Gaz ukrainien : accord de Moscou pour relancer les négociations

 |   |  273  mots
Le géant semi-public russe Gazprom a repoussé à lundi son ultimatum à l'Ukraine sur le remboursement de sa dette gazière de 1,95 milliard de dollars
Le géant semi-public russe Gazprom a repoussé à lundi son ultimatum à l'Ukraine sur le remboursement de sa dette gazière de 1,95 milliard de dollars (Crédits : reuters.com)
La Russie a donné son "accord préliminaire" pour relancer les négociations sur le gaz avec l'Ukraine samedi à Kiev.

La Russie a donné son "accord préliminaire" pour relancer les négociations sur le gaz avec l'Ukraine samedi à Kiev, a annoncé à l'AFP le ministre ukrainien de l'Energie, Iouri Prodan. "Nous espérons que ces négociations se tiendront aujourd'hui (samedi) à Kiev. Le camp russe a donné son accord préliminaire pour y participer", a-t-il dit, interrogé par téléphone. Le Commissaire européen à l'Energie, Guenther Oettinger, participera à une nouvelle série de discussions entre la Russie et l'Ukraine samedi pour tenter de résoudre le différend sur les livraisons de gaz.

"L'objectif est de continuer les discussions sur les sujets liés à l'approvisionnement de l'Ukraine en gaz russe pour trouver une solution qui assure des livraisons stables", a indiqué un communiqué de la Commission européenne. Les dernières discussions sous l'égide de l'Union européenne ont échoué mercredi à Bruxelles, l'Ukraine ayant refusé une proposition "finale" du président russe Vladimir Poutine de 385 dollars les 1.000 m3, après un rabais de 100 dollars.

Ultimatum lundi

Le géant semi-public russe Gazprom a repoussé à lundi son ultimatum à l'Ukraine sur le remboursement de sa dette gazière de 1,95 milliard de dollars. Faute de remboursement, il est envisagé de passer à un système de pré-paiement qui pourrait signifier la coupure de l'approvisionnement. Le commissaire européen à l'Energie Guenther Oettinger avait déclaré vendredi espérer que de nouvelles discussions sur le gaz pourraient avoir lieu au cours du week-end.

Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk avait toutefois laissé entendre vendredi que Kiev campait sur ses positions en ordonnant au gouvernement de se préparer "dès lundi" à une coupure de gaz russe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/06/2014 à 14:27 :
Poutine est en difficultée pour négocier face au président ukrainien largement élu donc il tente de gagner du temps et tente de déstabilier l'Ukraine par aillerus avec ses miliciens.
a écrit le 14/06/2014 à 18:21 :
L'Ukraine décide de ne pas payer son gaz car c'est le point de passage vers l'Allemagne et d'autres pays. Le pari est que la russie n'osera pas couper le gaz aux pays européens. Ils se trompent. Les russes considèrent ces clients comme d'autres et couperont si nécessaire, ils ne vont pas donner leur gaz. On voit ici la posture irresponsable de ceux qui poussent ce pays à la dérive à faire n'importe quoi comme un mauvais payeur. Tout ce petit monde va finir par payer par avance au jour le jour le gaz qu'il consomme. Les pays baltes, la Pologne vont aussi comprendre la folie de leur attitude anti russe quasiment raciste. On ne peut prétendre détester quelqu'un et vouloir à toute force faire des affaires avec lui!
a écrit le 14/06/2014 à 13:37 :
Toujours là cet Ianetsouk pour fiche le bazar ! incroyable. Et cela va continuer, il pousse la guerre dans son pays, fiche le bazar au gouvernement, sur le gaz, etc etc ... Va t-il un jour enfin être rivé cet extrémiste ? Pourquoi la France ne demande t-elle pas son départ immédiat pour enfin laisser les négociations s'acheminer ? il fait l'inverse de ce que proposait le Président Porochenko récemment élu !
Réponse de le 15/06/2014 à 2:43 :
C'est Porochencko, largement élu dès le premier tour, qui est à la manoeuvre et il a raison d'être strict avec le dictateur maffieux Poutine qui est le véritable responsable de cette gabegie depuis des années en Ukraine et ailleurs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :