L'Irak va récupérer le gaz torché sur deux champs pétroliers

Alors que le pays fait face à une lourde crise énergétique, Bagdad a donné dimanche le coup d'envoi à un nouveau projet visant à récupérer le gaz torché sur deux champs pétroliers dans le sud du pays, afin de consolider sa production nationale. Mais celui-ci promet d'émettre des quantités gigantesques de gaz à effet de serre, à l'heure où les alertes des scientifiques se multiplient sur le dérèglement climatique.

2 mn

Le torchage consiste à brûler le gaz qui s'échappe lors du processus d'extraction de brut, une opération qui se manifeste par une flamme sortant d'une torchère.
Le torchage consiste à brûler le gaz qui s'échappe lors du processus d'extraction de brut, une opération qui se manifeste par une flamme sortant d'une torchère. (Crédits : Reuters)

L'annonce va à contre-courant des recommandations de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), qui appelait en juin dernier à stopper tout nouveau programme d'extraction d'énergie fossile pour avoir une chance de préserver le climat. Force est de constater que l'Irak ne compte pas s'y plier : le gouvernement a donné le coup d'envoi à un projet gazier pour le moins polluant, signé avec la multinationale américaine Baker Hugues dès 2017, selon un communiqué du ministère du Pétrole envoyé dimanche à la presse.

Celui-ci consiste à recourir au "torchage" de 200 millions de pieds cubes (environ 5,6 millions de mètres cubes) de gaz par jour, sur deux champs pétroliers situés au sud. Concrètement, il s'agira de brûler le gaz qui s'échappe lors du processus d'extraction de brut, une opération qui se manifeste par une flamme sortant d'une torchère.

Destiné à "exploiter le gaz qui s'échappe de tous les champs pétroliers dans tout l'Irak", le projet devra "consolider la production nationale de gaz et préserver un environnement propre", a indiqué le ministre Ihssan Ismaïl cité par le communiqué.

Crise énergétique

Mais le torchage entraînera la libération de quantités gigantesques de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Et dégagera notamment du méthane, aux effets réchauffants 80 fois plus puissants que ceux du dioxyde de carbone sur un horizon de 20 ans.

Malgré ses conséquences pour le moins néfastes sur le climat, la pratique subsiste pour une raison simple : elle s'avère bien moins coûteuse que le traitement du gaz à commercialiser. Un argument de taille pour l'Irak, qui dispose d'immenses réserves d'hydrocarbures, mais traverse une lourde crise énergétique. En effet, le pays se trouve dans une situation d'ultra-dépendance à son voisin iranien, à qui il doit dix milliards de dollars en échange de la fourniture d'un tiers de ses besoins en gaz et en électricité. En cause : un manque d'investissements et la vétusté du réseau irakien, que les dirigeants du pays tentent d'expliquer par la baisse des cours du baril.

Réduire les importations de gaz

Pour y remédier Bagdad a par ailleurs signé début septembre un nouvel accord avec TotalEnergies, prévoyant notamment un investissement de 10 milliards de dollars dans les infrastructures. Le groupe français entend, entre autres, construire un complexe qui exploitera les gaz issus des gisements du secteur. Il s'agit notamment, plutôt que de torcher le gaz excédentaire issus de ces champs, de le récupérer à des fins de production électrique. Cela permettra, selon les services du Premier ministre, de "réduire les importations de gaz".

Selon la Banque mondiale, l'Irak est le deuxième pays au monde à avoir recours à la pratique du torchage en volume, derrière la Russie et devant l'Iran et les Etats-Unis. En 2020, le volume de gaz torché s'y élevait à 17,374 millions de mètres cubes par an.

(Avec agences)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 20/09/2021 à 6:36
Signaler
Je n'ai pas compris. Ils vont récupérer ce gaz qui sort ded torcheres, ou le bruler directement commme c'est le cas aujourd'hui ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.