Pétrole : réunion décisive au siège de l'Opep

 |   |  163  mots
A l'Opep, l'inquiétude monte face à la chute du prix du baril.
A l'Opep, l'inquiétude monte face à la chute du prix du baril. (Crédits : reuters.com)
Le cartel doit faire le choix, soit de réduire sa production, soit de la maintenir, mais alors en s'engageant à mieux la respecter.

Journée sous haute tension en perspective. Les ministres des douze pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) doivent en effet se retrouver dans la matinée de ce jeudi 27 novembre à son siège, situé à Vienne, capitale autrichienne, pour élaborer un compromis.

Il s'agit de sa décision la plus importante et la plus incertaine depuis des années. Le cartel fait face à un choix difficile : entre réduire son plafond de production pour tenter d'enrayer la chute du pétrole, ou se contenter de le maintenir, en s'engageant éventuellement à mieux le respecter.

Dégringolade

Et pour cause, après des années de stagnation entre 100 et 120 dollars, le prix du baril de Brent a chuté de plus de 30% depuis juin, sa plus forte dégringolade depuis la fin 2008. Le Brent (référence du marché pétrolier) et le WTI américain ont ainsi plongé ce mois-ci à leurs plus bas niveaux depuis quatre ans, autour de 75 dollars le baril.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2014 à 17:25 :
Vous savez, ô combien que je m'amuse de voir les derniers jours des pétrodollars, voue ne pouvez même pas imaginer. Les méga-contrats dans le secteur énergétique sse sont signés entre la Chine et la Russie tout récemment. Et selon les analystes, bien d'autres pourront voir le jour entre la Russie et les pays de l'Asie (Japon et Corée du Nord ont déjà fait des signes dans ce sens). Avec un détail d'importance majeure : les échanges se passeront en yuan-roubles avec les monnaies de chaque pays. Donc, exit le US dollar. Il ne nous restera, aux Européens, que payer le prix cher pour du pétrole arabe ou de schiste américain. Et toc !
Réponse de le 28/11/2014 à 8:20 :
Vous touchez du doigt le risque, (pour ne pas dire l'erreur), pris par l’Europe dans le crise ukrainienne. Une "harmonisation" avec la Russie était un moyen de contrer les hégémonies des USA et de la Chine.
a écrit le 27/11/2014 à 8:37 :
La décision de diminuir de prix du baril de pétrole vient de longue date car il existe une superproduction de brut. Donc ils devront baisser la production dans un premier moment pour ensuite re-équiliber les prix. Mais détrompez-vous, on va payer plus cher après qu'avant la chute des prix le moment où la production à 100% sera reprise. Gagnant-perdant, comme d'hab.
Réponse de le 27/11/2014 à 9:15 :
Parmi les pays producteurs, qui va gagner/perdre le plus?
Réponse de le 27/11/2014 à 11:41 :
grands perdants: Etats-Unis, Russie, Iran, canada.
gagnants: Arabie Saoudite, Venezuela
Petits perdants mais qui gagnent tout de même face aux premiers cités: Emirat Arabes Unis, Qatar, Norvège, Australie,.....
Réponse de le 27/11/2014 à 11:48 :
Plus sérieusement, je pense que ce sera les Etats-Unis du fait que l'exploitation et prix du gaz de schiste américain dépend du prix de baril du brut (pétrodollars). La Russie est en train de mettre en place une politique de vendre son pétrole/gaz par les devises de chaque pays, respectivement. Donc la dévaluation actuelle du rouble ne joue un rôle qu'avec l'euro et le dollar US, une fois les équivalences rétablies le prix du baril pour les russes va mieux supporter la politique pro-Amérique de l'OPEP. La Russie, avec l'Iran, pense même à ne plus faire partie de cette organisation.
Réponse de le 27/11/2014 à 11:55 :
Il y a surtout 3 données essentielles :
- l entente retrouvée entre l Arabie Saoudite et les USA
- la production USA en très forte hausse avec le gaz et pétrole de Schiste qui les rendent autosuffisants
- la guerre économique des occidentaux avec la Russie à cause de l'Ukraine et de l Arabie Saoudite avec l'Iran. Dans les 2 cas un prix bas du pétrole est voulu.
Pour moi, le prix va rester bas quelques temps.
Réponse de le 27/11/2014 à 13:39 :
Mais ce prix il ne pourront pas le tenir pour longtemps, cela va bouleverser tout les systèmes qu'en dépendent. Les budgets des Etats sont prévus selon le prix du baril de pétrole, ne l'oublions pas.
Réponse de le 27/11/2014 à 16:54 :
1/ la Russie ne fait pas partie de l'OPEP
2/ Le rouble décroche par rapport à l'euro, au dollars, au yuan, au yen ... Bref il plonge quelque soit la devise de référence.

Donc si le prix baisse la Russie perd. Si la Russie veut que les prix remontent elle peut décide de réduire massivement sa production (après tout la Russie produit autant que l'Arabie Saoudite)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :