Coup dur pour l'éolien en mer : Shell abandonne son projet au large de Belle-Île-en-Mer

Deux mois après l'inauguration par le président Macron du premier parc français d'éoliennes en mer au large de Saint-Nazaire au cours de laquelle le chef de l'Etat avait manifesté la volonté d'accélérer le développement de l'éolien en mer tricolore, Shell qui, avec deux partenaires, devait installer un site pilote d'éoliennes flottantes au large de Belle-Île-en-Mer, a décidé d'abandonner.
Ce projet de 300 millions d'euros devait permettre de tester trois éoliennes flottantes.
Ce projet de 300 millions d'euros devait permettre de tester trois éoliennes flottantes. (Crédits : Ideol BW)

Le parc d'éoliennes flottantes qui devait émerger au large de Belle-Ile-en-Mer, ne verra finalement pas le jour. Deux mois après l'inauguration par le président Macron du premier parc français d'éoliennes en mer au large de Saint-Nazaire, le groupe pétrolier Shell, en partenariat avec la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et le chinois CGN, ont décidé d'abandonner leur projet de site pilote d'éoliennes flottantes, selon nos informations confirmant celles des Echos, Les raisons invoquées : une hausse des coûts et des difficultés liées aux fournisseurs.

Ce projet de 300 millions devait permettre de tester trois éoliennes flottantes, une technologie vue comme l'avenir de l'éolien en mer, car elle permet d'installer des parcs plus en profondeur, notamment plus loin des côtes que les éoliennes rivées dans le plancher marin. Shell avait repris ce projet en 2019 en rachetant la société Eolfi, ex-filiale de Veolia et pionnier de l'éolien flottant.

Lire aussiÉolien en mer : le plan de l'Etat pour enfin accélérer

Mais deux déconvenues ont eu raison de ce parc. D'une part, le turbinier General Electric, qui devait fournir les éoliennes de 6 mégawatts (MW), s'est détourné du projet, se recentrant sur la fabrication d'équipements aujourd'hui plus puissants. Autre obstacle : le fabricant de flotteurs Naval Group, qui devait participer également au projet, a cédé son activité éolien flottantCombiné à la hausse des coûts généralisée et à la crise de l'énergie, cela ne permettait plus de construire un modèle économique soutenable.

De quoi ralentir les ambitions de la France qui compte sur la technologie flottante pour pouvoir répondre à ses ambitions : quelque 40 gigawatts (environ 50 parcs) d'ici 2050. Lors de l'inauguration du parc éolien de Saint-Nazaire fin septembre, le président de la République avait dit vouloir aller « deux fois plus vite » sur la mise en service de projets d'énergie renouvelable. « Le tout ENR (énergies renouvelables, ndlr) ne marche pas, le tout nucléaire ne marche pas », avait justifié Emmanuel Macron, souhaitant accélérer en même temps sur le nucléaire face aux besoins en électricité du pays qui vont augmenter de 40% d'ici 2050.

Lire aussiEmmanuel Macron à Saint-Nazaire : ce qu'il faut savoir sur l'éolien offshore en France

Parc pilote d'éoliennes flottantes en Méditerranée

Si le site breton d'éoliennes flottantes ne verra pas le jour, un autre est cependant bien engagé en Méditerranée. Trois flotteurs, destinés à accueillir un parc pilote d'éoliennes flottantes au large de Port-Saint-Louis-du-Rhône (Bouches-du-Rhône), à l'horizon 2023, ont été dévoilés lundi. Une fois ces flotteurs mis à l'eau débutera la phase d'assemblage, puis l'installation sur le site, à 17 km au large, prévue l'été prochain, selon EDF Renouvelables, porteur du projet.

Ces flotteurs, construits sur le site d'Eiffage Métal, à Fos-sur-Mer, seront reliés à 100 mètres de profondeur par des lignes tendues, plus stables que les ancrages caténaires utilisés jusqu'à présent dans l'éolien flottant, a détaillé Stéphanie St-Hill, directrice commerciale énergies renouvelables pour la société SBM Offshore. Cela permettra en outre d'avoir une empreinte au sol très réduite pour ce projet, dont les impacts sur la faune marine et les oiseaux ont été anticipés comme limités et seront suivis, a assuré Philippe Veyan, directeur de l'action territoriale et des autorisations chez EDF Renouvelables.

Les trois éoliennes devraient produire 25 MW dans cette zone industrialo-portuaire balayée par le mistral et la tramontane, soit de quoi fournir en électricité l'équivalent d'une ville de 45.000 habitants. Financé en partie par des fonds publics, ce projet à 300 millions d'euros, est voué à rester pilote afin de tester les flotteurs et les impacts notamment environnementaux pour affiner les appels d'offres commerciaux à venir, notamment en France. En Méditerranée française, on attend dans l'immédiat trois fermes pilotes : outre Provence Grand Large, le projet EolMed au large de Gruissan (Aude) et les éoliennes du golfe du Lion.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 17/11/2022 à 3:40
Signaler
Génial. Il y en a marre de ces saletés d éoliennes qui polluent des paysage s magnifiques et qui vide les fonds marins avec leurs vibrations.

à écrit le 16/11/2022 à 10:10
Signaler
Techniquement ça fonctionne mais c'est HORS DE PRIX .... comme le dit l’ADEME : pour être rentable un système de production d'électricité doit être le plus simple possible et le plus près possible des centres de consommation ! La production en mer D...

à écrit le 16/11/2022 à 8:32
Signaler
"Les raisons invoquées : une hausse des coûts et des difficultés liées aux fournisseurs." De bonnes raisons donc liées à la crise économique actuelle d'autant que nous sommes sur une économie nouvelle tandis qu'eux sont habitués aux économies moyen-a...

le 16/11/2022 à 9:15
Signaler
"Échelle de mesure pour tous les jous: "Nous ne nous tromperions que rarement en liant nos actes les plus courageux à la vanité, lesp lus médiocres à l'habitude et les plus mesquins à la peur". Nietzsche

à écrit le 16/11/2022 à 4:49
Signaler
tragique pour les emplois locaux perdus et pour la production d electricite dont on a un besoin prressant. Comprehensible pour l investisseur qui se trouve face a un etat français indecis aux lois changeantes et favorisant largement le nucleaire. Sh...

à écrit le 16/11/2022 à 0:10
Signaler
Ce n'est pas la première fois qu'un des compétiteurs dans un domaine nouveau jette l'éponge, sans que cela signifie que le domaine est sans intérêt.

le 16/11/2022 à 9:56
Signaler
Ce n'est pas que le domaine soit sans intérêt. Nul n'en doute. C'est que la difficulté à trouver les ressources minières, l'énergie et donc le financement va malheureusement croître de façon exponentielle dans le monde de demain (sans parler des sur...

à écrit le 15/11/2022 à 20:28
Signaler
Bonjour, Voilà comme toujours, l'action de groupe minoritaires a conduit à l'échec d'un projet industriel... Bien sûr, une minorité qui fait du bruit est plus entendue qu'une majorité silencieuse... La plus vieille histoire du monde... Merci à no...

le 16/11/2022 à 8:30
Signaler
"comme toujours, l'action de groupe minoritaires a conduit à l'échec d'un projet industriel..." Comme toujours ? Tu racontes n'importe quoi, par chez moi ils ont construit une usine à goudron contre la volonté des riverains, ils se sont bien arrangés...

à écrit le 15/11/2022 à 17:46
Signaler
La France a tout revendu à l'étranger, à commencer par Alstom Energies, dont elle ne métrise plus rien.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.