Énergies renouvelables : l'exécutif à la recherche de l'impossible consensus

Faute de majorité absolue à l'Assemblée nationale, le gouvernement cherche des appuis politiques dans l’opposition à son projet de loi sur l’accélération des énergies renouvelables, examiné dès ce soir au Sénat. Mais la droite sénatoriale, réunie la semaine dernière en commission, a d’ores et déjà amoindri la portée du texte en décidant notamment d'un droit de veto aux maires, malgré la main tendue d’Emmanuel Macron à LR. Si bien qu’un possible soutien des députés de gauche s’éloigne lui aussi.
(Crédits : Reuters)

[Article mis à jour le 03/11/2022 à 9h56 avec les réactions de Ronan Dantec et de l'AMRF]

Privé de majorité absolue, le gouvernement avait tout prévu pour dérouler sans accroc sa feuille de route énergétique. Le maître-mot : échelonner les combats, en embarquant une partie de l'opposition sur chacun de ses deux grands chantiers, l'un après l'autre. Au recto, l'exécutif devait ainsi faire passer un projet de loi sur l'accélération des énergies renouvelables, grâce à l'appui des parlementaires de gauche, généralement favorables au déploiement rapide des éoliennes et autres panneaux solaires plutôt qu'à une relance de l'atome. Au verso, un texte équivalent sur les réacteurs nucléaires, censé booster leur construction sur leur territoire, devait quant à lui obtenir l'aval de la droite et se frayer un chemin jusqu'à l'accord entre les deux assemblées. De quoi permettre d'assouplir « en même temps » le cadre administratif pour ces deux sources d'énergie bas carbone, sans devoir recourir au 49.3, lequel semble pour l'heure écarté.

Seulement voilà : le premier texte sur l'accélération des renouvelables, dont l'examen commence ce mercredi soir au Sénat, a déjà été dynamité par la droite. En effet, une partie des sénateurs rassemblés la semaine dernière en commission, en amont de la séance publique, ont largement diminué la portée du texte. Certains changements substantiels promettent même d'entraver l'obtention d'une majorité qui se construirait sur la gauche, si les nouvelles dispositions n'étaient pas supprimées avant leur passage par l'Assemblée nationale. Pour le gouvernement, la tâche paraît d'autant plus ardue que le président Emmanuel Macron a tendu la main, fin octobre, aux parlementaires LR, en leur proposant sur France 2 une « alliance » - laquelle reste donc, pour l'heure, introuvable sur ce dossier.

Droit de veto aux maires

A première vue, le sujet semble pourtant assez consensuel, puisqu'il s'agit de permettre à la France de décarboner son futur mix électrique, en ligne avec les scénarios du gestionnaire national du réseau d'électricité RTE. Et ce, en assouplissant les procédures administratives pour l'éolien offshore et le solaire photovoltaïque notamment, dont les parcs mettent respectivement dix ans et cinq ans avant de voir le jour. « Je veux qu'on aille deux fois plus vite pour développer un projet d'énergie renouvelable », avait ainsi souligné Emmanuel Macron le 22 septembre dernier, lors de l'inauguration du parc éolien en mer de Saint-Nazaire, le premier à fournir du courant dans l'Hexagone.

Mais « ce qui diffère, c'est le chemin souhaité pour arriver à ces objectifs », assène à La Tribune le sénateur de la Vendée Didier Mandelli (LR). Bien décidé à « donner aux élus locaux des moyens de s'impliquer dans le déploiement de ces énergies renouvelables », c'est lui qui a déposé l'amendement qui fait le plus grincer des dents la majorité : le « dispositif de planification territoriale ». Concrètement, ce serait d'abord les maires qui seraient « à la manœuvre » pour définir des zones propices à l'implantation, y compris ceux qui se trouvent proches de ces zones. Surtout, le texte prévoit un « système à double détente », donnant « aux élus le pouvoir de dire oui ou non à tout projet » - autrement dit, un droit de veto. « C'est une position purement anti éoliennes », estime un sénateur de gauche.

« Cela permettra de gagner énormément de temps, en comparaison à des projets qui arrivent par les opérateurs. [...] Il faut faire confiance aux élus locaux pour éviter un développement anarchique », argumente Didier Mandelli.

« En pratique, c'est une bonne manière de ne pas atteindre nos objectifs », riposte-t-on au ministère de la Transition énergétique. « Il faut faire des élus des partenaires plutôt que d'en faire des opposants potentiels », glisse une source au cabinet d'Agnès Pannier-Runacher. Et, surtout, sur le plan politique, faire sauter cet amendement afin d'obtenir l'aval de la gauche, laquelle trouvait déjà le texte peu ambitieux. « C'est une ligne rouge qui ne nous permettrait pas de voter le texte », confirme à La Tribune le sénateur écologiste Ronan Dantec.

L'Association des maires ruraux de France (AMRF) elle-même juge cette disposition « discutable ». « Il nous semble peu démocratique qu'un maire seul puisse, par simple veto, siffler la fin de la partie d'un projet d'énergie renouvelable », juge-t-elle dans un communiqué publié dans la foulée. D'autant qu'un tel pouvoir rendrait l'édile « très exposé à de fortes pressions », souligne le lobby du monde rural et des collectivités.

Lire aussiEnergie : nucléaire en conseil des ministres, renouvelables au Sénat, Macron passe la vitesse supérieure

Des éoliennes offshore à plus de 40 km des côtes

Autre ligne rouge : l'interdiction d'implanter des éoliennes à moins de 40 kilomètres des côtes. Déposé lui aussi par les LR en commission, cet amendement n'est pas vu d'un bon œil pas le parti présidentiel. Et pour cause, une telle disposition exclurait de fait les projets au large de la Manche.

« Cela signifie qu'au niveau de la Manche, on les repousse là où tout le trafic passe pour aller vers la mer du Nord. [...] Notre logique c'est de mettre l'éolien en mer là où c'est le plus pertinent, sans s'imposer ce type de contrainte ! », oppose-t-on au ministère de la Transition énergétique.

Selon l'exécutif, les lieux d'implantation doivent plutôt être « discutés lors de débats publics », lesquels seraient d'ailleurs assouplis par son projet de loi. En effet, le texte prévoit de raccourcir le temps consacré à la concertation avec le public : plutôt que d'accumuler les heures de réunions projet par projet, les échanges se tiendraient en premier lieu à l'échelle de la façade (Méditerranée, Atlantique, Manche).

Lire aussiÉolien en mer : le plan de l'Etat pour enfin accélérer

Calendrier politique

Une chose est sûre : les discussions à l'Assemblée nationale, où le gouvernement compte toujours sur l'appui de la gauche, dépendront beaucoup de la présence ou non de ces deux amendements dans le texte voté par le Sénat, à majorité de droite. De fait, il lui sera probablement plus difficile d'obtenir un soutien de la droite à la chambre haute, même sur un projet de loi moins-disant quant à l'accélération des renouvelables que celui initialement proposé par l'exécutif. Et pour cause, parmi les députés, tous ceux du RN et une partie des LR restent très hostiles à l'adoption d'un texte favorisant l'éolien ou le solaire, y compris s'il était amoindri.

Pour ne rien arranger, le calendrier politique promet de s'immiscer dans les discussions, et de parasiter les votes : entre le congrès des maires prévu fin novembre et celui des LR, qui aura lieu début décembre, la droite ne lâchera probablement pas de lest, malgré la main tendue d'Emmanuel Macron. Au risque de faire exploser le texte en vol, faute de compromis ?

Lire aussiEnergies renouvelables: les maires dénoncent une « recentralisation » par l'Etat

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 03/11/2022 à 11:16
Signaler
"Il faut faire confiance aux élus locaux pour éviter un développement anarchique": faux. Il faut surtout faire confiance aux élus locaux pour faire prospérer leurs intérêts personnels. Un tiers des contrats passés par les mairies avec des promoteurs ...

à écrit le 03/11/2022 à 10:38
Signaler
Macron, semer le chaos et la destruction en France, c'est son projet ! Toi, pas encore compris ?

le 03/11/2022 à 22:03
Signaler
Voilà. C'est exactement ça. Et Macron mange les enfants, aussi. Moi avoir compris ?

à écrit le 03/11/2022 à 8:50
Signaler
C'est toujours le caprice de ceux qui sont aux manettes face à la raison populaire !

à écrit le 02/11/2022 à 21:55
Signaler
le bonheur c'est simple comme un 49.3

à écrit le 02/11/2022 à 20:47
Signaler
Encore une réussite de Macron! La crise énergétique a contraint le plus grand fabricant de verre Duralex à Orléans à suspendre ses travaux pendant 5 mois jusqu'en avril 2023, rapporte BFM TV. Comme expliqué dans l'entreprise elle-même, l'arrêt ...

le 03/11/2022 à 21:45
Signaler
@ gedeon. Faut pas écouter 👂 Bfm TV ...C niouze....Lci

à écrit le 02/11/2022 à 19:45
Signaler
"A première vue, le sujet semble pourtant assez consensuel, puisqu'il s'agit de permettre à la France de décarboner son mix électrique", l'incompétence en pleine action. Le back-up du "renouvelable", ce sont des centrales à gaz et/ou à charbon pilota...

à écrit le 02/11/2022 à 19:19
Signaler
L'énergie renouvelable est un projet à prendre au sérieux

le 03/11/2022 à 8:03
Signaler
C'est en effet tout à fait un projet à pendre au sérieux si on veut développer les filières de production électrique fossile, charbon ou gaz, puisque l'intermittence du solaire et surtout de l'éolien terrestre nécessite la mise en place de filières à...

le 03/11/2022 à 10:45
Signaler
Oui mais comme d'habitude en France on ne le fait pas. Aujourd'hui on va sur le tout électrique et on ne fait rien a côté comme l'hydrogène, métane ou autre source qui pourrait contribuer même faiblement. Comme il y a 40 ans le diesel polluait pas, l...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.