Engie remporte un projet de centrale électrique en Arabie saoudite

L'énergéticien français conforte sa position d'acteur majeur au royaume wahhabite dans le secteur de la production indépendante d'électricité et d'eau dessalée, réaffirmant sa volonté de se consolider sur les activités bas carbone.
« Avec le projet Fadhili, Engie réaffirme sa position de leader de la production indépendante d'électricité au Moyen-Orient, a déclaré la directrice générale d'Engie, Isabelle Kocher
« Avec le projet Fadhili, Engie réaffirme sa position de leader de la production indépendante d'électricité au Moyen-Orient", a déclaré la directrice générale d'Engie, Isabelle Kocher (Crédits : BENOIT TESSIER)

Le géant mondial de l'énergie dont l'Etat français détient un tiers du capital, Engie (ex-GDF Suez), a annoncé dimanche avoir remporté un contrat pour construire, exploiter et assurer la maintenance d'une centrale de cogénération d'électricité en Arabie Saoudite, dont le coût total d'investissement est estimé à 1,2 milliard de dollars (1,12 milliard d'euros).

Isabelle Kocher, directrice générale de l'énergéticien français, a déclaré dans le communiqué :

"Avec le projet Fadhili, Engie réaffirme sa position de leader de la production indépendante d'électricité au Moyen-Orient. Nous sommes fiers de la confiance renouvelée que nous accordent Saudi Electricity Company et Saudi Aramco, nos partenaires de longue date en Arabie Saoudite."

A terme, alimenter en électricité 1,4 millions de personnes

Située dans l'Est de l'Arabie Saoudite, à 50 kilomètres au nord-ouest de la ville industrielle de Jubail, Fadhili est une centrale électrique à cycle combiné gaz d'une capacité de 1 507 MW. Elle produira l'équivalent de la consommation d'électricité de 1,4 million de personnes. Elle générera également 1.447 tonnes de vapeur par heure et près de 769 tonnes d'eau par heure.

L'électricité produite sera vendue à la SEC (Saudi Electricity Company), tandis que Saudi Aramco achètera la vapeur et l'eau, conformément aux contrats d'achat conclus pour une période de 20 ans. Engie détiendra 40 % de la société de projet, Saudi Electricity Company (SEC) 30 % et SAPHCO (Saudi Aramco Power Holding Company) 30 %, peut-on lire.

Un projet orienté développement durable

ENGIE travaille sur ce projet avec South Korean Doosan Heavy Industries & Construction Co. pour l'ingénierie, l'approvisionnement et la construction (EPC) et avec Siemens pour les turbines gaz. La technologie utilisée garantira le respect des exigences les plus strictes en matière d'émissions (moins de 9 ppm1 d'oxyde d'azote, NOx). Avec la réduction des émissions polluantes, dans le même ordre d'idées, Engie précise dans son communiqué :

"Le projet de Fadhili s'inscrit parfaitement dans notre stratégie qui vise à concentrer nos développements sur les activités bas carbone, que ce soit à travers les énergies renouvelables ou le gaz", indique le groupe dans un communiqué.

La mise en service de la centrale de Fadhili, située dans l'est de l'Arabie Saoudite, est prévue à la fin de l'année 2019, précise Engie.

(Avec Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 30/01/2017 à 13:52
Signaler
c'est plus intelligent de faire de la transition energetique comme ca avec des projets intelligents, que de couler les fleurons du nucleaire par ideologie...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.