20,8 milliards de dollars : l'amende record que BP va devoir payer

 |   |  355  mots
Selon la ministre américaine de la Justice, l'équivalent de plus de 3 millions de barils de pétrole se sont échappés et ont souillé plus de 2.000 kilomètres de littoral.
Selon la ministre américaine de la Justice, l'équivalent de plus de 3 millions de barils de pétrole se sont échappés et ont souillé plus de 2.000 kilomètres de littoral. (Crédits : © Luke MacGregor / Reuters)
Le géant pétrolier britannique était poursuivi par l'Etat fédéral, ainsi que par cinq États américains pour l'explosion survenue le 20 avril 2010 sur sa plateforme Deepwater Horizon. Il s'agit de la pénalité la plus élevée de l'histoire des Etats-Unis jamais infligée à une société.

En juillet, BP avait accepté de verser 18,7 milliards d'indemnités pour mettre fin aux poursuites aux Etats-Unis après la marée noire survenue dans le golfe du Mexique en 2010. Le montant de l'amende a finalement été revu à la hausse.

Le géant pétrolier britannique va payer une somme record de 20,8 milliards de dollars, a annoncé lundi 5 octobre Loretta Lynch, la ministre américaine de la Justice.

"BP reçoit la punition qu'il mérite"

"Cette transaction historique est une réponse forte et adéquate au pire désastre environnemental de l'histoire américaine", a relevé la ministre Loretta Lynch, lors d'une conférence de presse.

"BP reçoit la punition qu'il mérite, tout en fournissant la compensation cruciale pour les dégâts qu'il a causés à l'environnement et à l'économie du golfe", a-t-elle ajouté.

L'accord doit être validé par un  juge

Cet accord, qui doit encore être validé par un juge, doit mettre fin aux poursuites intentées par l'Etat fédéral, par cinq États touchés (Alabama, Floride, Louisiane, Mississippi et Texas) et par des autorités locales.

Mme Lynch a souligné qu'il s'agissait de la pénalité la plus élevée de l'histoire des Etats-Unis jamais infligée à une seule société. Elle inclut notamment 5,5 milliards de dollars pour violation de la loi sur la propreté de l'eau, soit la plus importante sanction civile dans l'histoire de la législation environnementale, a-t-elle relevé.

Trois millions de barils de pétrole se seraient échappés dans le golfe du Mexique

Pour rappel, cette pollution sans précédent du littoral a été provoquée par l'explosion, en avril 2010, de la plateforme pétrolière de BP Deepwater Horizon, dans le golfe du Mexique au large du sud-est des Etats-Unis, qui avait fait 11 morts.

Il avait fallu 87 jours pour boucher le puits situé sous 1.500 mètres d'eau. Selon Mme Lynch, l'équivalent de plus de 3 millions de barils de pétrole se sont échappés et ont souillé plus de 2.000 kilomètres de littoral. Les industries touristiques et de la pêche ont été particulièrement pénalisées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2015 à 9:35 :
Ce genre de dossier doit donner bonne conscience aux politiques us, surtout venant d'un pays qui se fou royalement de l'écologie, (et qui pollue le plus au monde) mais ça fait bien dans les journaux. Sûr que l'on ne va pas excuser BP dans cette affaire, mais on a vraiment l'impression qu'aux us dès l'instant où c'est une boite européenne qui est en cause, c'est sûr, elle va prendre cher. Quand à VW, si eux prennent 15 milliards pour pollution, alors je ne comprendrais jamais pourquoi Général Motors et ses soucis d'airbag avec plusieurs personnes décédées, n'a pris "que" 2 milliards d'amende. Aux us on craint donc moins en créant une voiture dangereuse qui ne pollue (normalement) pas, plutôt qu'une sûre mais qui pollue... Drôle de monde quand même.
a écrit le 06/10/2015 à 16:53 :
Il serait utile d'avoir une analyse de la procédure "judiciaire" américaine qui a conduit à cette "transaction historique" présentée par le Ministre de la justice comme une "punition méritée" de la société européenne concernée. Procédure menée parallèlement - et cumulativement - par l'État fédéral, cinq États fédérés, plusieurs autorités locales et, sans doute, plusieurs associations et particuliers. De même, le montant global des "frais judiciaires" - cad la rémunération de plusieurs cabinets d'avocats - doit être impressionnante (probablement de l'ordre d'un milliard de dollars) ... On en vient à souhaiter que le fameux TTIP mette dorénavant les sociétés européennes à l'abri de tels excès. C'est en fait peu probable - mais cela mériterait de faire partie de la négociation en cours. JGG
a écrit le 06/10/2015 à 13:45 :
20,8 milliards de dollars : l'amende record.... attendons de voir celle de VW !
a écrit le 06/10/2015 à 11:39 :
Ils avaient commis pleins de négligence pour faire des économies

Très bon exemple

C'est pas en France qu'on verrait ça !!
a écrit le 06/10/2015 à 11:19 :
Voila de l'ignorance primaire : considérer que BP va payer... ce sont les compagnies d'assurance qui paieront. Le délais accordé a été nécessaire pour négocier le montant de l'amende et pour laisser le temps à ces entreprises de réaliser les provisions nécessaires. Et pour le reste, la justice américaine tape au portefeuille pour indemniser, ce qui n'est fait que par justice européenne (avec des montants moindres - Microsoft, etc.).
a écrit le 06/10/2015 à 10:46 :
Le protectionnisme américain fait que BP paie cette amende pour continuer à pouvoir travailler aux Etats-Unis. La société va "titriser" à chaque américain la facture à payer. La problématique n'est pas le montant de ces pénalités concernant un préjudice réel mais bien l'inertie de la législation française qui ne les augmente pas sous pression de ses grandes entreprises qui ont peur de devoir un jour les payer. On pollue donc à bon compte en subissant de temps en temps la foudre américaine que l'on se rembourse grâce aux excès américains. Etrange façon.
a écrit le 06/10/2015 à 8:17 :
rappelez nous combien ont pris les banques americaines pour les subprimes? et BNP. et..............
a écrit le 06/10/2015 à 8:08 :
VW est averti, les américains, comme les allemands, ne blaguent pas!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :