Energie : les Japonais consomment moins...mais leurs factures explosent

 |  | 423 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les dépenses bondissent en raison des achats de gaz naturel, de charbon et de pétrole venus compenser la perte du nucléaire.

Le Japon vit une révolution énergétique. La sortie du nucléaire ? Il est en train de la faire sans aucune décision politique officielle, mais à vitesse grand V. L'un des pays le plus nucléarisé de la planète, qui dépendait de l'atome pour un tiers de ses besoins énergétiques jusqu'à l'accident de sa centrale de Fukushima, n'a plus que six réacteurs en activité sur 54, et n'en aura peut-être aucun dans quelques jours. Le rallumage de ces derniers dépend in fine des autorités locales, qui rechignent à prendre une telle responsabilité.

Les Japonais avaient impressionné le monde en se rationnant pendant l'été, traditionnel pic de la consommation. Ils s'étaient ainsi évités des coupures d'électricité. Mais ils n'ont pas fondamentalement altéré leurs comportements. Entre mars et décembre dernier, la consommation d'électricité par mois a baissé de 6,2% seulement.

Mais la facture énergétique du pays, entièrement faite d'importations, a déjà explosé en raison des achats de gaz naturel, de charbon et de pétrole venus compenser la perte du nucléaire. C'est elle qui est largement responsable du déficit commercial (le premier depuis 1980) essuyé par le Japon en 2011 : « 60% de la hausse des importations l'an dernier provient de la hausse du coût des matières premières », explique l'économiste Richard Katz.

Ces surcoûts ne vont pas tarder à apparaître sur la facture de l'usager final : déjà, l'opérateur japonais principal Tokyo Electric a annoncé une hausse de 17% de ses tarifs pour les entreprises. Et Tepco a prévenu que les foyers subiront une hausse similaire « dès que possible ». Le ministre de l'Économie Yukio Edano a déjà prévenu que les capacités de production d'électricité du pays ne suffiront peut-être pas à répondre à la demande de l'été prochain.

Cet état d'urgence stimule les consommateurs ainsi que les industriels de l'énergie renouvelable et des produits « basse consommation ». Les ampoules LED se vendent comme des petits pains. Les groupes d'électronique vantent leurs frigidaires « vertueux » et leurs automobiles « écologiques ». Mais les villes demeurent "surclimatisées". Les nouveaux immeubles ne sont toujours pas correctement isolés. Les industriels les plus touchés (acier, chimie) par la hausse des prix de l'énergie poursuivent leurs délocalisations. « Les Japonais demeurent convaincus qu'économiser de l'énergie, c'est reculer en terme de niveau de vie. Ils ne changeront pas tant que nous n'aurons pas changé cette perception », peste un industriel étranger de l'isolation.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2012 à 19:19 :
L'auteur a écrit : "L'un des pays le plus nucléarisé de la planète, qui dépendait de l'atome pour UN TIERS de ses besoins énergétiques jusqu'à l'accident de sa centrale de Fukushima,"
Encore un qui confond électricité et énergie ! Heureusement qu'il est à Tokyo pour être aussi bien informé. En effet, la part du nucléaire dans la consommation d'énergie n'est que de 11% (28% de l'électricité, 2010) soit trois fois moins que ce qu'annonce notre journaliste ! Pour info en France le nucléaire représente 77% de la 77% de l'électricité consommée mais ... 17% de l'énergie consommée !

CQFD

a écrit le 07/02/2012 à 20:34 :
Oui , c'est un bel exemple concret car très proche de la France dans sa tendance au tout électrique dans les habitations. Bien que les immeubles japonnais soient effectivement souvent très mal isolés ( sans parler des maisons).
Mais il n'avaient qu'un tiers de la production énergétique en nucléaire eux !
a écrit le 07/02/2012 à 15:02 :
j'ai de la peine pour eux...rien qu'ils galerent les pauvres :!!!!!
a écrit le 07/02/2012 à 13:40 :
En conclusion, avoir 48 réacteurs arrêtés sur 54, ça provoque une hausse des prix de l'électricité (sans compter le CO2 émis) de 17% ?
On nous promet 30% pour compenser les travaux utiles à mettre nos vieilles centrales en état acceptable + la loi nome pour créer une concurrence "artificielle". J'ai dû rater quelque chose, ou mal comprendre.
Réponse de le 07/02/2012 à 15:52 :
17% pour les entreprises; et je pense que ce n'est qu'un début.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :