Le géant suisse Syngenta bientôt chinois après s'être refusé à Monsanto

 |   |  305  mots
La firme suisse Syngenta, dont le conseil d'administration a approuvé l'offre du chinois Checmchina, a refusé trois propositions du géant américain Monsanto.
La firme suisse Syngenta, dont le conseil d'administration a approuvé l'offre du chinois Checmchina, a refusé trois propositions du géant américain Monsanto. (Crédits : © Arnd Wiegmann / Reuters)
Le groupe suisse de semences et pesticides a accepté une offre amicale de 43 milliards de dollars (39,4 milliards d'euros) de ChemChina. Le géant public chinois de la chimie a obtenu l'approbation unanime du conseil d'administration.

Il s'agit de la plus importante acquisition faite à l'étranger par une société chinoise. La société publique chinoise ChemChina a lancé une offre amicale de 43 milliards de dollars (39,4 milliards d'euros) sur le groupe suisse de semences et de pesticides Syngenta, ont annoncé les deux sociétés mercredi 3 février.

Consolidation du segment de l'agrochimie

La transaction s'inscrit dans un mouvement de consolidation touchant le segment de l'agrochimie et est un revers pour l'américain Monsanto, dont la dernière offre de 45 milliards de dollars avait été rejetée par le groupe suisse l'an passé.

Quant à l'offre de Chemchina, en numéraire elle représente 465 dollars par action, à quoi s'ajoute un dividende spécial de cinq francs suisses par titre, soit au total l'équivalent de 480 francs suisses par action, au taux de change du 1er février.

"Le dividende ordinaire proposé de 11 francs suisses sera payé en plus", précise Syngenta, ajoutant qu'une introduction en Bourse future du nouvel ensemble est envisagée.

"Syngenta restera une entreprise de stature mondiale avec son siège domicilié en Suisse", poursuit le chimiste suisse dans un communiqué.

"Les discussions entre nos deux sociétés ont été amicales et constructives, et nous sommes ravis que cette collaboration ait pu aboutir à l'accord annoncé aujourd'hui", a déclaré Ren Jianxin, le président de ChemChina.

Chiffre d'affaires en recul

Cette annonce intervient alors que le chiffre d'affaires de l'agrochimiste suisse a diminué de 11 % à 13,4 milliards de dollars en 2015, tandis que son bénéfice net reculait également de 17 % pour atteindre 1,3 milliard de dollars.

Le secteur de l'agrochimie a été particulièrement marqué ces dernières semaines par la méga-fusion des géants américains Dow Chemical et DuPont, quasiment à égalité, en un groupe valant 130 milliards de dollars (118,4 milliards d'euros). Un concurrent de poids donc.

(Avec Reuters, AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2016 à 21:35 :
Au-delà de tous commentaires sur la chimie ,il faut savoir que les Suisses ne sont pas des atlantistes .
Il savent que le développement économique de leur pays est la Chine.
D'ailleurs c'est le seul pays d' Europe qui a signé un traité de libre échange avec la Chine .
a écrit le 03/02/2016 à 21:35 :
Au-delà de tous commentaires sur la chimie ,il faut savoir que les Suisses ne sont pas des atlantistes .
Il savent que le développement économique de leur pays est la Chine.
D'ailleurs c'est le seul pays d' Europe qui a signé un traité de libre échange avec la Chine .
a écrit le 03/02/2016 à 21:35 :
Au-delà de tous commentaires sur la chimie ,il faut savoir que les Suisses ne sont pas des atlantistes .
Il savent que le développement économique de leur pays est la Chine.
D'ailleurs c'est le seul pays d' Europe qui a signé un traité de libre échange avec la Chine .
a écrit le 03/02/2016 à 21:35 :
Au-delà de tous commentaires sur la chimie ,il faut savoir que les Suisses ne sont pas des atlantistes .
Il savent que le développement économique de leur pays est la Chine.
D'ailleurs c'est le seul pays d' Europe qui a signé un traité de libre échange avec la Chine .
a écrit le 03/02/2016 à 18:03 :
Syngenta a toujours été relativement anonyme auprès du grand public. Depuis que les normes européennes se resserrent et que les populations s'organisent pour militer contre les pesticides, le vent tourne pour Syngenta, Bayer, Monsanto etc ... .

Les ventes de pesticides vont se réduire sur les marchés occidentaux d'au moins 50% ces dix prochaines années car nos cours d'eau, terres arables et nappes phréatiques sont bien trop polluées et qu'il faut commencer à dépolluer massivement sous peine d'une explosion des pathologies graves ces 20 prochaines années.

De nouvelles techniques comme la permaculture permettent déjà d'obtenir de meilleurs rendements que l'agriculture traditionnelle sans pesticides. Seule la monoculture à terme restera consommatrice et elle n'est pas viable à long terme car elle épuise les sols.

Les entreprises d'intrants chimiques et pesticides l'ont compris et ça consolide ou ça revend à fond en ce moment pour un repositionnement sur les émergents et les marchés asiatiques.

Les excès du 20ème siècle sont en cours de purge et ce n'est que le début ... .

Toshiba est en train de développer un modèle d'usine de culture hors sol biologique pour les produits maraîchers en environnement stérile. Donc à terme le modèle sera totalement bouleversé et nous n'aurons plus besoin du chimique qui empoisonne nos corps et notre environnement.

Mais pour que le changement s'opère vraiment et soit vertueux cela nécessite que les citoyens soutiennent la nouvelle redistribution vers le BIO, vers la permaculture et vers les nouvelles technologies non polluantes sinon rien ne changera vraiment ... .
a écrit le 03/02/2016 à 17:58 :
Si il fallait se convaincre que tout le systeme est truqué par l'oligarchie et les oligopoles comme celles de Chine ou des USA...encore un exemple parmis tant d'autres. D'un coté les oligopoles, de l'autre, ....rien.
a écrit le 03/02/2016 à 12:41 :
Une très bonne décision. Il faut en décrypter la réflexion : Le suisse cherche l'ouverture de nouveaux marchés pour le maintient de ses personnels et de sa recherche, s'entend nationale, ce que les américains ne lui offrent pas. Qui plus est les résultats ne permettaient plus une offre comme celle qui avait été faite l'année dernière, alors que les chinois la soutiennent et même indirectement font mieux. Sur le fond, Monsanto aurait fait une bien mauvaise affaire. Chacun se trouve donc satisfait. Le constat tout de même est qu'il était temps de vendre car les nouvelles techniques de surveillance agricole font voir leurs effets.
a écrit le 03/02/2016 à 12:15 :
IL ONT RAISON LES SUISSES . LES CHINOIS ONT UNE AUTRE IDOLOGIE QUE LES AMERICAINS? LES AMERICAINS C EST BINES BINES ET LES CHINOIS C EST LE PEULE D ABORD???
a écrit le 03/02/2016 à 10:07 :
Monsanto se porte mal, sa mauvaise réputation d'empoisonneuse du monde a fini par la rattrapper, du coup on comprend syngenta qui ne veut pas salir son image en s'associant à eux mais tout ceci n'est plusqu'une question de temps.

Je pense qu'ici tout le monde a regardé l'excellente émission "Cash Investigation" hier soir qui montrait à quel point les pesticides empoisonnent notre environnement à notre détriment sans que cela n'offusque plus que ça les pouvoirs publics.

Les journalistes de l'émission ont fait des prélèvements directs sur les enfants allant à l'école près des vignes dans le bordelais et tous détenaient 45 produits chimiques nocifs dans leurs corps dont 23 particulièrement dangereux.

C'était BAYER mis en cause ce coup ci, le marché des pesticides tient seulement parce que les pouvoirs publics se taisent quand à la nocivité des produits qu'ils laissent répandre dans la nature, l'information étant bien entendu tue afin de ne pas gêner la prise de bénéficies des actionnaires mais cela ne va pas durer à l'image du documentaire de hier, cela ne pourra pas durer.

A tous les investisseurs je leur conseille de se débarrasser de ce genre d'actions condamnés à perdre du fric à moyen terme. A moins bien entendu que vous vous liez militer pour un air plus empoisonné.
Réponse de le 03/02/2016 à 14:08 :
Les pesticides ont des conséquences d'empoisonnement des citoyens et en particuliers des enfants innocents ;

ces empoisonnements sont criminels, et doivent être traités avec les conséquences des actes criminels,

il convient de réagir pour poursuivre les hommes femmes politiques qui cautionnent en faisant des repas payés par les criminels et qui ont laissé faire ces criminels qui empoisonnent les enfants.
Réponse de le 03/02/2016 à 18:27 :
"La société pardonne bien souvent aux criminels jamais elle ne pardonne aux rêveurs." Oscar Wilde

Le capitalisme, un système de criminel ? On dirait bien quand même...
a écrit le 03/02/2016 à 10:04 :
Syngeta, les mains libres en Chine, ça va "pesticider" à fond et vu la surface à traiter les Chinois ne sont pas prêt de manger bio!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :