Veolia/Suez : la bataille se déplace sur le terrain politique voire judiciaire

 |  | 1273 mots
Lecture 7 min.
Quels ont été les positionnements de l'État aux conseils d'administration de la Caisse des dépôts et consignations [actionnaire de Veolia, Ndlr] et chez CNP [partie prenante au dossier, Ndlr]? Pourquoi l'État n'a-t-il pas utilisé tous les moyens possibles pour imposer un droit de veto?, s'interroge l'intersyndicale de Suez.
Quels ont été "les positionnements de l'État aux conseils d'administration de la Caisse des dépôts et consignations [actionnaire de Veolia, Ndlr] et chez CNP [partie prenante au dossier, Ndlr]? Pourquoi l'État n'a-t-il pas utilisé tous les moyens possibles pour imposer un droit de veto?", s'interroge l'intersyndicale de Suez. (Crédits : Reuters)
Au Parlement, les initiatives pour questionner les modalités et les enjeux de la fusion fleurissent. Et Suez met en cause la transparence de la vente entre Engie et Veolia.

Le premier acte est clos, mais la bataille semble loin d'être terminée. Au lendemain de la décision d'Engie de vendre à Veolia 29,9% d'actions dans Suez, pour 3,4 milliards d'euros, la controverse se poursuit sur l'opportunité et les modalités d'une fusion entre les deux leaders français des services à l'environnement. Le fait, très rare, que la décision ait été prise malgré l'opposition de l'État, actionnaire majoritaire (24%) d'Engie, finit même par la renforcer.

En l'absence d'un accord entre Suez et Veolia, qui pour le gouvernement constituait une condition incontournable  de la fusion, l'administratrice représentant l'État, nommée par arrêté, a en effet voté contre l'opération, conformément aux instructions du gouvernement. L'un des deux administrateurs proposés par l'État à l'assemblée générale des actionnaires a fait de même, alors que l'autre s'est abstenu, détaille l'AFP. Tant que dure l'hostilité entre les deux parties, le projet de fusion "ne fonctionnera pas", a d'ailleurs répété lundi Bruno Le Maire.

Suez menace Engie de poursuites judiciaires

Les arguments contre la fusion continuent donc d'être déployés, bien que désormais non plus afin de convaincre Engie, mais sur d'autres terrains. Tout d'abord de la part de Suez qui, déterminé à défendre son indépendance, menace même d'actions judiciaires. Dès mardi matin, l'entreprise cible a prévenu qu'elle "mettra en œuvre tous les moyens à sa disposition pour préserver les intérêts de ses...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/10/2020 à 12:42 :
Engie vend sa part, si l'état n'est pas content, il faut qu'il trouve 4 milliards d'euros pour racheter les 29 % d'Engie . Le hic, c'est que notre état est ruiné. Si cette bataille picrocholine continue, on va encore une fois y perdre des plumes et un étranger remportera la mise. Fortiche le capitalisme à la française.
a écrit le 07/10/2020 à 10:19 :
Ça flaire le bon coup actionnarial voulu par le PDG d'Engie, suite à la surenchère acceptée par Veolia, comme l'aurait fait un vulgaire fond activiste.
Qt à la cohérence stratégique pour Suez, ça semble être le cadet de ses soucis.
D'où, je pense, le désaccord de l'Etat...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :