Etats-Unis : feu vert contre pesticides, pour la fusion Syngenta/ChemChina

 |   |  405  mots
ChemChina, un groupe étatique, avait proposé au début 2016 d'acquérir Syngenta pour 43 milliards de dollars (quelques 37,9 milliards d'euros à l'époque, 40 milliards d'euros actuels) par le biais d'une offre publique d'achat (OPA).
ChemChina, un groupe étatique, avait proposé au début 2016 d'acquérir Syngenta pour 43 milliards de dollars (quelques 37,9 milliards d'euros à l'époque, 40 milliards d'euros actuels) par le biais d'une offre publique d'achat (OPA). (Crédits : © Arnd Wiegmann / Reuters)
Les autorités américaines ont donné mardi leur accord à la fusion entre Syngenta et ChemChina, à condition que le premier cède trois marques que le second possède déjà en version générique.

La Commission de la concurrence américaine (FTC) a donné mardi son accord sous conditions à la fusion entre le géant chinois de la chimie ChemChina et son concurrent suisse Syngenta en exigeant toutefois qu'ils cèdent trois pesticides, à savoir l'herbicide paraquat, l'insecticide abamectin et le fongicide chlorothalonil.

Ces trois marques appartiennent à Syngenta et la fusion avec ChemChina donnerait aux deux groupes une position dominante sur le marché américain car ChemChina en contrôle les versions génériques par le biais du groupe Adama qu'il possède déjà. La firme israélienne est en effet le premier ou le deuxième fournisseur de produits génériques aux Etats-Unis pour chacun de ces trois produits, a souligné la FTC à l'appui de sa demande.

Risque d'élimination de la concurrence

"Sans ces désinvestissements, la fusion éliminerait toute concurrence directe entre les produits génériques de la filiale Adama de Chemchina et les marques de Syngenta. La fusion augmenterait la possibilité que les clients américains achetant du paraquat, de l'abamectin et le chlorothalonil doivent payer des prix plus élevés ou accepter une prestation amoindrie pour ces produits", souligne le régulateur.

ChemChina, un groupe étatique, avait proposé au début 2016 d'acquérir Syngenta pour 43 milliards de dollars (quelques 37,9 milliards d'euros à l'époque, 40 milliards d'euros actuels) par le biais d'une offre publique d'achat (OPA). Le Comité sur les investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS) avait déjà donné son accord à cette fusion en août dernier. Il s'agit de la plus grosse opération de fusion jamais lancée par un groupe chinois à l'étranger.

Fusions en série dans le secteur de la chimie

L'Union européenne doit cependant encore donner son accord à cette fusion et la FTC a indiqué mardi qu'elle avait collaboré dans son examen avec ses homologues européenne, australienne, canadienne, indienne et mexicaine. La date butoir pour la décision de la Commission européenne est fixée au 12 avril.

Elle avait autorisé la semaine dernière une autre fusion géante dans le secteur de la chimie, celle des groupes américains Dow Chemical et DuPont qui en revanche attend toujours l'accord des autorités de la concurrence américaines. Une troisième fusion entre groupes agrochimiques, celle de l'allemand Bayer et de l'américain Monsanto est également en cours d'examen par les autorités de la concurrence sur les deux rives de l'Atlantique.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/04/2017 à 9:34 :
Le crépuscule des empoisonneurs ? C'est bien long...
Réponse de le 05/04/2017 à 10:30 :
Je vous conseille d'essayer de bannir tous les produits phyto et de traitements de votre maison, ne fut-ce que pendant un mois.. Ensuite, on en reparlera.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :