Eolien : un projet de parc annulé dans le Morbihan... pour préserver l'écologie

 |   |  433  mots
Les pylones des éoliennes destinées à la forêt de Lanouée ne seront probablement jamais dressés.
Les pylones des éoliennes destinées à la forêt de Lanouée ne seront probablement jamais dressés. (Crédits : La Tribune)
Le juge administratif a annulé les permis de construire de 16 éoliennes délivrés en février 2014 par le préfet du Morbihan. Les raisons invoquées : un projet "hors d'échelle" et la protection d'un "réservoir de biodiversité", dans la forêt de Lanouée.

Le tribunal administratif de Rennes a annulé les permis de construire de 16 éoliennes en forêt de Lanouée (Morbihan), deuxième massif forestier breton. Le parc éolien, porté par la société Les Moulins de Lohan, filiale du groupe canadien Boralex, vise à construire des éoliennes d'une emprise au sol de 16 hectares, soit 0,4% des 3.800 hectares de la forêt, pour un périmètre total de 331 hectares et une puissance installée de 50 MW.

Le juge administratif a annulé les permis de construire délivrés en février 2014 par le préfet du Morbihan, suivant l'avis du rapporteur public et du juge des référés. Il a également annulé l'autorisation d'exploiter, de défricher, et de déroger à l'interdiction faite par le Code de l'Environnement de détruire des espèces protégées.

Dans ses motivations, le tribunal souligne que la forêt de Lanouée constitue un "réservoir de biodiversité (...) et représente un élément d'identité fort du territoire dans lequel il s'insère". Il s'appuie également sur les conclusions des services du ministère de la Culture, qui ont jugé "le projet totalement incohérent par ses dimensions hors d'échelle avec la qualité paysagère de cette forêt remarquable du Morbihan à laquelle il porterait une atteinte irrémédiable". "Compte tenu, tant du nombre d'éoliennes que de leurs dimensions, culminant à 185 mètres, l'impact paysager du projet sera difficile à atténuer", précise encore le tribunal.

Les trois-quarts du coût déjà injectés dans le projet

Me Sébastien Collet, qui défend des riverains et la Société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France (SPPEF), s'est félicité d'une décision d'annulation "assez exceptionnelle".

"Tous les services de l'Etat disaient que cet endroit était exclu pour l'éolien et le juge considère aussi qu'il n'est pas possible de construire un parc éolien dans une forêt remarquable, le second massif forestier breton, alors qu'il y a déjà 53 éoliennes en activité dans le secteur", a-t-il ajouté.

Selon l'avocat des Moulins de Lohans, Me Julien Bonnat, 68 millions d'euros ont déjà été engagés dans ce projet, sur un total de 90 millions. "Aucune erreur de droit n'a été retenue, le tribunal invalide tout le dossier et nous dit 'Pas d'éolien en forêt'. Pour un dossier qu'on suit depuis 4 ans, je trouve que l'instruction a été faite très à charge", a-t-il déclaré à l'AFP, précisant qu'il conseillait à son client de faire appel "au vu des subjectivités des décisions".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/07/2017 à 19:10 :
D'accord avec mjj au sujet des bretons. C'est la même chose que leur combat pour supprimer l'écotaxe routière des camions (qui aurait rendu avantageux le transport par bateau des camions espagnols et portugais) : ils en ont rien à faire que l'Alsace et le Nord sont hyper-pollués par ces camions.
a écrit le 11/07/2017 à 17:22 :
Je me demande bien par quoi on va remplacer les 17 centrales car même en diminuant la conso comme le souhaitent les djihadoecolos, il faudra bien construire des éoliennes des barrages (dont personne ne voudra, car ça va perturber les crapauds), des champs de panneaux solaires. La solution est le charbon suis-je bête.
L'autre problème est qu'il faudrait faire payer l'électricité 2 fois plus cher aux bretons qui ne veulent pas de sources de production chez eux.
Réponse de le 14/07/2017 à 6:20 :
Comme en Allemagne bien sûr ! Ou les 23 % d'électricité nucléaire sont remplacés par des centrales au lignite, un proto-charbon marronnasse,le plus polluant possible. C'était la source d'énergie de la RDA, et on disait à l'époque:
Die DDR stinkt ! ( La RDA pue ! ) Et on ne parlait pas seulement du régime communiste ! Aujourd'hui dans les Lusaces on ouvre des mines de lignite à ciel ouvert pour tout racler avec des haveuses géantes. Des villages entiers, églises et cimetières compris. Les moulinets à vents et les miroirs-aux-alouettes solaires, c'est intermittent pour amuser les bobécolocaux !
a écrit le 11/07/2017 à 16:27 :
Bonne décision qui évitera la pollution visuelle de ce site remarquable. Ce type d’unité fournisseur d’énergie intermittente n’est pas rentable au niveau production électrique.
Par contre, il sera peut être intéressant, compte tenu des courants importants existants dans ce golfe, d’étudier la possibilité d’y implanter quelques hydroliennes sous marines, lorsque celles-ci seront au point.
a écrit le 11/07/2017 à 14:31 :
Il semble quand même étrange que l'état donne son accord puis revienne dessus...J'espère au moins qu'ils vont dédommager la société plus une pénalité de décision tardive sinon ça s'appelle du vol...
Réponse de le 14/07/2017 à 8:18 :
Au secours ! Emmanuel croit que, en France, c'est l'Etat qui délivre les arrêtés d'autorisations et que c'est le même qui ensuite rend la justice ! Il ne sait pas non plus qu'il existe un droit de recours contre tout permis délivré. Il ignore enfin qu'un constructeur ne commence pas les travaux avant que le permis soit apuré de tout recours.
a écrit le 11/07/2017 à 13:29 :
L'éolien une vraie fausse route, et bravo pour cette annulation qui tombe a point.
a écrit le 11/07/2017 à 13:16 :
Donc ils préfèrent importer l'électricité des centrales nucléaires normandes de Flamanville et d'Indre-et-Loire de Chinon ? L'énergie nucléaire chez les autres, c'est ok, mais c'est eux, c'est interdit. C'est pas hypocrite ?
a écrit le 11/07/2017 à 12:40 :
LA JUSTICE A EU RAISON? PARS CONTRE DE CONTUIRE DES EOLIENNES EN ALTITUDE LA OU PLUS PERSONNE NE VAS ET OU PLUS RIEN NE POUSSE C EST UNE BONNE IDEE? EN FRANCE IL Y A BEAUCOUP DE MONTAGNE OU L ON POURRAIS Y INSTALLE DE NONBREUSSE EOLIENNES???
Réponse de le 12/07/2017 à 8:35 :
Allez faire un tour en montagne avant d’affirmer que plus personne n'y va. Le nombre de randonneur explose et bien souvent plus écologiste que les bobo parisiens!!!
a écrit le 11/07/2017 à 12:15 :
Les Bretons préfèrent bénéficier de l'électricité produite en dehors de Bretagne.
a écrit le 11/07/2017 à 10:28 :
Excellente décision du tribunal. Sauvons nos paysages. 85 millions de touristes il y a peut être des raisons aussi.
Réponse de le 11/07/2017 à 17:16 :
Les touristes vont sur la cote surtout. Et à l'intétieur des terres, il y a peu de touristes et d'habitants, donc ça ne gene personne. Ne cherchez pas d'excuses. En plus, vous importez votre électricité des autres régions, vous en produisez peu vous memes en Bretagne et vous n'avez pas de centrales nucléaires. Donc la nuisance, c'est chez les autres, pas chez vous ?
a écrit le 11/07/2017 à 9:59 :
Il est ou Hulot, il est ou?????????
Et ben voila, il va falloir maintenant tuer des baleines pour faire des bougies. Plus de nucléaire, pas d'éolien, mais que des voitures électriques. En fait faisons de la France une reserve intégrale. Les gens partent car on n'a pas le droit d'aller dans une telle reserve, et plus de soucis, on peut meme fermer les 58 réacteurs! Si y'a pas de solution, c'est qu'y a pas de probleme!
Réponse de le 11/07/2017 à 10:31 :
@bonheur
Dans l'histoire, ce qui est le plus gênant, c'est que ce sont des canadiens à l'origine du projet. Peut-on faire confiance à des gens qui "trafiquent" un appel d'offre pour favoriser un concurrent? Cf le marché des frégates attribué à l'anglais BAE Systems...Pourtant exclu à l'origine...
Le CETA est une mauvaise affaire, la porte ouverte aux "magouilles "anglo-saxonnes, pot de vin et rétrocommissions, surcoûts qui au final est toujours payé par le consommateur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :