Marée noire : la facture continue de s'alourdir pour BP

 |  | 351 mots
Lecture 2 min.
Le géant pétrolier britannique chiffre désormais à 2,65 milliards de dollars le coût de la catastrophe qui a touché les plages de Pensacola (photo). La valorisation boursière de la société a perdu 100 milliards de dollars.

La facture continue de s'alourdir pour BP. Le géant pétrolier britannique fait le point chaque semaine sur le coût de la gigantesque marée noire qui souille les côtes du Golfe du Mexique depuis deux mois déjà et vient de toucher les plages de Pensacola (photo). Ce lundi, le groupe annonce avoir dépensé un total de 2,65 milliards de dollars, soit environ 2,1 milliards d'euros.

Cette somme inclut l'ensemble des dépenses effectuées par le groupe pour contenir et nettoyer le pétrole, le forage de puits de secours, les aides versées aux Etats riverains, les dommages déjà remboursés, et les sommes payées aux autorités fédérales. Le groupe pétrolier a précisé qu'il avait déjà remboursé près de 41.000 déclarations de dommages, pour plus de 128 millions de dollars.

Il y a quelques jours, BP estimait encore le coût de la catastrophe à 2,35 milliards de dollars. La facture finale est toujours impossible à chiffrer.

Ce qui se chiffre en revanche, c'est la descente aux enfers du titre en Bourse. C'est simple, la valeur boursière de la "major" a  fondu de 100 milliards de dollars (81,3 milliards d'euros) depuis le début de la catastrophe écologique le 20 avril, une chute qui dépasse désormais 50%.

Les analystes du courtier Nomura soulignent que le groupe doit encore apporter la preuve qu'il dispose de suffisamment de liquidités pour continuer à fonctionner. "Le retournement important du rendement du crédit comme de la volatilité de l'action est le signe que le marché s'inquiète d'un éventuel incident de crédit à court terme concernant BP", expliquent-ils dans une note.

"Compte tenu du coût élevé de la dette et du temps nécessaire aux cessions d'actifs, nous pensons qu'un financement lié à l'émission d'actions - peut-être avec le soutien d'un fonds souverain - pourrait être une solution attractive à court terme", ajoutent-ils.

Vendredi, l'action BP a touché un plus bas depuis 14 ans en chutant de nouveau de 6%. Ce lundi, le titre reprend néanmoins quelques couleurs avec une progression de 3% à la Bourse de Londres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :