Projet Iter : les partenaires enfin d'accord sur le financement

 |  | 304 mots
(Crédits : Iter)
Les sept partenaires d'Iter se sont - enfin - accordés sur le calendrier et le financement du projet de réacteur à fusion thermonucléaire Iter, basé à Cadarache. L'Europe a annoncé une somme plafond pour le programme.

Ce mercredi, les sept partenaires d'Iter - Europe, Chine, Inde, Japon, Corée du Sud, Russie, États-Unis- se sont accordés sur le calendrier et le financement du projet de réacteur à fusion thermonucléaire Iter, basé à Cadarache à une quarantaine de kilomètres d'Aix-en-Provence.

Ils ont ainsi validé la feuille de route du projet - le "scénario de référence" -, dont la construction doit commencer cet été.

L'Europe, qui finance 45% du projet, s'est engagée à verser une somme plafond de 6,6 milliards d'euros, selon l'Agence France Presse. Les Etats membres ont mis bien du temps à se mettre d'accord, tout d'abord parce que l'Union européenne doit composer avec ses 27 pays, mais aussi parce que le budget initial a explosé. Le coût total du projet a été réévalué de 6 à 16 milliards d?euros et le coût qui incombe à l?Europe est ainsi passé de 2,7 à 7,2 milliards d'euros. La direction du programme a justifié cette hausse par le fait que Cadarache se trouve dans une "zone sismique".

Concernant le calendrier, la date pour l'obtention d'un premier plasma (première tentative de fusion d'atomes d'hydrogène) a été arrêtée à novembre 2019 et non à 2018 comme cela était prévu. Le réacteur sera opérationnel pour une durée de 21 ans.

Le conseil d'Iter a aussi avalisé le remplacement du l'ancien directeur de l'organisation, Kaname Ikeda, par le professeur Osamu Motojima. "Nous entrons dans une phase décisive du projet Iter, nous avons désormais une base très solide pour avancer dans le programme", a déclaré Evgueni Velikhov, président du conseil.

Iter est un projet expérimental fondé sur la fusion des atomes comme source d'énergie illimitée et plus propre que l'énergie issue de la fission, la séparation des atomes, produite dans les centrales nucléaires actuelles.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :