Hinkley Point : la sûreté inquiète le gendarme britannique du nucléaire

La presse britannique rapporte les doutes de l'ONR (Office for nuclear regulation) concernant la sûreté de l'EPR que EDF construit en Angleterre. En cause, les dysfonctionnements relevés dans le management de la chaîne d'approvisionnement du chantier.
Dominique Pialot

2 mn

Le gendarme anglais du nucléaire pointe des dysfonctionnements dans la chaîne d'approvisionnement.
Le gendarme anglais du nucléaire pointe des dysfonctionnements dans la chaîne d'approvisionnement. (Crédits : Stefan Wermuth)

Après d'autres, The Guardian rapporte dans un article publié le 25 mars que des dysfonctionnements observés dans le management de la chaîne d'approvisionnement de NNB GenCo, l'entreprise créée par EDF pour gérer le projet Hinkley Point C, inquiètent l'ONR (Office for nuclear regulation), qui craint qu'ils n'affectent la sûreté s'ils ne sont pas rapidement résolus.

Selon Mark Foy, inspecteur en chef de l'ONR, si, prises isolément, elles ne suffisent pas à créer un problème de nature réglementaire, collectivement, les insuffisances constatées pourraient refléter une déficience plus générale dans la façon dont l'entreprise est gérée. Cette conclusion, le gendarme britannique la tire à l'issue des visites menées avec dix autres inspecteurs en octobre et novembre derniers sur le chantier de l'EPR britannique, dans les locaux d'EDF à Paris et à Bristol, ainsi que chez des sous-traitants dont l'usine du Creusot, aujourd'hui propriété de Framatome (ex Areva), un fournisseur clé du chantier d'Hinkley Point, qui doit notamment dessiner les réacteurs.

Des visites décidées suite aux dysfonctionnements de l'usine du Creusot

L'ONR a décidé ces visites à la suite des révélations concernant la falsification de rapports élaborés précisément dans cette usine. Le gendarme du nucléaire au Royaume-Uni s'étonne que les dysfonctionnement qui y ont été observés n'aient pas été soulevés par EDF directement mais par l'autorité de sûreté. Par ailleurs, l'ONR déplore qu'aucun audit interne des process de contrôle qualité n'ait pu être mené en 2017.

En dépit des progrès constatés, l'ONR juge encore inadéquat le projet d'amélioration du processus d'auto-évaluation. Il regrette également qu'un flou persiste sur la responsabilité du contrôle qualité au sein de l'entreprise, et déplore que EDF n'ait pas suffisamment informé ses sous-traitants des problèmes rencontrés dans l'usine du Creusot.

Prochain point d'étape en août 2018

Néanmoins, l'ONR se dit confiant dans le fait que des progrès soient effectivement réalisés d'ici au prochain, point d'étape réglementaire programmé en août 2018.

EDF a d'ores et déjà annoncé plusieurs mesures qui doivent être mises en oeuvre d'ici à la montée en charge du chantier, qui accueillera 6.000 personnes en vitesse de croisière dans 18 mois, contre 3.500 aujourd'hui.

Les deux réacteurs de Hinkley Point C, un projet de 20 milliards de livres (24 milliards d'euros) qui a déjà connu des dérapages concernant à la fois sa facture et son calendrier, doivent entrer en service en 2025.

Dominique Pialot

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 27/03/2018 à 23:35
Signaler
Les britanniques ne sont pas du genre à se laisser amadouer ou bluffer. C’est d’ailleurs le cas des clients en règle générale, surtout si ce sont des Etats. EDF ressemble parfois à une sorte de trou noir (à chacun de choisir de quel type) capable d'...

à écrit le 27/03/2018 à 18:20
Signaler
J'ai toujours considéré que ce nom d'Hynkley Point à un beau nom de catastrophe nucléaire à venir....😎 en attendant c'est une catastrophe financière et technique...😐

le 27/03/2018 à 18:54
Signaler
Catastrophe qui s'accompagne de la montée du titre EDF en bourse... Y en a qui doivent pas penser comme vous !

le 27/03/2018 à 19:01
Signaler
Compte tenu de la relance du nucléaire en France et de son développement dans le monde auquel EDF participe (2 EPR en Chine, en Angleterre, 6 EPR probables en Inde), j'ai acheté des Actions EDF et j'espère bien qu'elles vont continuer de monter

le 28/03/2018 à 11:43
Signaler
Chers Labo et Boursicoteur, tout le problème de la spéculation boursière est qu'elle est hors sol et que le principe de réalité va vite rattraper EDF..... Mais les boursicoteurs pensent que l'Etat va reprendre l'ensemble de la dette d'EDF à son compt...

à écrit le 27/03/2018 à 18:13
Signaler
EDF prouve tous les jours qu'ils sont incapables de réaliser les prestations qu'ils ont vendu.

le 27/03/2018 à 18:56
Signaler
58 réacteur nucléaires construits par EDF...

le 28/03/2018 à 0:22
Signaler
58 réacteurs dont la plupart terminés au début des années 80. Les ingénieurs et les technicien qui les ont conçu et mis en service sont en retraite et n'ont pas formé de successeurs. L'entretien a été sous-traité à des sociétés externes pour des ...

à écrit le 27/03/2018 à 14:13
Signaler
eh oui le lobby nucléaire francais et le gouvernement ont absolument voulu signer ce contract pour pouvoir clamer qu´ils sont les meilleurs. le problème est qu´EDFest maintenant le maitre d´oeuvre et finance toute la construction. les anglais d...

le 27/03/2018 à 14:32
Signaler
EDF assume en effet le risque industriel (de bon déroulé du chantier dans les temps et le budget). Mais ça n’est pas dans l’intérêt des britanniques de retarder inutilement le chantier alors qu’ils vont finir par avoir vraiment besoin des MWh de ces ...

à écrit le 27/03/2018 à 14:05
Signaler
Ce réacteur mal aimé est actuellement construit à 6 exemplaires et va prochainement être mis en service. Et, si tout va bien, la décision d'investissement pour 6 autres sera prise en Inde dans quelques temps. Puis en France pour un ou deux EPR, av...

le 28/03/2018 à 9:35
Signaler
Je suis globalement d’accord et je pense que l’EPR sera un bon réacteur avec cependant comme réserves que nous restons dans la filière des réacteurs à eau pressurisé (PWR) avec leurs cousins la filière à eau bouillantes (BWR - fukushima). Ces PWR fur...

le 28/03/2018 à 10:43
Signaler
Dans le cadre du forum Génération IV, dont la France fait partie, l'ensemble des technologies de surgénérations sont étudiées. Dont celle au thorium. Et pour l'instant, celle qui semble la plus prometteuse est la sodium, pour laquelle le CEA dével...

à écrit le 27/03/2018 à 12:35
Signaler
De toute façon, notre filière nucléaire est un champ de ruines. Si EDF était encore capable de construire une centrale nucléaire, ça se saurais. Je ne suis pas sûr qu'il existe un autre exemple d'une filière d'excellence qui ai pu à ce point être ...

à écrit le 27/03/2018 à 11:27
Signaler
Le nucléaire, ce boulet mal géré par des gens qui ont préféré se vautrer dans la compromission permise par le secret défense plutôt que d'utiliser l'argent à l'investissement indispensable pour une telle technologie. Un exemple parmi des milliers...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.