m'avait conduit à réagir en évoquant le concept de l'Awi Glucowatch.
J'avoue être assez sidéré à la lecture des observations.
"conflit d'intérêt" ou encore "grossière auto-promotion"
Puisqu'il en est ainsi je me propose de présenter le concept devant des médecins, des scientifiques, des représentants du ministère de la santé...
Je précise être toujours à la recherche de compétences en micro-informatique pour mettre au point le prototype.
Cordialement
a écrit le 19/11/2014 à 15:02 :
1) moins de sédentarité (vélo, marche) et 2) moins de quantité (SuperMégaPizza-frites avec SugarSoda) et 3) plus de qualité (légumes verts) et moi j'investis pas dans une maladie de civilisation.
a écrit le 15/11/2014 à 9:03 :
Il est regrettable que vous supprimiez des réactions porteuses d'innovations, surtout lorsque celle dont il est question améliorerait considérablement le traitement et les conditions de vie des diabétiques de type 1 voire de type 2. Présentée au concours de l'innovation, l'AWI-Glucowatch aurait toutes raisons d'exister aujourd'hui. Cet équipement est décrit sur la webradio webtv indépendante AWI dans la rubrique santé.
Réponse de le 15/11/2014 à 11:01 :
Je ne connais pas ce dont vous parlez, mais une radio qui s'appelle AWI qui met en avant un produit qui s'appelle AWI-qqchose, moi j'aurais tendance à me méfier du conflit d'interet.
a écrit le 15/11/2014 à 8:41 :
La véritable innovation s'appelle AWI-GLUCOWATCH. Il suffit de consulter la webradio webtv indépendante AWI pour s'en convaincre. Les labos ont loupé le coche !
Réponse de le 16/11/2014 à 4:26 :
Grossière auto-promotion...
a écrit le 15/11/2014 à 7:03 :
Sécu la vache à lait des labos et on veut nous faire croire que les assurés sont les seuls responsable du trou de cette sécu
a écrit le 14/11/2014 à 16:21 :
et pas un mot sur Lilly ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :