L'économie circulaire, un modèle alternatif pour sauver le monde

L'économie linéaire en vigueur depuis la révolution industrielle n'est pas soutenable à long terme. L'épuisement des ressources et la surconsommation mènent le monde à sa perte, à moins de basculer vers une économie circulaire plus responsable, qui préfère recycler que jeter, partager plutôt qu'acheter.

4 mn

« Il n'y a pas de planète B », affirmait l'astronaute Thomas Pesquet en réponse à une question sur l'épuisement des ressources naturelles. (Photo : montagne d'ordures d'une décharge à ciel ouvert sur les rivages de Sidon, une ville de bord de mer au sud du Liban, le 8 juin 2012.)
« Il n'y a pas de planète B », affirmait l'astronaute Thomas Pesquet en réponse à une question sur l'épuisement des ressources naturelles. (Photo : montagne d'ordures d'une décharge à ciel ouvert sur les rivages de Sidon, une ville de bord de mer au sud du Liban, le 8 juin 2012.) (Crédits : Reuters)

« Il n'y a pas de planète B », affirmait l'astronaute Thomas Pesquet dans La Tribune le 4 avril dernier, en réponse à une question sur l'épuisement des ressources naturelles. En effet, si l'humanité ne modifie pas son modèle économique, la survie même de notre espèce n'est pas garantie à long terme. L'économie linéaire, qui consiste à extraire des matières premières, les transformer pour en faire des objets qu'on utilise puis qu'on jette, épuise les matériaux et les ressources naturelles comme l'eau ou la terre arable, tout en nous ensevelissant sous une montagne de déchets. Il faut sans attendre envisager des modes de production et de consommation moins intensifs, si l'on ne veut pas que les générations futures vivent dans un monde digne des films post-apocalyptiques.

Une alternative à la décroissance, dont personne - ou presque - ne veut ?

L'argument de la technologie qui va sauver le monde est (peut-être) pertinent, mais c'est le temps qui manque. La population pourrait atteindre 9,7 milliards d'individus en 2050 et 11,2 milliards en 2100, selon la Banque mondiale. « Quiconque croit que la croissance exponentielle peut continuer sans fin dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste », raille l'économiste et philosophe Kenneth Boulding, pour qui environnement et économie sont désormais indissociables.

Il n'est, bien entendu, pas envisageable de transformer radicalement nos habitudes de consommation pour passer à une décroissance dont personne ou presque ne veut. Mais il existe une alternative à ce modèle d'hyperconsommation : l'économie circulaire, qui vise à recycler ou réutiliser plutôt que jeter, à favoriser l'usage plutôt que l'achat, le partage plutôt que la possession, la consommation de produits locaux plutôt qu'importés de l'autre bout du monde. Un nouveau mode de vie plus frugal et plus respectueux de l'environnement, qui pourrait ralentir le train de l'hyperconsommation lancé à plein régime vers le précipice.

Les cinq piliers de l'économie circulaire

Pour Rémy Le Moigne, ancien de Deloitte, consultant et auteur de L'Économie circulaire - Stratégie pour un monde durable (Dunod), cinq pratiques constituent les bases de cette économie alternative.

  • Un : le recyclage des déchets dit en boucle longue, dans laquelle ils sont collectés, triés puis recyclés (compostage ou méthanisation pour les déchets organiques).
  • Deux : le recyclage en boucle courte, qui recycle une même matière sans la mélanger avec d'autres.
  • Trois : prolonger la durée de vie des objets grâce à la maintenance, au reconditionnement et au remanufacturing (processus industriel consistant à remettre un produit usagé dans un état identique ou supérieur à son état d'origine).
  • Quatre : la vente de l'usage ou économie de la fonctionnalité. On n'achète plus un produit, mais son utilisation.
  • Cinq : l'économie du partage, ou économie collaborative, popularisée par les plateformes type Uber, Airbnb ou BlaBlaCar. Un marché en croissance rapide qui devrait augmenter de 35 % par an en Europe, contre 3 % pour l'ensemble de l'économie, pour atteindre 83 milliards d'euros d'ici à 2025, contre 4 milliards aujourd'hui (source PwC).

Bien sûr, remplacer l'économie linéaire par son alternative circulaire prendra du temps. Mais il faut commencer dès à présent. Le gouvernement l'a compris. Le 23 avril dernier, le Premier ministre, accompagné de Brune Poirson, secrétaire d'État à la Transition écologique et solidaire, a présenté la feuille de route du gouvernement pour une économie circulaire depuis une usine du groupe SEB, champion français du réparable. Un programme de 50 mesures aux objectifs ambitieux : réduire de moitié les déchets mis en décharge, tendre vers 100 % de plastique recyclé d'ici à 2025 et créer jusqu'à 300.000 emplois supplémentaires.

« Durant sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait fixé un objectif de "100 % d'économie circulaire" », rappelle Arnaud Leroy, nouveau président du conseil d'administration de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), et ancien porte-parole du mouvement En marche.

Prudent, le futur président n'avait pas fixé de date butoir. Espérons qu'il soutienne cette feuille de route qui pourrait faire de la France un chef de file de ce nouveau mode de production durable. D'autant que choisir de recycler au lieu de jeter est aussi générateur d'emplois pérennes.

« Le recyclage nécessite quatre fois plus d'emplois que l'enfouissement, car il faut encore une présence humaine très forte. De plus, ce sont des emplois non délocalisables», rappelle Arnaud Leroy.

___

POUR EN SAVOIR PLUS : téléchargez le dossier de LA TRIBUNE HEBDO n° 246 du 29 mars 2018 « Les défis de l'économie circulaire »

HEBDO 246 couv, La Tribune, Édition hebdomadaire du 30/03/2018, économie circulaire,

4 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 24/08/2018 à 15:02
Signaler
Même si vous aviez une énergie infinie cela ne vous garanti pas les matières premières infinies, l’économie circulaire est aussi grande consommatrice d’énergie et une impossibilité à moyen terme pour plusieurs raisons: · Nous avons toujours une pert...

à écrit le 23/08/2018 à 12:13
Signaler
Tant que l'on cherchera des solutions palliatives on continuera à s'enfoncer, sous les déchets matériels et…moraux! Il faut avoir la volonté, le courage de faire le constat d'un changement radical nécessaire de notre organisation sociale, de nos prin...

à écrit le 23/08/2018 à 9:38
Signaler
Il n'y aura jamais 10 milliards d'êtres humains. Les américains et d'autres pensent qu'il y a réellement trop de gens aujourd'hui, et ils ont déjà des plans pour y remédier...

à écrit le 22/08/2018 à 19:39
Signaler
"L'économie circulaire" Je sens que l'on va tourner en rond.

à écrit le 22/08/2018 à 12:14
Signaler
Le probleme est de niveau economique. On a une economie vivant de la dette. Par la dette on investi pour "ameliorer" un produit ou bien sortir un produit que le consommateur ne savait pas encore qu'il en avait besoin. Cette dette vient evidemment ave...

à écrit le 22/08/2018 à 11:57
Signaler
Economie circulaire c'est le mot a la mode mais qui est un concept tres vague. En gros l'idee c'est de faire plus avec moins, l'ideal ce serait de faire un peu moins avec beaucoup moins si on veut reellement atteindre les objectifs de reduction des g...

à écrit le 22/08/2018 à 10:47
Signaler
bah avec l'automatisation, quand les jobs ne disparaissent, le niveau de salaire diminue au minimum légale, donc on finira pas avoir une décroissance, l'économie s’effondrera et le point optimiste, c'est que l'économie n'ayant plus personne pour ache...

à écrit le 22/08/2018 à 9:45
Signaler
5/ Economie du... partage !? Airnb&b etc ??? Oui elle est nécessaire mais les illustrations proposées ne sont pas pertinentes : il faut dans cette économie circulaire tuer la rente, partager pas aider ceux qui ont déjà à empiler les richesses inutil...

à écrit le 22/08/2018 à 9:18
Signaler
On est loin de l'économie circulaire avec cette économie qui au contraire pousse à la consommation. Elle sait maintenant utiliser l'écologie pour pousser à un renouvellement "vertueux" les écolos complices de la surconsommation on aura tout vu!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.