Gazole, SP98, SP95-E10... les prix de tous les carburants remontent

Pour le gazole, c'est la cinquième semaine de hausse d'affilée après une longue période de baisse dans le sillage des cours du pétrole, victimes de la pandémie de Covid-19 et de l'arrêt de l'activité économique dans le monde. Mais le gazole n'est pas le seul, la remontée des prix concerne tous les carburants routiers.
Les prix des carburants à la pompe varient en fonction de plusieurs paramètres comme le cours du baril de pétrole, le taux de change euro-dollar, le niveau des stocks de produits pétroliers et de la demande, ainsi que des taxes.
Les prix des carburants à la pompe varient en fonction de plusieurs paramètres comme le cours du baril de pétrole, le taux de change euro-dollar, le niveau des stocks de produits pétroliers et de la demande, ainsi que des taxes. (Crédits : © Eric Gaillard / Reuters)

Les prix des carburants routiers vendus dans les stations-service en France ont continué à remonter légèrement la semaine dernière, dans le sillage des cours du brut, selon des chiffres officiels publiés lundi.

Le gazole, carburant le plus vendu, valait 1,2161 euro par litre, en hausse de 0,69 centime par rapport à la semaine précédente, selon les données du ministère de la Transition écologique et solidaire.

Tous les carburants se sont renchéris

C'est sa cinquième semaine de hausse d'affilée après une longue période de baisse dans le sillage des cours du pétrole, victimes de la pandémie de Covid-19.

  • L'essence super sans plomb 95 s'est pour sa part vendue à 1,3181 euro, en progression de +0,56 centime.
  • Quant au SP95-E10, qui contient jusqu'à 10% d'éthanol, il a gagné +0,74 centime, à 1,3038 euro.
  • Enfin, le SP98 était vendu 1,3766 euro, soit +0,74 centime également.

Les paramètres qui vont varier les prix à la pompe

Les prix des carburants à la pompe varient en fonction de plusieurs paramètres comme le cours du baril de pétrole, le taux de change euro-dollar, le niveau des stocks de produits pétroliers et de la demande, ainsi que des taxes.

Les cours du brut s'étaient effondrés avec la pandémie de Covid-19 qui a affecté l'activité et notamment la demande pour les transports. Ils se sont depuis quelque peu repris grâce à la baisse de la production entreprise par certains pays et à la perspective d'une reprise de la demande.

Le Brent de la mer du Nord valait ainsi un peu plus de 42 dollars le baril lundi, alors qu'il était passé sous les 20 dollars en avril.

___

À LIRE AUSSI

Les "Gilets Jaunes" réclament "un gel immédiat" des prix des carburants (sept. 2019)
> Hausse des prix généralisée sur tous les carburants ! (mai 2019)
Macron "assume" sur les carburants, mais promet de faire un geste (nov. 2018)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 23/06/2020 à 17:23
Signaler
en dessous de 40 $/bbl, pratiquement personne dans le monde ne fait plus de bénéfice, et surtout les états pétroliers n'équilbrent pas leurs comptes. l'URSS, les émirats (sauf Qatar), l'Arabie saoudite sont en déficit budgétaire grave à cause du c...

à écrit le 23/06/2020 à 8:05
Signaler
Notre ombre de parlement n'a pas l'air de se soucier de cette hausse. On pourrait en faire l'économie grâce au 49-3.

à écrit le 23/06/2020 à 5:06
Signaler
C'est parti, la valse des taxes. Ce n'est qu'un commencement.

à écrit le 22/06/2020 à 20:20
Signaler
Mais comme toujours, en France les prix du carburants sont toujours plus haussiers que chez nos voisins....taxes, taxes, mais pas seulement. Alors qu'à Luxembourg le gasoil valait autour de 90 cents, certaines stations françaises vendaient ce même ga...

le 23/06/2020 à 12:18
Signaler
La France a des accords avec l'Algerie que le Luxembourg n'a pas. Nous achetons le petrole un peu moins cher mais les taxes sont TRES lourde. Le probleme c'est que si le gouvernement baissent les taxes, les groupes petroliers ne baisseront pas a la p...

le 23/06/2020 à 12:18
Signaler
La France a des accords avec l'Algerie que le Luxembourg n'a pas. Nous achetons le petrole un peu moins cher mais les taxes sont TRES lourde. Le probleme c'est que si le gouvernement baissent les taxes, les groupes petroliers ne baisseront pas a la p...

à écrit le 22/06/2020 à 17:59
Signaler
La dernière augmentation de taxes est la goutte d'eau qui fait déborder le vase générant le fait que lors de la baisse du cours il y a deux ans, alors qu'il n'était pas tombé aussi bas qu'il y a deux mois, le GO frôlait les 1 euro, cette fois ci ils ...

à écrit le 22/06/2020 à 17:21
Signaler
Seule solution: La chasse aux déplacements inutiles, la localisation au niveau de la demande, mais cela nécessite de perturber quelques rentes qui exploite ce domaine!

à écrit le 22/06/2020 à 16:48
Signaler
Y a une logique implacable, le prix des carburants (tous) c'est TICPE + TVA 20% encaissé au litre, pas un % du prix affiché, et du produit pétrolier combustible (le moteur ne fonctionne pas à l'eau), des marges, du transport, du raffinage, des centim...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.