Baisse du pétrole : un axe Washington-Riyad ?

 |   |  1497  mots
(Crédits : Valérie Semensatis)
La baisse des cours du brut a des origines économiques (ralentissement mondial, de la Chine). Mais des facteurs géo-stratégiques ont certainement joué, comme l'entente retrouvée entre l'Arabie Saoudite et les Etats-Unis. Qui ont tous deux intérêt à une baisse des prix. Par Gérard Vespierre, associé fondateur de Strategic Conseils, chercheur associé à la Fondation pour l'Etude du Moyen-Orient (FEMO)

Dans un précédent article, nous avions passé en revue les éléments principalement économiques qui conduisaient à la baisse des cours du pétrole. Ce mouvement baissier relève-t-il uniquement des lois du marché ou repose-t-il également sur des données géostratégiques?
Cette interrogation nous conduit à poser plusieurs questions : quels sont les éléments politiques qui auraient accompagné le marché à la baisse ? Comment ce processus de baisse a-t-il été engagé ? Pourquoi maintenant... ?
Le déclencheur de cette situation économique nouvelle s'appelle Arabie Saoudite qui s'est engagée cet automne, en Asie, dans une stratégie de baisse de prix. Quelles sont donc les raisons politiques qui ont conduit ce pays à prendre une telle option ? Riyad s'est-il lancé seul dans cette stratégie ou bien une convergence d'intérêts politiques est-elle apparue en 2014 et avec qui ?

Une nouvelle convergence entre les deux capitales

Le regard se tourne naturellement vers Washington, allié privilégié, historique, depuis 1945 et protecteur des richesses et ressources du Royaume. Y-a-t-il eu une évolution, un changement dans les analyses et choix, récemment entre les deux capitales ?
Cette question mérite un double oui, car sur les deux dossiers, Iran et Syrie, d'une forte incompréhension ou opposition en 2013, ces deux partenaires sont parvenus à une convergence en 2014.
La tension entre les deux deuxcapitales s'est particulièrement exacerbée fin 2013, lors de la signature en Novembre du protocole d'accord entre l'Iran et le groupe des 5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité plus l'Allemagne) dont fait bien sûr partie Washington.

 En 2013, une tension grandissante entre l'Arabie saoudite et les Etats-Unis

Riyad est depuis 1979, date de la création de la République Islamique d'Iran, en opposition forte avec son presque voisin. Conflit sur le leadership religieux du monde musulman, l'un sunnite, l'Arabie Saoudite, l'autre Téhéran, leader du monde chiite, porteur d'un message révolutionnaire et d'une stratégie nucléaire potentiellement militaire. Nombreuses raisons d'opposition, qui transparaissent à travers une confrontation régionale par Syrie, Irak, et Liban interposés.
Dans cet accord entre l'Iran et le groupe des cinq Riyad avait cru voir une attitude bienveillante et d'ouverture de Washington, vis-à-vis de Téhéran, en opposition donc avec ses propres intérêts géopolitiques.
Dans le The Wall Street Journal, le Prince Turki al-Faisal, membre du cercle de la famille royale saoudienne, critiquait les Etats-Unis pour avoir écarté l'Arabie Saoudite des négociations qui ont débouché sur un accord historique avec l'Iran, alors que son pays est le principal opposant au régime iranien. Ce désaccord venait s'ajouter à un autre contentieux fort: la Syrie.
Les positions entre les deux capitales étaient très divergentes sur le soutien à apporter sur le terrain aux groupes luttant contre le pouvoir d'Hafez El Assad. L'Arabie Saoudite a été rapidement active dans le soutien aux groupes sunnites, alors que les Etats-Unis faisaient preuve de la plus grande prudence, craignant de voir détourner vers les djihadistes les armes qu'ils pourraient fournir à l'opposition syrienne armée.
L'option de Barak Obama de ne pas finalement lancer de frappes aériennes contre la Syrie après l'emploi d'armes chimiques par Damas, a marqué un paroxysme dans la tension entre les deux  gouvernements. Le même Prince Turki al-Faisal avait qualifié de «négligence criminelle» le refus de Washington d'intervenir pour stopper la violence en Syrie.
Tension extrême donc en 2013, mais en 2014 l'axe Washington-Riyad allait connaître une toute autre situation.

Un changement de l'attitude américaine depuis le mois de mars

Comment faire évoluer les points de vue ? ... en se rencontrant...
Dès le mois de mars 2014, Barack Obama se rend donc en Arabie Saoudite, signe d'une volonté d'échange et de rapprochement entre ces deux partenaires historiques. Quels changements vont intervenir à la suite de cette visite ?
Moins de 90 jours après ces entretiens le Président des Etats-Unis annonce lors d'un discours à l'Académie militaire de West Point qu'il demande au congrès dans le cadre d'une procédure « Operations extérieures d'urgence » la création d'un « Counterterrosim Partnership Fund » doté d'une enveloppe de cinq milliards de dollars ...... dont 500 millions pour entraîner des combattants destinés à renforcer « l'opposition syrienne modérée ».
Le signal est clair, la demande saoudienne de renforcer l'opposition à Hafez El Assad sur le terrain est maintenant prise en compte et avalisée par Washington.

Des événements nouveaux en dehors de ce cadre, mais renforçant l'alliance Riyad Washington vont surgir puisque le 29 juin, l'État Islamique en Irak et au Levant, EIIL, ou Daech selon le sigle arabe, annonce la création d'un Califat Islamique entre les territoires de Syrie et d'Irak qu'il contrôle.
Le 8 Août les Etats-Unis lancent les premières frappes sur les forces de l'État Islamique. Cette décision intervient au moment où le Président irakien prend finalement le 11 Août la décision, sous la pression de Washington et de Riyad, de remplacer par Haïder al-Abadi, son Premier Ministre al-Maliki.

Les bonnes nouvelles s'accumulent pour Riyad

Trop proche de l'Iran ce dernier a tenu à l'écart les sunnites irakiens du pouvoir politique et ignoré leurs revendications, facilitant le développement de Daech en Irak. L'Arabie Saoudite ne peut être que satisfaite du départ de ce pro-iranien.
Vu de Riyad, les bonnes décisions politiques ont été prises par les Etats-Unis contre la présence de Téhéran en dehors de ses frontières, en Irak et en Syrie, Washington s'étant, vu de Riyad, en quelque sorte rallié à l'analyse saoudienne. Et les bonnes nouvelles, pour l'Arabie Saoudite vont continuer d'arriver :
- Frappes aériennes en Syrie dans le cadre d'une coalition internationale
- Annonce d'envoi de conseillers militaires américains pour aider l'armée irakienne dans sa lutte contre Daech. Le 11 Novembre enfin, le Président Irakien Fouad Massoum se déplace à Riyad pour rendre visite « à son frère » le Roi d'Arabie Saoudite, après de très nombreuses années de froideur et distance entre les deux pays. L'Arabie Saoudite, et les Etats-Unis continuent donc de marquer des points contre Téhéran dans son « étranger proche ».

Contrer l'Iran qui augmentera bientôt ses ventes de pétrole... en faisant baisser les cours du brut

Mais il reste le chapitre nucléaire iranien.  Les saoudiens sont persuadés qu'un accord sera signé un jour ou l'autre entre Téhéran et le groupe des 5 + 1, car l'Iran a économiquement besoin d'une telle conclusion, quelles que soient les déclarations de façade, destinées avant tout à une consommation interne.
La date butoir est le 27 Novembre, mais la diplomatie pourrait selon les points de vue, arrêter les pendules ou prolonger les délais de négociation.....

Cet accord aura pour effet de permettre à l'Iran d'augmenter ses ventes de pétrole, donc ses recettes destinées en partie au programme nucléaire, et ses capacités de nuisance régionales. Comment Riyad peut-elle réduire, amoindrir ces conséquences ? ... Intervenir préventivement, avant la conclusion d'un tel accord ? En faisant baisser le prix du pétrole.
En outre, les Etats-Unis ne pouvaient voir que d'un bon œil une baisse du pétrole qui allait mettre Téhéran dans une position plus difficile autour de la table de négociation, donc d'une certaine façon contribuer aux conditions d'un accord à la date limite ou légèrement plus tard....

L'avantage de pouvoir affaiblir Poutine

En outre la baisse du baril allait poser des problèmes inattendus à la Russie de Vladimir Poutine.... Donc, il n'y avait que des avantages... Si les cours du pétrole ont lentement baissé au cours de l'été, la franche accélération intervient au moment où l'Arabie Saoudite annonce des baisses de prix sur le marché asiatique, là précisément où Téhéran exporte les 2/3 de son pétrole.... et pratiquement 2 mois avant la date butoir du 27 Novembre...
Sans vouloir décrire les éléments d'un grand plan prévu à l'avance, tout se passe comme si... une certaine coordination, liée à une convergence des intérêts et des politiques avait vu le jour entre Riyad et Washington en 2014 après les désaccords de 2013.

 Les mécanismes de marché... mais aussi un cadre géo-stratégique

Dans un univers complexe tel que celui du marché mondial du pétrole, un seul paramètre ne peut prétendre expliquer, à lui seul, une variation importante à un moment donné.
Les « mécanismes du marché » peuvent servir d'éléments explicatifs, mais ils se placent dans un cadre géostratégique.
Dans la situation fortement baissière et brusquement apparue cet automne, l'accroissement constant et régulier de la production du pétrole de schiste américain et le lent ralentissement économique européen ne peuvent à eux seuls expliquer l'ampleur et la soudaineté de la baisse.
La convergence nouvelle en 2014 des intérêts et des choix politiques américano-saoudiens dans les conflits du Moyen-Orient, apportent leur part d'explication.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2014 à 8:56 :
Pourquoi les USA soutiennent toujours les pires régimes réactionnaires ? Il faut dénoncer cette collusion qui met le monde en danger.
a écrit le 20/11/2014 à 14:55 :
Pas de quoi me plaindre de voir le prix de mon plein baisser, d'ailleurs encore trop peu compte tenu de la baisse du prix du petrole
a écrit le 20/11/2014 à 10:43 :
Très bon article à mon avis. Les USA ont réussi à battre l’URSS en maintenant les prix des matières premières très basses, grâce à leur capacité à forcer la main des pays producteurs. Les USA tentent de rejouer cette carte pour abattre la Russie car celle-ci a décidé de ne plus utiliser le dollar pour ses exportations.
Attention cependant, à monsieur l’auteur (Gérard Vespierre) : l’économie est une guerre, et il ne fait pas bon mettre à jour les stratégies des USA, on finit souvent dans un accident ou une cabale médiatique basée sur des « fuites ».
Réponse de le 20/11/2014 à 21:33 :
Merci de votre appréciation.
Pas de révélation, seulement un éclairage complémentaire... Pas de référence de dossiers sortis des agences américaines... donc pas de crainte... Seulement un effort pour discerner entre les lignes.
Réponse de le 29/11/2014 à 17:46 :
Dans cet accord hypothétique, on pourrait également envisager une stratégie des dirigeants des USA de limiter la production des huiles et gaz non conventionnels. Ainsi les prix bas vont permettre de remettre à plus tard cette production et garder ces ressources pour usage interne.
a écrit le 20/11/2014 à 9:11 :
Merci pour cet article très instructif, qui me dépasse complètement.
Et dont le titre me renvoie, bêtement, à une vieille question sans réponse : comment se fait-il que les auteurs de l'attentat du 11 septembre aient tous été saoudiens ?
Réponse de le 20/11/2014 à 21:38 :
Merci de votre commentaire.
Les saoudiens du 11 septembre ont suivi ceux qui étaient en Afghanistan, qui eux-même ont été expulsés du Royaume après la prise de la Mosquée de La Mecque en....Novembre 1979.... Les saoudiens ont envoyé leurs extrêmistes combattre les russes qui envahirent ce pays en...Décembre 79....
a écrit le 19/11/2014 à 16:45 :
"renforcer l'opposition Syrienne modérée" ça doit pas être facile à trouver...Je me souviens aussi d'un prestigieux gouvernement qui avait reconnu, un autre gouvernement provisoire syrien, je serai bien curieux de savoir ce qu'est devenu ce dernier...ça me rappelle 88 ou Mitterrand, n'avait pas voulu soutenir les putschistes à Moscou...Le monde était en marche et on ne s'en apercevait pas...En politique étrangère faudra là aussi qu'on s'améliore...La diplomatie est un art où la subtilité est une vertu première.
Réponse de le 19/11/2014 à 18:11 :
aout 91 pour le putsch...avec mes excuses
a écrit le 19/11/2014 à 16:28 :
Baisse du prix du pétrole. Donc baisse du prix des carburants en France (même si elle reste modérée). Donc baisse des recettes de TVA et de TIPP. Donc, sans doute, accroissement du déficit avec une forte envie d'ajouter une nouvelle taxe "écologique" quelque part.
Réponse de le 19/11/2014 à 18:23 :
C'est déjà voté... au premier janvier, on se prends 4 cents d'augmentation du litre de gazole...
Vive la gauche !
Réponse de le 19/11/2014 à 18:45 :
Un détail: la TIPP ne dépend pas du prix. C'est une taxe fixe, au litre de carburant vendu
a écrit le 19/11/2014 à 14:45 :
Que de bêtises , a ce prix le gaz de schiste américain n'est plus rentable...
Réponse de le 19/11/2014 à 18:25 :
Non, non... c'est l'extraction du pétrole off-shore profond qui n'est plus rentable.
Le gaz de schiste est bien moins cher.
a écrit le 19/11/2014 à 14:44 :
Vous dites "renforcer l'opposition à Hafez El Assad", ne serait-ce pas plutôt Bachar... ? Bien à vous
Réponse de le 20/11/2014 à 21:41 :
Merci pour votre lecture très attentive... Effectivement excuses de l'auteur, le père a caché le fils...
a écrit le 19/11/2014 à 12:32 :
Nos "chères" élus vont penser à une augmentation pour le 2 janvier .... je présume !!!!! .... au non de l'écologie bien-sur !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :