Spoutnik V : la Russie signe avec la Chine un second contrat pour fabriquer en masse le vaccin russe

 |  | 334 mots
Lecture 2 min.
Un porte-parole du Fonds a précisé à l'AFP qu'il s'agissait du second accord de production de ce vaccin avec Pékin. Le premier, conclu avec la firme chinoise Tibet Rhodiola, remonte à novembre dernier.
Un porte-parole du Fonds a précisé à l'AFP qu'il s'agissait du second accord de production de ce vaccin avec Pékin. Le premier, conclu avec la firme chinoise Tibet Rhodiola, remonte à novembre dernier. (Crédits : ANTON VAGANOV)
Après les récents accords signés en Inde, le Fonds souverain russe (RDIF) signe avec un deuxième labo chinois pour fabriquer quelque 60 millions de doses. Selon le RFID, la zone d'influence russe couvrirait ainsi 57 pays où son vaccin est autorisé, ce qui représente une population potentielle de 1,5 milliard de personnes à vacciner.

La firme pharmaceutique chinoise Shenzhen Yuanxing Gene-tech va produire 60 millions de doses du vaccin russe contre le coronavirus Spoutnik V, a indiqué lundi le Fonds souverain russe (RDIF) qui a financé son développement.

Dans un communiqué, le Fonds a précisé que ces doses permettraient de vacciner "plus de 30 millions de personnes" et que leur production commerciale doit commencer en mai 2021.

Le PDG du Fonds, Kirill Dmitriev, cité dans le communiqué, a indiqué que cette collaboration permettra "d'augmenter les capacités de production des doses supplémentaires alors que nous assistons à une augmentation de la demande du vaccin russe dans le monde".

Lire aussi : Covid-19 : l'UE, en passe d'acheter le vaccin russe Spoutnik V ?

Selon le RDIF, le Spoutnik V est désormais autorisé dans 57 pays, couvrant 1,5 milliard de personnes, mais pas encore en Chine.

Contacté par l'AFP, un porte-parole du Fonds a précisé qu'il s'agissait du second accord de production de ce vaccin avec Pékin. Le premier, conclu avec la firme chinoise Tibet Rhodiola, remonte à novembre dernier.

Diversification à toute allure des sources de production russe

Faute de pouvoir en produire suffisamment et souhaitant dédier en priorité sa production à la population russe, Moscou n'a livré jusqu'à présent que des quantités réduites du Spoutnik V à l'étranger. Ces approvisionnements ont cependant été mis en avant à grand renfort de publicité.

La Russie cherche à diversifier les sources de production pour son vaccin en multipliant les accords avec des firmes étrangères.

Rien qu'en Inde, des contrats avec plusieurs groupes pharmaceutiques portant sur quelque 700 millions de doses ont été signés ces dernières semaines.

Lire aussi : Spoutnik V: incapable de produire assez de doses, Moscou signe des contrats à tour de bras avec l'Inde

Les Occidentaux accusent Pékin et Moscou d'utiliser leurs vaccins comme un outil d'influence géopolitique, des accusations que les deux puissances rejettent.

Lire aussi : "Vaccin de singe": l'UE accuse la Russie de calomnier les concurrents de son Spoutnik V pour préserver ses parts de marché

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/03/2021 à 19:12 :
"Les Occidentaux accusent Pékin et Moscou d'utiliser leurs vaccins comme un outil d'influence géopolitique, des accusations que les deux puissances rejettent."

Ben disons tandis qu'ils ont profité massivement du dumping social de la Chine et des matières premières de la Russie c'est franchement hypocrite, deux puissances politiques pareilles ne peuvent que douter de ces déclarations.
a écrit le 29/03/2021 à 17:40 :
Nous préférons mourir. C’est géopolitiquement acceptable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :