Les industriels français pas d'accord avec l'accord européen sur l'énergie et le climat

 |   |  173  mots
Les 28 chefs d'État et de gouvernement se sont finalement entendus pour porter la part des renouvelables à 27% de la consommation finale d'énergie d'ici 2030, contre 14% actuellement.
Les 28 chefs d'État et de gouvernement se sont finalement entendus pour porter la part des renouvelables à 27% de la consommation finale d'énergie d'ici 2030, contre 14% actuellement. (Crédits : reuters.com)
Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) considère que l'accord conclu vendredi entre les dirigeants européens sur la part d'énergies renouvelables sous-estime le "potentiel atteignable" d'ici à 2030.

"Peu ambitieux". C'est par cette formule que le Syndicat des énergies renouvelables (SER) a jugé l'accord conclu dans la nuit du jeudi au vendredi 24 octobre entre les dirigeants européens sur la politique énergétique et le climat.

"L'objectif ENR (énergies renouvelables, ndlr) adopté est en deçà du potentiel atteignable" d'ici 2030, a estimé le Syndicat des énergies renouvelables (SER). Cet objectif est "sous-dimensionné par rapport aux investissements passés alors même qu'il concourt à l'objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre et à la sécurité d'approvisionnement du continent", a insisté le président du SER Jean-Louis Bal dans un communiqué.

Part des renouvelables: 27% de la consommation d'ici à 2030

Les 28 chefs d'État et de gouvernement se sont finalement entendus pour porter la part des renouvelables à 27% de la consommation finale d'énergie d'ici 2030, contre 14% actuellement.

lls se sont également fixés comme objectif de réduire d'au moins 40% les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 par rapport à 1990, de faire 27% d'économies d'énergie et d'augmenter les interconnexions électriques entre pays à 15%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2014 à 23:17 :
C'est effectivemement un accord pas assez ambitieux, tant au niveau réduction des gaz à effet de serre que de l'amélioration de l'efficacité énergétique, des énergies renouvelables dont les techologies s'améliorent régulièrement et dont il n'est pas assez tenu compte, comme du stockage, et de l'indépendance énergétique notamment des pays d'Europe de l'Est et centrale. C'est aux particuliers et entreprises de pousser les politiques en avant (sinon dehors..) ! Et pourtant le prix bas du pétrole est actuellement une bonne aide à l'adaptation à l'avenir.
a écrit le 25/10/2014 à 18:08 :
Que ce lobby commence à apprendre à vivre SANS subventions !
Réponse de le 26/10/2014 à 8:56 :
Pourquoi, le nucleaire n'en a pas?
a écrit le 25/10/2014 à 13:23 :
que de betises, que de conférences qui ne servent a rien, si il y a changement de climat c'est parce que la terre change de pole magnétique et certains nous font croire qu'ils vont changer les choses...... laissez la planete se débrouiller toute seule et réglez les vrais problemes la pauvrete, le chomage etc....
Réponse de le 26/10/2014 à 10:19 :
CAMARADE TU VIE SUR LA TERRE ON N EN A PAS D AUTRE? LE CHANGEMENT CLIMATIQUE PEUT BOULVERSE L ECONOMIE MONDIAL AUSSI ? DEJA 11% DU BIP ET PERDUE CHAQUE ANNEES? ILS EST TANT DE SE REVEILLEZ???
a écrit le 25/10/2014 à 9:26 :
Ah le lobbying, pierre angulaire de la CE, la mènera à sa perte. (Et nous aussi)
a écrit le 25/10/2014 à 6:55 :
Comment?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :