En France, la pollution de l'air tue (presque) autant que l'alcool

 |   |  400  mots
Ces décès causés par la pollution de l'air représentent 9% de la mortalité en France continentale.
Ces décès causés par la pollution de l'air représentent 9% de la mortalité en France continentale. (Crédits : Reuters)
Après le tabac et l'alcool, la pollution de l'air due aux particules fines est responsable de 48.000 décès chaque année en France, dont plus de 34.000 seraient évitables, selon une nouvelle étude rendue publique mardi.

Le poids sanitaire de la pollution de l'air liée aux activités humaines (transports, industrie, chauffage avec des énergies fossiles comme le fuel, agriculture..), estimée à 48.000 décès par an, correspond à 9% de la mortalité en France continentale, selon l'étude d'impact de Santé Publique France (agence issue de la fusion de l'Institut de veille sanitaire avec d'autres organismes, ndlr).

"Le fardeau de la pollution de l'air se situe au troisième rang, derrière celui du tabac (78.000 morts) et de l'alcool (49.000 morts)", souligne le Pr François Bourdillon, directeur général de cet organisme public.

 34.000 décès évitables

Cette pollution représente "une perte d'espérance de vie pour une personne âgée de 30 ans pouvant dépasser deux ans", selon l'étude confirmant son rôle important sur la mortalité. Si la perte d'espérance de vie est, en moyenne, plus élevée dans les grandes villes (15 mois ou plus), elle n'épargne pas les zones rurales (9 mois).

L'amélioration de la qualité de l'air permettrait des bénéfices importants, selon les scénarios envisagés dans ce travail. Ainsi, plus de 34.000 décès seraient évitables chaque année, si l'ensemble des communes de France continentale réussissait à atteindre les niveaux de particules fines des 5% des communes équivalentes (taille de population) les moins polluées. Les personnes de 30 ans gagneraient en moyenne 9 mois d'espérance de vie, ajoute Mathilde Pascal, épidémiologiste de Santé Publique France. Ce gain dépasserait un an dans les zones les plus polluées (19,6 millions d'habitants).

L'exposition chronique plus nocive que les pics de pollution

Les chiffres de mortalité de cette nouvelle étude, sont du "même ordre de grandeur et confirment" les résultats précédents, sans qu'on puisse parler d'augmentation, selon Sylvia Médina, coordonnatrice du programme Air Santé. L'étude française confirme ainsi l'étude européenne Cafe (Clean air for Europe) de 2000 qui estimait à plus de 40.000 le nombre de décès liés à la pollution en France.

Les niveaux de pollutions (de PM 2,5) ont été estimés dans 36.219 communes, rassemblant 61,6 millions d'habitants, pour les années 2007-2008 (hors Corse et Outre-mer). Les particules fines de diamètre inférieur à 2,5 micromètres (PM 2,5 prises) servent de "traceur ou indicateur de la qualité de l'air". Les pics de pollution pèsent moins sur la santé que l'exposition chronique, souligne l'étude.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2016 à 0:30 :
Si la pollution tue des centaines de fois plus que les djihadistes, pourquoi ne décrète-t-on pas l'état d'urgence?
a écrit le 23/06/2016 à 8:22 :
Le problème consiste à réduire le cout du travail en augmentant le prix de l'énergie (basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique). Alors on propose un tas de solutions: la taxe carbone, la protection du climat, la pollution, les particules...Quand comprendra t on qu'il s'agit d'un problème avant tout économique et qu'il y va de notre survie économique?
a écrit le 21/06/2016 à 20:35 :
ces alertes me laissent dubitatif avant de crier au loup il faudrait donner les procédures et les méthodes qui ont permis de mesurer la pollution. Je ne veux pas la nier mais j'ai l'impression que l'on cherche a occuper l'esprit du contribuable car la pollution est surtout due à l'inertie de notre classe politique tout couleurs confondues. au lieu de contraindre le quidam il faut avant contraindre les industriels.
a écrit le 21/06/2016 à 17:26 :
Encore un rapport catastrophiste qui omet nombre de paramètres et repose sur des idées préconçues. Quand on (un institut scientifique réellement indépendant et irréprochable) sera capable de prendre en compte les interactions entre TOUS les critères objectifs pouvant avoir une influence sur la mortalité, on en reparlera. Par ailleurs, si nombre de gens ont envie de vivre de nouveau comme au 19è s, c'est à dire de se passer de tous les gadgets nécessaires ou inutiles de la vie moderne, de s'éclairer à la bougie, de ne plus se déplacer un peu loin, de ne plus manger de tout et n'importe quoi en toutes saisons, qu'ils y réfléchissent bien.
a écrit le 21/06/2016 à 17:15 :
A cause de la désinformation et de l'intox des medias et des pouvoirs publics (Mairie de Paris par exemple) on constate une fois de plus dans ce forum que pollution et particules fines sont systématiquement attribués à l'automobile et au diesel alors que les autres activités émettrices, industries, agriculture, chauffage en produisent les 4/5ièmes. Et dans les transports quelle est la part de l'automobile légère (VP-VU) et celle des avions, des bateaux, des trains , des bus, des camions? A Paris par exemple, combien émettent de particules le métro, les tramways, les TGV qui entrent en gare, les vieux bus de la RATP ????
a écrit le 21/06/2016 à 15:03 :
au moins avec l'alcool on a du plaisir.... avec les particules des diesels, c'est moins sur...
a écrit le 21/06/2016 à 13:48 :
Serait-il possible d'avoir un lien vers cette étude ?
a écrit le 21/06/2016 à 12:55 :
la pollution tue mais c'est beaucoup moins cher vraiment beaucoup moins que les pinards hé oh les pinards
a écrit le 21/06/2016 à 12:19 :
Boire ou respirer, il faut choisir :-)
Réponse de le 21/06/2016 à 20:38 :
c'est bien connu il y a risque de fausse route.................
a écrit le 21/06/2016 à 9:52 :
Et le gouvernement et les français qui continuent à applaudir l'augmentation du nombre de ventes de voitures...
Réponse de le 21/06/2016 à 20:41 :
foutaise tout ça avez vous idée de ce que représente la pollution des transports en commun même électriques il faut la produire l’électricité.........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :