Corrosion sur des réacteurs nucléaires : l'impact sur les résultats d’EDF s'alourdit pour atteindre…18 milliards d’euros en 2022

En raison des problèmes de corrosion de son parc nucléaire et du volume d'électricité que l'Etat le force à vendre à bas prix, le groupe revoit à nouveau à la baisse ses résultats financiers pour l'année 2022.

4 mn

Les réacteurs nucléaires de 900 MW, qui sont les plus anciens et les plus nombreux du parc français, sont peu voire pas concernés par le phénomène de corrosion.
Les réacteurs nucléaires de 900 MW, qui sont les plus anciens et les plus nombreux du parc français, sont "peu voire pas" concernés par le phénomène de corrosion. (Crédits : Reuters)

Nouvelle révision à la baisse des prévisions financières pour EDF. Alors que le groupe avait déjà annoncé mi-mars revoir fortement à la baisse sa prévision d'excédent brut d'exploitation (Ebitda) pour l'année 2022, en raison des problèmes de corrosion de son parc nucléaire et du volume d'électricité que l'Etat le force à vendre à bas prix, il revoit à nouveau à la baisse ses résultats en raison des problèmes de corrosion.

Lire aussi 6 mnÉnergie : les comptes d'EDF toujours plombés par l'anomalie touchant le parc nucléaire

Pour rappel, mi-mars, EDF estimait d'une part l'impact de l'Arenh (Accès régulé à l'électricité nucléaire historique), c'est-à-dire le volume d'électricité nucléaire que l'Etat l'oblige à vendre à des fournisseurs concurrents à bas prix, à - 10,2 milliards d'euros, contre - 8,4 milliards estimé initialement.

Par ailleurs, EDF estimait que la baisse de sa production prévue en 2022, notamment à cause des problèmes de corrosion qui forcent l'arrêt de plusieurs réacteurs, lui coûtera 16 milliards d'euros d'Ebitda, contre 11 milliards d'euros estimé initialement. Le producteur d'électricité estime désormais que la baisse de sa production nucléaire prévue en 2022, notamment à cause des problèmes de corrosion qui ont contraint à mettre à l'arrêt 12 réacteurs nucléaires, lui coûtera 18,5 milliards d'euros d'Ebitda.

Lire aussi 6 mnÉnergie : les comptes d'EDF toujours plombés par l'anomalie touchant le parc nucléaire

"EDF poursuit son programme de contrôles et prépare avec la filière nucléaire la réparation des portions de tuyauteries concernées par la corrosion sous contrainte", explique le communiqué.

Cette annonce intervient alors que l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a indiqué mardi que les réacteurs nucléaires de 900 MW, qui sont les plus anciens et les plus nombreux du parc français, sont "peu voire pas" concernés par le phénomène de corrosion qui affecte des réacteurs plus récents.

"A ce stade, au titre de la corrosion sous contrainte, EDF a procédé à la mise à l'arrêt ou à la prolongation d'arrêts programmés de 12 réacteurs pour expertise approfondie et le cas échéant réparation", a souligné Bernard Doroszczuk lors d'une audition devant des parlementaires.

Ces problèmes de corrosion ont été détectés ou soupçonnés au niveau de soudures des coudes des tuyauteries d'injection de sécurité - qui permettent de refroidir le réacteur en cas d'accident - reliées au circuit primaire. Cette corrosion dite "sous contrainte" se traduit par des petites fissures. Dans le détail, il s'agit des quatre réacteurs les plus récents et les plus puissants (1.450 MW), dits du palier N4, de cinq des 20 réacteurs de 1.300 MW et de trois des 32 réacteurs de 900 MW.

Les analyses "semblent à ce stade privilégier une cause prépondérante, qui est liée à la géométrie des lignes des tuyauteries", a-t-il poursuivi. Les réacteurs les plus anciens (900 MW) ont en effet été construits selon une conception directement héritée du groupe américain Westinghouse, tandis que la conception des modèles suivants a été "francisée". "Si cette hypothèse était confirmée, elle pourrait expliquer pourquoi les réacteurs les plus anciens ne sont pas ou peu affectés", a fait valoir Bernard Doroszczuk.

Il a aussi précisé qu'EDF avait remis sa stratégie de contrôle sur l'ensemble du parc "vendredi dernier". Des inspections seront en outre effectuées lors de visites décennales prévues sur certains réacteurs cette année.

"Si les résultats de ces contrôles réalisés en visite décennale mettaient en évidence des défauts d'ampleur, il faudrait ajuster la stratégie et peut-être prévoir la mise à l'arrêt de précaution de réacteurs supplémentaires", a déclaré le président de l'ASN.

Sur son parc de 56 réacteurs, EDF en compte actuellement 29 à l'arrêt. Ce n'est donc qu'"une partie" qui est indisponible pour les problèmes de corrosion, a souligné le gendarme du nucléaire.

(Avec AFP)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 19/05/2022 à 21:53
Signaler
Le vrai sujet est : l'ASN fait-elle de l'excès de zèle ? Les défauts de série, anciens, présentent-ils une menace sécuritaire, ou sont-ils un prétexte pour déglinguer le nucléaire ? Souvenez-vous suite à Fukushima : mesures de renforcement de la surv...

à écrit le 19/05/2022 à 15:26
Signaler
le nucleaire , c est cher, sale et une technologie mal maitrisee. Faisons comme partout dans le monde autour de nous. Construisons , par exemple, comme les chinois, ( 16 GW d eolien offshore installe en 2021 ( soit l equivalent en puissance et en dis...

à écrit le 19/05/2022 à 14:32
Signaler
Quel beau moyen de solder et brader cette entreprise et actif plutôt que gerer le vers qu'est la CGT à EDF entre autres. Le résultat seraun demembrement au profit d'un groupe propablement US . Merci MaC... et compagnie mackinsey, and great reset

à écrit le 19/05/2022 à 14:20
Signaler
C'est surtout l'obligation de vendre à perte à ses pseudos concurrents l'électricité nucléaire civile français et de racheter à perte de l'électricité sur le marché européen ultralibéral qui profite aussi de l'électricité produite par EDF sur ordre d...

à écrit le 19/05/2022 à 12:29
Signaler
Les éoliennes qui vont s implanter au bord des mets ou a intérieur sont à la longue corrosives par l eau de mer il ne faut pas s imaginer qu en Bretagne où il pleut sans cesse ces éoliennes avec l eau salée seront complétement pourries dans les année...

le 20/05/2022 à 0:40
Signaler
une petite maison a fukushima, c est pas cher et surtout tres calme pour passer des vacances.

à écrit le 19/05/2022 à 12:24
Signaler
Bon tout cela est connu soit c'est safe et rentable soit on arrête et on détruit le réacteur. C'est parfaitement normal que cela coûte arrêtons de chipoter. Le Nucléaire est une énergie qui doit rester publique et être gérée dans le sens de l'inté...

à écrit le 19/05/2022 à 11:16
Signaler
Les corrosions sous contraintes des aciers inoxydables sont bien documentés et ces défauts sont recherchés lors des contrôles, réjouissons nous car il existe une solution de réparation. Plus préoccupant est sans doute cette disons rupture technologiq...

à écrit le 19/05/2022 à 11:02
Signaler
bonjour, n y a t il pas derrière cela un manque de volonté politique depuis 10 ans qui souhaitait a l allemande mettre nos réacteurs au rebu et de favoriser une gestion des tarifs EDF a l européennes indexé sur le gaz. gaz russe qui avec sont pétr...

à écrit le 19/05/2022 à 10:59
Signaler
Finalement, le problème n'est pas le nucléaire. Le problème, c'est que nous sommes incapables de faire fonctionner des centrales . Les nouveaux EPR coutent 18 milliards au lieu de 3 prévus, et ne fonctionnent toujours pas. Les anciennes centrales ...

le 19/05/2022 à 13:56
Signaler
Le problème, c'est que les français ne savent pas construire des centrales atomiques. Pas des centrales fiables, en tout cas. Le problème, c'est que les français ne sont pas foutus de gérer correctement les déchets atomiques. Le problème, c'est que l...

à écrit le 19/05/2022 à 10:23
Signaler
Parce "qu'avant" on construisait plus solide, on employait des matériaux de bonne qualité, des tôles aux vannes. A force de réduire les coûts, c'est la qualité qui s'en ressent. De plus les savoir faire sont pour beaucoup de métiers perdus. Essayez...

le 21/05/2022 à 11:27
Signaler
On construisait plus solide parce qu'on avoir beaucoup moins de garanties sur les caractéristiques des matériaux. Maintenant on optimise, mais si les matériaux ne se sont pas aussi bons qu'espéré, les réparations sont nécessaires et coûteuses. Ça ...

à écrit le 19/05/2022 à 10:19
Signaler
Je note que les tuyauteries concernées par ce problème de corrosion sont celles dont le design a été francisé,celles conçues selon le design originel Westinghouse ne sont pas concernées. En résumé les designers français ne sont pas si géniaux...

à écrit le 19/05/2022 à 10:10
Signaler
Si les réacteurs sont en mauvais état qui leur a vendu ces réacteurs sans donner une garantie si ceux des américains étaient de meilleure qualité pourquoi dés l achat cela n a pas été décidé l EDF doit demander un dédommagement de ses réacteurs de ma...

le 21/05/2022 à 12:17
Signaler
Sur le papier, le nucléaire est compétitif avec l'éolien et le photovoltaïque. Mais comme les projets EPR sont longs et très loin de tenir leur budget, comme le risque nucléaire, l'accroissement des capacités de stockage et de retraitement des déchet...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.