Ce gazoduc turco-gréco-italien qui menace l'avenir de Nabucco

 |   |  217  mots
La compagnie nationale turque Botas a signé ce jeudi un protocole d'accord avec l'italien Edison et le grec Depa pour créer un gazoduc reliant la Turquie, la Grèce et l'Italie.

La compagnie nationale turque Botas a signé un protocole d'accord, ce jeudi, avec l'italien Edison et la compagnie nationale grecque Depa en vue de la création d'un gazoduc reliant la Turquie, la Grèce et l'Italie.

"Ce gazoduc constitue une infrastructure stratégique qui permettra d'augmenter de façon significative la sécurité énergétique de l'Europe dans la mesure où il sera le premier lien avec la zone de la mer Caspienne où se concentre près de 20% des réserves mondiales de gaz", souligne Roberto Poti, vice-président exécutif d'Edison. 

Cet accord est perçu comme une menace contre le projet de gazoduc Nabucco planifié de longue date par l'Union européenne. En effet, les deux projets convoitent du gaz provenant du bassin azerbaïdjanais de Shakh Deniz.

Le projet conjoint de Botas, Edison et Depa devrait être finalisé d'ici 2017 assure le ministre turc de l'Energie. Créée en 1974, Botas était initialement spécialisée dans le transport par pipeline de pétrole en provenance d'Irak. Elle a étendu ses activités au gaz naturel au milieu des années 80. En 1997, Botas a signé un accord avec la Russie pour la vente et l'achat de de gaz naturel via la mer Noire pendant vingt-cinq ans. Son réseau de gaz naturel dessert 66 villes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :