McDonald's : Zero Waste dénonce 115 tonnes d'emballages jetés chaque jour

 |   |  810  mots
Les calculs de Zero Waste pourraient par ailleurs être encore en-deçà de la réalité: en effet, à l'inverse de McDonald's Allemagne, McDonald's France ne rend publiques que des informations extrêmement parcellaires sur les résultats de sa politique de gestion des déchets, observe l'ONG.
Les calculs de Zero Waste pourraient par ailleurs être encore en-deçà de la réalité: en effet, à l'inverse de McDonald's Allemagne, McDonald's France "ne rend publiques que des informations extrêmement parcellaires sur les résultats de sa politique de gestion des déchets", observe l'ONG. (Crédits : © Vincent Kessler / Reuters)
En France, le roi de la restauration rapide a vu ses déchets croître et son taux de recyclage baisser, pointe un rapport. Une réalité qui va à l'encontre de ses promesses comme de certaines réglementations.

Au niveau mondial, près de 2,8 tonnes d'emballages jetables utilisés par minute. Et en France, 115 tonnes jetées chaque jour. Ce sont les chiffres vertigineux de la production de déchets de McDonald's, révélés mardi 23 mai par l'ONG Zero Waste France dans un rapport (McDonald's: une politique déchets à contre-courant de l'économie circulairepublié à la veille de l'assemblée générale annuelle de la multinationale à Chicago.

Les ordures issues des magasins de la chaîne de restauration, fondée sur le principe de l'usage unique, seraient même en augmentation: d'environ 20% entre 2013 et 2015 en France -deuxième marché mondial de l'enseigne en termes de chiffre d'affaires, juste derrière les Etats-Unis-,"selon les informations parcellaires communiquées par l'entreprise". Cependant, au lieu de croître dans l'Hexagone, le taux de recyclage diminuedénonce l'association. Entre 2013 et 2015, il est notamment passé de 26,5% à 25%, alors que des pays européens voisins (Allemagne, Belgique, Pays-Bas) dépassent 90%. De faibles performances à imputer aux politiques de tri, loin d'être généralisées dans les restaurants, regrette Zero Waste.

Peu de transparence

Autre grief, une croissance de la part des biodéchets côté cuisine, de 13% de la totalité en 2013 à 20,3% en 2015, qui -puisque chez McDonald's la plupart des ingrédients ne demandent pas de préparation supplémentaire- traduit une augmentation du gaspillage lors de la préparation des repas. La grande partie ne sont pas du tout triés, relève le rapport. La part des fibres recyclées dans les emballages en carton a en revanche baissé entre 2011 et 2015, et seuls 18% des restaurants français ont, à ce jour, signé une convention de lutte contre les emballages abandonnés avec leur mairie, un programme mis sur pied il y a pourtant plus de 8 ans.

Ces constats pourraient, par ailleurs, être encore en-deçà de la réalité: à l'inverse de McDonald's Allemagne, en effet, McDonald's France "ne rend publiques que des informations extrêmement parcellaires sur les résultats de sa politique de gestion des déchets", observe l'ONG, appelant à davantage de transparence, notamment concernant les quantités totales de déchets produits et le nombre de restaurants ayant mis en place le tri (classique et des biodéchets).

Des promesses et des lois

Or, "l'éco-conception des emballages" et "le programme emballages abandonnés" constituent pourtant l'un des trois "objectifs clés" du "plan déchets" affiché par l'entreprise sur son son site français. McDonald's y affirme "travailler depuis de nombreuses années à limiter les impacts environnementaux des déchets produits par son activité, en s'attachant à agir sur l'ensemble de la filière en partenariat avec ses fournisseurs". La "valorisation en fin de vie de l'ensemble des déchets: cartons, huiles de friture, emballages, déchets organiques...", décliné via " la mise en place d'un dispositif de collecte sélective dans ses restaurants", représente le troisième point clé de ce programme.

Et au-delà des promesses formulées par chaque entreprise, de nouvelles réglementations sont entrées en vigueur ces dernières années pour les entreprises dépassant certains seuils de production, souligne Zero Waste: notamment celles de trier les déchets organiques et les déchets recyclables en papier carton. "Les clients de l'enseigne devraient être en mesure de vérifier" le respect de ces obligations, estime l'ONG.

McDonald's, une future référence pour le secteur ?

McDonald's, qui n'a pas commenté ces critiques, mais indique que ses restaurants "trient et recyclent les cartons de livraisons et (conformément à une obligation légale, NDLR) les huiles usagées" qui servent de biocarburant. La multinationale assure aussi que le tri sélectif se déploie "progressivement" , rapporte l'AFP. Mais avec ses plus de 1.400 magasins en France, McDonald's intéresse Zero Waste non seulement pour son propre impact environnemental. Il représente aussi l'emblème de la restauration rapide qui, en plein développement, a fait du tout jetable son credo. Une amélioration de ses pratiques "pourrait ainsi avoir un impact considérable et servir de référence à tout le secteur", espère Laura Châtel, responsable du plaidoyer de Zero Waste France.

L'association préconise notamment de former les salariés aux enjeux de la réduction des déchets et d'opter pour les plats consommés sur place, qui représentent 50% de ses ventes, pour de la vaisselle réutilisable: cette seule démarche pourrait éviter la production de plus de 15.000 tonnes de déchets par an. Elle suggère également de "généraliser le tri des emballages et des déchets organiques" voire de "mettre en place un système de consigne" en fournissant "des boîtes ou gobelets réutilisables que les consommateurs pourraient rapporter". Des changements qui, exigeants partout chez le roi de la restauration rapide, sonneraient comme une véritable révolution, notamment en termes d'image.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2017 à 10:18 :
Ce sont les emballages que l'on voit le plus jetés sur les bords des routes et c'est normal c'est de la bouffe rapide, du vite fait de mauvaise qualité, ils ne respectent pas leurs clients qui ne respectent pas la nature.

Les fast food c'est un état des lieux d'une mentalité générale celle de la consommation de masse, celle de la malbouffe, celle de la marge bénéficiaire au détriment de la santé des gens.

La logique voudrait qu'on l'interdise mais l'argent a ses raisons que la raison ignore.

Production de déchets d'un habitant français par an: 400 kg

Production de déchets de l'industrie par habitant par an: 14 tonnes.

Oui il serait temps de faire payer les pollueurs destructeurs.
a écrit le 24/05/2017 à 8:11 :
Je ne mange jamais chez McDo mais je ne vais pas tirer sur l'entreprise car combien de sacs avec gobelets et autres sont laissés sur les bords de route. Plus triste dans ma commune dont cette enseigne est installée , fleurit régulièrement des déchets à moins de 100 mètres d'une poubelle. Non ce n'est pas Mc Do qui ne fait pas son job mais de "bons clients" stupides. Il en est de même pour les containers de tri dont la aussi des gens sales laissent au sol bien des détritus qui ne sont pas recyclables alors qu'une déchetterie est à moins de 2 km. Le problème n'est pas les enseignes ou les communes mais la petits partie de gens "crados" qui pourrissent notre environnement. il faut aussi rajouter des élus d'une partie pour qui l'environnement n'est pas un sujet de préoccupation plus occupés par leur petite réélection de maire, représentant du département et les places dans les communautés d'agglomération le cumul des mandats non éligibles aux suffrages des électeurs mais la petite combine des copains parfois aussi coquins. Ne cherchons pas chez les industriels ou les enseignes un bouc émissaire non il d'abord est chez certains citoyens et élus.
a écrit le 23/05/2017 à 20:50 :
si les gens arretaient de manger, ca serait encore mieux, et ca limiterait les effets de serre......
des associations dont on se demande a quoi elles servent et par qui elles sont financees, qui devraient aller une fois dans un macdonalds pour voir pourquoi les gens prennent du takeaway ( evidemment, ils peuvent toujours manger debout, hein, mais tenir un plateau avec le repas de ses trois gosses, et manger avec l'autre main, y a du challenge)
a écrit le 23/05/2017 à 17:56 :
Amusant de voir que certains cowboys n'ont pas encore compris que polluer est une preuve de richesse...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :