Déchets : un McDonald's et un KFC poursuivis pour "absence de tri"

 |   |  523  mots
L'association Zero Waste France dénonce la non-application d'un décret surnommé 5 flux au sein d'un McDonald's et d'un KFC parisiens.
L'association Zero Waste France dénonce la non-application d'un décret surnommé "5 flux" au sein d'un McDonald's et d'un KFC parisiens. (Crédits : © Vincent Kessler / Reuters)
L'association Zero Waste France a annoncé porter plainte contre deux restaurants parisiens, l'un appartenant à KFC et l'autre à McDonald's. Elle a documenté l'absence de poubelles de tri en salle, alors que toutes les entreprises ont l'obligation depuis 2016 de trier leurs déchets de papier et plastiques.

Les chaînes de restauration qui, en violant la réglementation, n'ont pas mis en place de solutions de tri pour leurs déchets doivent-elles commencer à s'inquiéter ? Deux d'entre elles se retrouvent en tous cas confrontées à de premières actions en justice. Il s'agit de McDonald's et KFC, dont deux établissements, situés place de la République à Paris, sont visés par des plaintes de Zero Waste France, pour "absence de tri des déchets en salle", a annoncé l'association ce jeudi 18 octobre.

Infraction pénale

L'ONG a documenté l'absence de poubelles de tri en salle et analysé les sacs une fois sortis des restaurants. L'ONG avait déjà dénoncé "l'inertie" de McDonald's en France dans un rapport en 2017. Or toutes les entreprises, commerces et administrations ont l'obligation depuis 2016 de trier leurs déchets de papier, métal, plastique, verre et bois depuis un décret surnommé "5 flux", souligne Zero Waste dans un communiqué.

Le non-respect du tri des 5 flux est passible d'une sanction administrative d'un montant maximal de 150.000 euros et constitue une infraction pénale punie d'une peine maximale de deux ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.

"Un contexte de très grande hétérogénéité des filières"

McDonald's a reconnu ce jeudi 18 octobre dans un communiqué une "situation isolée, non conforme aux pratiques de l'enseigne" concernant les déchets en cuisine dans son restaurant de République. L'enseigne précise que "le franchisé et les équipes du restaurant ont d'ores et déjà apporté des mesures correctives". McDonald's soutient cependant que les déchets en salle ne sont pas concernés par le décret "5 flux", et que son traitement de ces déchets est "conforme""dans l'ensemble" de ses 1.400 restaurants à une autre réglementation, appelée "responsabilité élargie du producteur".

Un an après la publication des reproches de Zero Waste France, "malgré tous nos efforts, nous n'avons réussi à déployer le tri sélectif et la valorisation des déchets que dans 79 de nos restaurants", reconnaît toutefois McDonald's, dénonçant "un contexte de très grande hétérogénéité des filières en France".

"En Allemagne, par exemple, l'enseigne est parvenue à déployer le tri dans l'ensemble de ses restaurants en quelques mois du fait de l'uniformité du système de tri. En France, nous pouvons mettre plusieurs mois pour construire une filière de tri à l'échelle d'un seul restaurant", avance l'enseigne américaine, demandant "une clarification et une mobilisation de l'ensemble des parties prenantes pour créer des filières et des infrastructures uniformes de collecte et de tri en France".

13 milliards d'unités d'emballage

Entre canettes, bouteilles plastiques, sets de table et emballages en carton pour plus d'un milliard de repas servis chaque année, le secteur de la restauration rapide produit 13 milliards d'unités d'emballage, soit 183.000 tonnes selon un rapport de 2017 d'Eco-emballages.

"Il est donc urgent que ce secteur, et plus généralement les entreprises, respectent les réglementations qui leur sont applicables, sans quoi l'économie circulaire ne progressera pas", souligne Thibault Turchet, responsable des affaires juridiques de Zero Waste France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/10/2018 à 18:00 :
Lamentable tant pour le recyclage que l image de marque...de Mac Donald et Kfc quand à la loi a quoi ça sert s il n y a pas les effectifs d inspecteurs et la volonté de faire appliquer ....si la loi ne sert qu aux gogos ... nous voila prévenu
a écrit le 18/10/2018 à 20:38 :
Dommage d'avoir des emballages, objets en carton, recyclables, c'est vertueux en affichage, pour communiquer, mais si ça ne suit pas un circuit adapté, c'est vain. Supprimer tout ce qui est plastique pour finalement jeter tout, ça ne change pas le bilan. Économie à sens unique, pas circulaire du tout.
L'huile de friture des restaus elle est collectée à 99% ? En seconde main ça fait du biocarburant, du vrai car ayant déjà servi, il n'a pas été produit pour le brûler. (les flacons plastique recyclés, ils finissent brûlés aussi, servent trois ou quatre fois maxi comme résine usagée, puis fini, trop dégradés)
a écrit le 18/10/2018 à 16:25 :
Bonne initiative même s'il serait plus crédible de s'attaquer à toutes les multinationales sans rester cantonné sur des symboles américains.

Mais si c'est qu'un début j'applaudis des deux mains. Nous n'avons plus le temps d'obéir à la finance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :