Transition énergétique : Royal trouve les antinucléaires "obsessionnels"

La ministre de l'Ecologie a rappelé que la transition énergétique visant à réduire la part du nucléaire dans le mix énergétique français demandait une "montée en puissance" des énergies renouvelables avant un arrêt progressif de certaines centrales nucléaires.

2 mn

Avec cette montée en puissance qui doit monter jusqu'à 40% de la production d'électricité, je baisserai de 75 à 50% la part du nucléaire, a déclaré la ministre.
"Avec cette montée en puissance qui doit monter jusqu'à 40% de la production d'électricité, je baisserai de 75 à 50% la part du nucléaire", a déclaré la ministre. (Crédits : © Eric Gaillard / Reuters)

La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a dénoncé lundi les prises de position des antinucléaires, tout en réaffirmant la volonté du gouvernement de faire baisser la part du nucléaire dans la production d'électricité en France.

"J'entends bien qu'un certain nombre de prises de positions sont idéologiques et sont obsessionnelles sur la question du nucléaire" mais "je ne vais pas couper l'électricité aux Français pour donner satisfaction à des idéologues antinucléaires", a-t-elle déclaré sur France Info.

     Lire aussi : La transition énergétique française en panne sèche

"Je ne me laisserai pas mettre la pression pour donner satisfaction à ceux qui voudraient pour des raisons idéologiques qu'on ferme tout de suite les réacteurs alors que la transition énergétique de la France c'est bien autre chose, ce n'est pas que le nucléaire, c'est bien autre chose et c'est même davantage la montée en puissance du renouvelable", a-t-elle dit.

"Avec cette montée en puissance qui doit monter jusqu'à 40% de la production d'électricité, je baisserai de 75 à 50% la part du nucléaire."

Les objectifs de la transition énergétique précisés en juillet

La ministre de l'Ecologie a indiqué que la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) serait présentée avant le 1er juillet. Initialement prévu pour la fin 2015, ce texte visant à préciser concrètement la façon d'atteindre les objectifs fixés par la loi de transition énergétique avait ensuite été annoncé pour fin février.

"Contrairement a ce qui est dit, la France n'a pas du tout renoncé, c'est une vision caricaturale, à baisser la part du nucléaire", a insisté Ségolène Royal, à quelques heures de l'ouverture de la dernière conférence environnementale du quinquennat.

     >> Lire:  Coup d'envoi de l'ultime conférence environnementale du quinquennat de Hollande

(avec Reuters)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 26/04/2016 à 12:40
Signaler
QUE LES PRO NUCLEAIRES ET M e ROYALE ALLENT PASSER DES VACANCES A TCHERNOBYLET AUX JAPON ? ILS Y VERRONT LA REALITE DES DEGATS DU NUCLEAIRE? LES CENTRALES A CHARBON ET LES VOITURES FONT AUSSI ENORMEMENT DE DEGAT? QUAND LES HOMMES RESPONSABLE VONT T ...

à écrit le 25/04/2016 à 23:38
Signaler
@ BONSOIR : Madame ROYAL vous trouvez les anti nucléaire obsessionnels peut être n'ont ils pas tord ! TCHERNOBYL ..... FUKUCHIMA cela ne vous rappelle rien ? et ces fuites soigneusement cachées au publique Et vous votre obsession sur le diesel qu...

à écrit le 25/04/2016 à 17:10
Signaler
L 'agenda politique est terrifiant de bêtise face aux enjeux économiques majeurs de ce dossier.

à écrit le 25/04/2016 à 16:05
Signaler
C'est affligeant de a à z cette déconfiture d'EDF ; en plus l'exécutif actuel refait la même ânerie que le précèdent lorsque ce dernier avait annoncé à l'avance qu'il allait vendre sur le marché une part significative du capital, ce qui avait laiss...

le 25/04/2016 à 16:44
Signaler
Où avez-vous vu que l'on pouvait faire une augmentation de capital sans prévenir les actionnaires ? Il n'est pas possible de faire autrement car la procédure est lourde et l'information a été donnée par le Conseil d'Administration et non par l'Etat c...

à écrit le 25/04/2016 à 13:40
Signaler
La dame connait tellement peu son metier que ca en est affligeant. Elle se presente en defenseuse de Francais contre les anti-nuke qui voudraient nous renvoyer a la bougie, sauf que le marché de l'electricité est déprimé au point que le prix du kWh e...

le 25/04/2016 à 15:36
Signaler
et tombé encore plus bas (pas réévalué depuis 1946) 0€006 le kWh sans payer de taxe et sans abonnement pour les agents EDF et retraités!

le 25/04/2016 à 18:00
Signaler
Le marché électrique est maintenant européen : Il serait plus judicieux de fermer d'abord les centrales au charbon, à la lignite et au gaz allemandes, espagnoles ou italiennes qui sont ultra polluantes, plutôt que de fermer notre nucléaire très déca...

à écrit le 25/04/2016 à 12:57
Signaler
EDF n’est déjà pas capable de démanteler Brenelis depuis 30 ans comment vont il démanteler les autres centrales? Ou sont les milliard d’euros pour cette opération????

le 25/04/2016 à 20:51
Signaler
Le chantier de Brennelis peine à avancer depuis 30 ans, en large partie à cause de la guerilla administrative que mènent les milieux antinucléaires. Exemple : Blocage de la phase 3 des travaux en 2010 au motif qu'il n'existe pas de filière de stoc...

à écrit le 25/04/2016 à 11:36
Signaler
Il ne faudrait pas que le passage aux énergies renouvelables se fasse avec la faillite d'EDF, ce qui semble s'annoncer si on y regarde de plus près, à cause d'un timing juste pour faire plaisir aux extrémistes de l'écologie. Les centrales nucléaires...

le 25/04/2016 à 13:36
Signaler
EDF a eu tout son temps pour se préparer mais ne l'a pas fait assez, trop suffisant qu'est son management. La position de EDF est menacée de facto, ne serait que parce qu'il va falloir augmenter le prix de l'electricité pour financer les couts caché...

le 25/04/2016 à 18:02
Signaler
@ Steph : EDF est le premier producteur d'électricité renouvelable d'Europe.

le 25/04/2016 à 18:04
Signaler
L'électricité nucléaire coûte aujourd'hui environ 50€/MWh tout compris (cf rapport de la Cours des Comptes de 2012). L'éolien est à 90€/MWh sans compter le coût de son intermittence, et le PV est entre 70 et 150€/MWh.

le 25/04/2016 à 21:13
Signaler
@ Steph : Les écologistes nous parlent depuis très longtemps des "coûts cachés" du nucléaire. Pourtant le rapport CHARPIN-DESSUS-DELLAT, rédigé en 2000 à la demande du gouvernement PS-Les Verts de M. JOSPIN, n'a pas réussi à les déterminer. P...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.